Death Note : comparatif films VS j-drama

0

Que vaut la série TV Death Note (2015) par rapport aux films réalisés il y a près de 10 ans, en 2006, par Shusuke Kaneko ? Après le dossier Death Note récapitulant toute la panoplie des adaptations dont l’œuvre de Takeshi Obata et Tsugumi Oba a fait l’objet, et pour prolonger la critique du drama qui a vu le jour cette année sur la chaîne NTV, voici un petit comparatif entre ce dernier et l’adaptation live que nous connaissions auparavant. La confrontation se justifie pleinement : le drama vient corriger certains défauts des films sans pour autant les enterrer, ces derniers possédant des qualités spécifiques.death-note-comparatif1

J’ai résumé les plus et les moins des longs métrages Death Note et Death Note : The Last Name de Shusuke Kaneko pour le cinéma (on oublie volontairement l’horrible spin-off L : Change the World de Hideo Nakata), et ceux du drama Death Note (2015) en quelques points.

Les longs métrages Death Note et Death Note The Last Name (2006)

Films réalisés par Shusuke Kaneko, avec Tatsuya Fujiwara, Kenichi Matsuyama et Erika Toda.

LES PLUS :

  • Le scénario est bien ficelé et très fidèle au manga, malgré une fin différente.
  • Le découpage du récit et de l’action est mieux équilibré que dans le drama.
  • La mise en scène est sobre mais travaillée tout du long.
  • La prestation de Kenichi Matsuyama, qui reproduit avec exactitude les mimiques du personnage de L dans le manga, est saisissante.
  • Dans le rôle de Light, Tatsuya Fujiwara apporte un ton différent au personnage, auquel il ne ressemble pas, mais brille dans les scènes théâtrales qui clôturent les deux films.
  • Le choix d’Erika Toda dans le rôle de Misa Amane est judicieux : l’actrice apporte davantage de relief au personnage du manga.
  • La voix de Ryuk est interprétée par Shido Nakamura, et on adore !
  • L’ambiance sonore est plus soignée que dans le drama, avec des musiques discrètes mais efficaces, auxquelles il faut ajouter les titres de Red Hot Chili Pepper dans les génériques.

LES MOINS :

  • Faute de suffisamment de place pour les dialogues, le duel entre Light et L ne met pas suffisamment l’emphase sur le jeu de manipulation psychologique et la manière dont les personnages eux-mêmes le décortiquent ouvertement dans le manga.
  • Near et Mello sont zappés puisque la fin a été changée.
  • Le personnage ajouté de la journaliste, qui éradique sa rivale grâce au Death Note, est un peu caricatural.
  • On regrette l’absence des hommes d’affaires de la compagnie Yotsuba, qui participaient beaucoup à élaborer la critique sociale dans le manga.

death_note_2_01death_note_2_02death_note_2_13death_note_2_05death_note_2_06death_note_03

Le j-drama Death Note (2015)

Réalisé par Ryuichi Inomata, Ryo Nishimura et Marie Iwasaki, avec Masataka Kubota, Kento Yamazaki et Sano Hinako.

LES PLUS :

  • Le drama propose une vraie relecture de l’univers du manga, en l’actualisant avec les technologies modernes (réseaux sociaux, etc.).
  • La mise en scène fait des merveilles dans les scènes intimistes, permettant de détailler pas à pas tous les états d’âme les plus glauques de Light Yagami.
  • La psychologie des personnages est plus fouillée, en particulier celle de Light Yagami même s’il a subi quelques changements.
  • La tension psychologique entre Light et L est plus développée et plus fun, notamment grâce à une meilleure restitution des jeux de manipulations et des notions de profiling. Leur amitié manquée – avec sa connotation ambiguë – est davantage mise à l’honneur.
  • Le choix d’acteur pour Light Yagami est judicieux : l’acteur ressemble davantage au personnage et lui apporte plus d’innocence au début du drama, pour en faire un personnage d’une noirceur encore plus glaçante à l’arrivée.
  • Joué par Kento Yamazaki, L apparait plus ambivalent et son cynisme ressort davantage.
  • L’actrice qui joue Near, Mio Yuki, a l’air d’une psychopathe ; le changement du personnage de Mello est osé mais c’est une excellente idée !
  • On retrouve les hommes d’affaires de Yotsuba, ce qui permet de développer le propos sur la perte d’idéaux de la jeunesse d’aujourd’hui.
  • Les dieux de la mort bénéficient d’un rendu plus précis.

LES MOINS :

  • Le récit est un peu déséquilibré, avec notamment un premier acte qui s’étire en longueur. L’intérêt est clairement de développer la psychologie de Light, mais il aurait fallu que la série soit plus longue.
  • La mise en scène manque d’envergure dans les scènes censées être spectaculaires (voir le passage avec Raye Penber).
  • L’actrice qui joue Misa, Sano Hinako, est très mauvaise.
  • L’ex-agent Naomi Misora a disparu de la circulation.
  • L’acteur qui interprète M. Yagami, Yutaka Matsushige, est monolithique et crispé.
  • Le thème musical principal, qui revient lourdement à chaque épisode, est raté.
  • Le bruitage qui marque la mise à mort des criminels par le Death Note est identique à celui des films… NTV aurait pu renouveler un peu les effets sonores !

death-note-2015-unedeath-note-2015-03death-note-2015-04death-note-2015-05death-note-2015-12death-note-2015-09death-note-2015-08

Et vous, qu’en pensez-vous ? N’hésitez pas à enrichir l’article de points supplémentaires…

Elodie Leroy

Comments are closed.