Critique: ‘Because This Is My First Life’, avec Lee Min Ki et Jung So Min

1

Because This Is My First Life est le drama coréen qui a illuminé la fin d’année de la chaîne câblée tvN, où il était diffusé entre le 9 octobre et le 28 novembre 2017. Avec son approche moderne de la vie sentimentale des trentenaires d’aujourd’hui, il s’inscrit dans une tendance actuelle intéressante portée l’année dernière par Fight For My Way et surtout Temperature of Love, qui était diffusé à la même période et avec lequel il partage beaucoup de points communs.

Ecrit par Yoon Nan Joong (Flower Boy, Ramyun Shop) et réalisé par Park Joon Hwa (Let’s Fight, Ghost), Because This Is My First Life signe le retour attendu de l’acteur Lee Min Ki à la télévision, dix ans après l’excellent Dal Ja’s Spring. Avec l’actrice Jung So Min (My Father Is Strange), il forme un couple délicieusement pittoresque, dont on a plaisir à découvrir la complicité naissante, par petites touches. Les acteurs secondaires ne sont pas en reste, de Kim Min Seok à Park Byung Eun, en passant par Kim Ga Eun et surtout la charismatique Esom, tous mettent leur talent au service de ce drama choral qui capture intelligemment l’évolution des mœurs.

Nam Se Hee (Lee Min Ki) est un trentenaire célibataire qui a renoncé au mariage. Il est propriétaire de son appartement mais au prix d’un emprunt qui court sur de longues années. C’est en cherchant un colocataire capable de le soulager financièrement que Se Hee fait la connaissance de Yoon Ji Ho (Jung So Min). Ji Ho, qui a quelques années de moins que lui, est une assistante scénariste de dramas qui a du mal à joindre les deux bouts. La colocation des deux jeunes gens se déroule si bien que Se Hee finit par proposer à Ji Ho un arrangement : celui de se marier par commodité, afin de continuer à partager le loyer. Ji Ho accepte, sans oser dire la vérité à ses amies Woo Soo Ji (Esom) et Yang Ho Rang (Kim Ga Eun), elles aussi embarquées dans des histoires compliquées. La première sort en effet avec le patron de Se Hee, Ma Sang Goo (Park Byung Eun), tandis que la seconde dépérit dans une relation chaotique avec un nerd sans le sou, Shim Won Seok (Kim Min Seok).

Le premier charme de Because This Is My First Life tient à la délicatesse avec laquelle sont traités les personnages, à commencer par Nam Se Hee et Yoon Ji Ho. Tous deux sont des introvertis, et la réalisation raffinée de Park Joon Hwa s’accorde patiemment à leurs hésitations, à leur débit un peu lent. Si le héros introverti est une figure classique du drama coréen (comme du manga), il est en général associé avec un personnage féminin au tempérament explosif. Dans Because This Is My First Life, la rencontre entre ces deux personnalités un peu maladroites, un peu difficiles, est rafraichissante et prétexte à bien des situations cocasses. Le choix des acteurs y contribue largement.

Lee Min Ki est particulièrement drôle dans le rôle de cet homme psychorigide, qui attribue froidement des notes à ses colocataires pour mesurer leur compatibilité avec son mode de vie, mais qui fond devant son adorable chat aux yeux bleus. Parlant d’une voix monocorde, contrôlant la moindre de ses expressions, Se Hee est un personnage impénétrable auquel Lee Min Ki apporte une grâce inattendue.

Jung So Min confirme quant à elle tout le bien que je pensais d’elle depuis son tout premier rôle dans Bad Guy en 2010. Elle dégage quelque chose de très pur sans être niaise, et elle sait être amusante, avec ses airs surpris, ses attitudes parfois décalées. Elle possède par ailleurs un regard captivant que le réalisateur n’a de cesse de saisir lors des nombreux plans contemplatifs s’attardant sur son visage.

L’autre charme de Because This Is My First Life réside dans son contenu ouvertement féministe. Le thème du harcèlement sexuel au travail fait notamment l’objet de deux développements différents. Le premier concerne le personnage de Ji Ho, qui subit une tentative d’agression sexuelle de la part d’un réalisateur, et se voit intimée de se taire par ses supérieurs, depuis le producteur qui la culpabilise, jusqu’à la scénariste en chef qui se montre faussement compatissante pour mieux la soumettre.

Le second développement de cette thématique concerne l’une des amies de Ji Ho, Woo Soo Ji. En dépit d’un bon poste dans une grande entreprise, celle-ci doit constamment endurer les remarques sexistes de ses collègues masculins, quand ce ne sont pas les gestes déplacés des clients. Le drama traite la situation de manière réfléchie, sans céder sur le caractère badass du personnage. Femme d’affaires célibataire à l’allure sexy, Soo Ji a en effet une vie sexuelle active – en plus d’avoir pour particularité de détester les soutiens-gorge. C’est un personnage féminin assez révolutionnaire dans l’univers des dramas coréens, sans doute le plus cool que l’on ait vu depuis longtemps. A ce titre, l’actrice Esom (Man On High Heels) est incontestablement la révélation de Because This Is My First Life. Très charismatique et naturelle, elle possède aussi ce petit côté femme enfant qui la rend irrésistible. Sa prestation réussie devrait lui permettre de monter en grade dans ses prochains projets.

Mais c’est sans doute dans le cadre de la thématique du couple que Because This Is My First Life énonce le plus explicitement les différents aspects de l’égalité entre l’homme et la femme. A travers la voix off de Ji Ho, tout d’abord, qui nous accompagne tout au long du drama ; à travers les propos toujours rationnels de Se Hee, qu’il adresse à Ji Ho ou à d’autres protagonistes – comme ce moment où il fait justement remarquer à Won Seok qu’il ne parle de sa relation qu’à la première personne. On retrouve ce type de verbalisation dans Temperature of Love par le biais du personnage de Jung Sun, qui répète sans cesse à sa petite-amie Hyun Soo qu’elle ne doit pas s’empêcher d’agir selon son souhait lorsqu’elle est en sa présence – la femme ayant tendance à se restreindre devant l’homme de peur de lui déplaire.

Vu sous cet angle, le thème du mariage “utile” est particulièrement habile pour mettre en lumière ces questions essentielles. En se mariant par « convenance » avec pour objectif de partager les frais, Se hee et Ji Ho organisent leur vie ensemble sur un plan strictement égalitaire. Ce qui vient parfois après moult disputes au cours du mariage, est ici régi par un contrat très strict, axé sur la répartition des dépenses et des corvées. Évidemment, l’amour va s’en mêler, et les choses se compliquer un peu. Mais l’amour n’est pas tout.

Car dès l’instant où Se Hee et Ji Ho se marient, leur vie change irrémédiablement, peu importe alors la raison qui les a poussés à passer à l’acte. Ils apprennent que le mariage est une chose qui ne se passe pas seulement entre deux personnes. Une relation, c’est quelqu’un qui arrive dans votre vie avec son histoire. Là encore, c’est un thème que Because This Is My First Life partage avec Temperature of Love, mais qu’il aborde différemment. Temperature of Love s’intéresse notamment à la manière dont les blessures intérieures liées à la relation avec les parents peuvent mettre en danger la vie de couple à l’âge adulte. Because This Is My First Life se focalise davantage sur les conventions sociales, et ce qu’implique l’obligation de fréquenter la belle-famille, surtout pour la belle-fille qui est présumée esclave consentante. Le drama propose une vraie réflexion sur cette question qui tient presque du problème de société. La façon dont sont traitées les belles-filles au moment des fêtes nationales telles que Chuseok est en effet l’une des causes majeures de divorce en Corée du Sud.

Le mariage sous-entend aussi que l’espace personnel va être bousculé. Comment conserver son jardin secret dans ces conditions ? C’est la question que se pose Ji Ho mais c’est aussi la préoccupation de Soo Ji, qui craint de voir sa vie envahie par son petit-ami Ma Sang Goo (excellent Park Byung Eun).

A l’opposé de Soo Ji, Yang Ho Rang est une fille ordinaire qui rêve de mener une vie ordinaire, un peu comme le personnage de Baek Seol Hee dans Fight For My Way. En couple depuis sept ans, elle est obsédée par le mariage. Mais elle met une telle pression à son partenaire qu’elle se rend insupportable, notamment quand elle lui reproche de ne pas la comprendre alors qu’elle ne formule jamais clairement ses souhaits. Won Seok n’est pas idéalisé pour autant, son manque de finesse psychologique atteignant parfois des sommets. Kim Ga Eun (Awl) est parfaite en fille immature qui se heurte à la réalité, de même que Kim Min Seok (Defendant) dans la peau du type lambda qui accepte toujours trop et finit par craquer. Chacun à leur manière, Ho Rang et Won Seok font preuve de lâcheté, et c’est cette lâcheté qui les mène tout droit vers la crise de couple.

Écrit avec un soin évident, Because This Is My First Life évite la plupart des écueils propres au genre romantique pour nous offrir non pas une, mais plusieurs visions du bonheur à deux. On pourra lui reprocher quelques longueurs dans son dernier tiers, dues en grande partie au retour malvenu de l’ancienne petite amie de Se Hee, jouée par Lee Chung Ah. Toutefois on ne lui en tiendra pas rigueur, tant l’ensemble avance sans fausse note, assumant courageusement son discours progressiste sur la nécessaire remise en question du poids des traditions coréennes sur la jeune génération.

Caroline Leroy

Share.