Critique. ‘Children Of A Lesser God’ : Kim Ok Bin affronte une secte dans un thriller horrifique

0

Le drama coréen Children Of A Lesser God vient s’ajouter au catalogue bien rempli des thrillers noirs de la chaîne OCN, spécialiste du genre à la télévision. Children Of A Lesser God met en vedette Kim Ok Bin et Kang Ji Hwan dans un polar mâtiné d’horreur et de fantastique centré sur une mystérieuse organisation religieuse. Servi par un scénario habile et une ambiance anxiogène, Children Of A Lesser God dévoile peu à peu ses cartes pour déployer une intrigue riche et engagée à travers une galerie de personnages torturés.

Synopsis : Inspecteur de police doté d’un QI hors norme, Cheon Jae In doit collaborer avec Kim Dan, jeune policière qui possède un étrange pouvoir lui permettant de voir la mort des victimes. Leur enquête sur une affaire de kidnappings et de meurtres en série les amènera à déterrer les secrets d’une puissante secte responsable d’une véritable conspiration.

Diffusé sur OCN entre le 3 mars et le 22 avril 2018, précédé par Bad Guy: Vile City et suivi par Mistress sur le même créneau, Children Of A Lesser God était dévoilé simultanément sur NETFLIX, qui détient l’exclusivité des droits de diffusion à l’international. Produit par Studio Dragon, le drama est réalisé par Kang Shin Hyo, dont le nom est associé à quelques titres connus comme All In, Midas et The Heirs, et il est écrit par Han Woo Ri, inconnue au bataillon, mais qui a de l’avenir devant elle.

Children Of A Lesser God est un drama qui cache bien son jeu dans les premiers épisodes. L’histoire commence par une enquête autour d’un psychopathe qui assassine des jeunes femmes après les avoir séquestrées dans une cave. Autant dire que le point de départ n’a rien de bien original pour une série policière, si ce n’est que la confrontation entre les méthodes scientifiques de Cheon Jae In (Kang Ji Hwan) et l’approche ésotérique induite par le talent de Kim Dan (Kim Ok Bin) apporte une touche de mystère bienvenue.

L’affaire prend une tout autre tournure lorsque Cheon Jae In et Kim Dan comprennent que l’assassin est lié à une mystérieuse secte qui s’est rendue responsable, 24 ans plus tôt, du suicide collectif de 31 personnes. Le drame semble étrangement lié au passé de Kim Dan, qui se trouve être amnésique de son enfance.

Avec un véritable savoir-faire dans l’écriture, Children Of A Lesser God dévoile ses cartes étape par étape pour nous entraîner dans une véritable conspiration mêlant corruption politique, fanatisme religieux et relations d’emprise psychologique. A mesure que l’histoire se déroule, Children Of A Lesser God nous plonge dans une atmosphère de plus en plus tendue, cultivée par un style visuel sombre et coloré et par des décors donnant la part belle aux intérieurs crasseux.

Au début de chaque épisode, une note précise que ce « God’s fantasy chase horror drama » est une fiction et ne pointe aucun mouvement religieux en particulier. Le plus juste serait de dire que toutes les sectes sont visées dans Children Of A Lesser God

Le thème des sectes, qui intéresse forcément le public coréen depuis le scandale lié à la Présidente Park Geun Hye, destituée en 2017, était déjà abordé l’année dernière dans l’excellent Save Me, qui explorait cet univers de l’intérieur à travers le sort d’une famille tombée sous l’influence d’une organisation religieuse. L’approche adoptée dans Children Of A Lesser God est différente, puisque l’intrigue se déroule pour l’essentiel en dehors des murs de la secte pour appréhender l’influence tentaculaire de celle-ci dans toutes les strates sociales, des résidents à priori inoffensifs d’une île paysanne, jusqu’au plus haut niveau du monde politique, en passant par les fonctionnaires de police. Dans Children Of A Lesser God, il n’est pas seulement question d’une secte, mais de tout ce qui participe à alimenter ces mouvements qui pullulent en Corée du Sud (et ailleurs), profitant des plus démunis sous prétexte de laver leurs péchés, écrasant des vies sous prétexte de sacrifices religieux.

Children Of A Lesser God monte véritablement en puissance lorsque l’histoire se concentre sur le devenir, en tant qu’adultes, d’un groupe d’enfants élevés au sein de la secte 24 ans plus tôt. Que sont devenus ces enfants ? Ont-ils été maltraités ? Quelles conséquences sur leur développement psychique ? Entre violence et déséquilibre mental, les errances de ces trentenaires aux styles de vie très différents les uns des autres montre le caractère destructeur de ces mouvements religieux sur la psychologie humaine.

Heureusement que le drama s’autorise quelques touches d’humour et un soupçon de romance pour relâcher la tension et gérer l’émotion du spectateur, car l’histoire va loin dans l’horreur. Outre les traitements infligés aux enfants, le drama lève le voile sur la mécanique macabre qui peut conduire à la mort collective de dizaines de personnes. Le drame des 31 suicidés est habilement mis en perspective avec l’intrigue politique qui se dévoile progressivement au fil de l’histoire.

La scénariste accomplit dans l’ensemble un travail d’écriture de qualité en développant les multiples facettes de cette intrigue tortueuse, tout en donnant vie à plusieurs personnages consistants. L’une des meilleures idées est d’avoir associé, à travers les flash-backs, le versant horrifique du drama (la scène du suicide collectif des 31 personnes est véritablement atroce !) avec une dimension affective portée par le point de vue des enfants, notamment le trio formé par Popeye, Byul et Apollo, dont on entendra parler tout au long de ces 16 épisodes.

Le casting de Children Of A Lesser God joue beaucoup dans l’intérêt suscité par les personnages. Kim Dan est interprétée par Kim Ok Bin, vue notamment dans le spectaculaire film d’action The Villainess. Dans un rôle radicalement différent, même si elle nous gratifie de quelques jolies scènes d’action, Kim Ok Bin se révèle très expressive et apporte une chaleur bienvenue à la série. Quant à Kang Ji Hwan, ses interventions exubérantes deviennent vite salvatrices compte tenu de la noirceur du drama. Le duo formé par Kim Ok Bin et Kang Ji Hwan renvoie à celui formé par Yukie Nakama et Hiroshi Abe dans le drama japonais Trick, où la jeune femme était aussi dotée d’un pouvoir surnaturel, mais l’ambiance de Children Of A Lesser God est nettement plus anxiogène.

Mon coup de cœur personnel parmi les acteurs va vers Shim Hee Seop, qui excelle dans le rôle du procureur ambigu et tourmenté qui vient perturber l’enquête. L’acteur m’avait bien plu dans Temperature of Love, où son personnage se caractérisait par une présence rassurante, et trouve avec le personnage de Ju Ha Min un rôle de bad guy tourmenté qui lui permet de déployer un registre émotionnel très étendu, avec une interprétation à fleur de peau dans les scènes d’intensité. Ju Ha Min fait aussi un couple sexy et désaxé avec A-Hyun, personnage troublant et ironique interprété par une actrice charismatique, Lee Elijah (se prononce Lee Elliya).

Children Of A Lesser God compte également une galerie d’acteurs secondaires qu’on apprécie toujours de voir dans un drama, comme Jang Gwang (Hwayugi, Cross) dans le rôle du prêtre, dont le mystérieux acolyte est campé par Im Il Gyu (Duel). Le terrible politicien Kook Han Joo est quant à lui interprété par Lee Jae Yong (oui, il était dans Busted!). On a également plaisir à retrouver Ahn Gil Kang (Iljimae) dans le rôle du père de Kim Dan, un personnage qui cache bien des secrets.

Pour prolonger l’ambiance de Children Of A Lesser God, on pourra aussi se plonger dans son OST, qui compte plusieurs pistes envoûtantes permettant de revivre les différentes humeurs traversées par la série – tragique ou macabre, mystique ou enfantine.

Je finirai par conseiller aux personnes ne parlant pas un mot de coréen d’attendre que le drama revienne dans la programmation de NETFLIX pour en profiter pleinement. En effet, les seuls fansubs disponibles sont traduits du chinois et comptent beaucoup de fautes d’anglais, en plus d’agrémenter les phrases de traductions fantaisistes des noms des personnages…

Elodie Leroy

> Lire notre dossier Dramas Coréens: focus sur les thrillers OCN

Share.