TOP 10 des meilleurs dramas coréens de 2015

2

L’année 2016 vient tout juste de commencer et il est temps d’établir notre top 10 des meilleurs dramas coréens de 2015 ! Nos impressions ? Beaucoup de bonnes surprises, quelques grosses déceptions, des sujets parfois osés mais aussi, pour les productions de qualité, une réalisation qui vient directement marcher sur les plates bandes du septième art. Dans notre classement de 2015, on trouve de tout : de la romance, du thriller, de la fantaisie ou encore du social, le tout porté par des femmes flamboyantes, des hommes atteints de troubles psychiatriques, des héros masqués et quelques tueurs en série ! Le ton est donné : à l’heure où le cinéma coréen peine à se renouveler, les séries TV coréennes suivent la voie de leurs consœurs américaines en se posant comme une véritable alternative au grand écran.

kill-me-heal-me-cap01Deux dramas nous ont particulièrement emballées cette année.
Gros coup de cœur de début 2015, Kill Me Heal Me (MBC) met en scène Ji Sung en héritier de chaebol atteint d’un trouble dissociatif de l’identité, et qui fait la rencontre d’une jeune psychiatre campée par Hwang Jung Eum. Si le scénario mêle avec virtuosité la comédie romantique et le drame psychologique, le fil rouge de l’histoire n’est autre que l’enquête destinée à faire la lumière sur l’origine des sept personnalités hautes en couleurs du personnage principal. Le duo Ji Sung / Hwang Jung Eum fait des étincelles et Park Seo Joon, qui occupe un second rôle, s’affirme déjà comme l’une des révélations de l’année. Autre coup de cœur de l’année, Hello Monster (autrement intitulé I Remember You) repose lui aussi sur une intrigue solide et tortueuse dont le mystère est empreint d’une dimension psychologique. Intelligent, intriguant et constamment divertissant, le drama nous plonge dans la psyché d’un tueur en série tout en développant un propos intéressant sur les relations humaines en général. Seo In Guk, Jang Nara, Park Bo Gum et Choi Woo Young y sont excellents.

L’année 2015 est aussi et surtout l’année des femmes fortes. Des femmes qui s’interrogent sur leur place dans la société, qui luttent pour prendre les rennes de leur vie dans une société patriarcale, qui contestent le monopole masculin sur des métiers à risques. Outre les questionnements existentiels de Hwang Jung Eum dans She Was Pretty, les enquêtes criminelles menées de main de maître par Kim Hee Ae dans Mrs Cop, les tribulations journalistiques de Park Min Young dans Healer, les mésaventures de productrice de Kong Hyo Jin dans Producer ou encore le retour à la vie étudiante d’une mère de famille campée par Choi Ji Woo dans Twenty Again (tvN), les femmes de Unkind Ladies (KBS) offrent une photographie riche et vivante des Coréennes d’aujourd’hui. Âgées de 30 à 75 ans, elles font de bons et de mauvais choix au travail comme dans la vie privée, se révèlent tour à tour attachantes et énervantes, hantées par leurs blessures d’adolescence ou par de vieilles rivalités. En tout cas, elles sont actrices de leur propre vie et nous font vibrer grâce à un casting aux petits oignons porté par Chae Shi Ra, Lee Ha Na et Kim Hye Ja (l’actrice de Mother de Bong Joon Ho).

Unkind-Ladies-05Dans un registre purement romantique, la comédie She Was Pretty nous a déclenché des fous rires incontrôlables grâce à des situations rocambolesques et des personnages pétillants, l’occasion de revoir Hwang Jung Eum et Park Seo Joon à nouveau réunis quelques mois après Kill Me Heal Me, et de retrouver Choi Siwon en freestyle dans un rôle surréaliste. Côté thriller, Missing Noir M (OCN) s’impose comme une pure série policière et brille par sa réalisation énergique, ses scénarios sophistiqués, ses thèmes puissants et son univers qui puise ses inspirations aussi bien chez le David Fincher des débuts (Se7en) que dans l’ambiance des thrillers noirs qui ont fait la renommée du cinéma coréen (The Chaser, Memories of Murder…). De son côté, Healer, qui met en vedette Ji Chang Wook, joue la carte du héros masqué romantique tout en délivrant de belles scènes d’action urbaines et un propos intelligent sur la fonction du journalisme dans la société. Dans un style plus mixte, Mask joue la carte du thriller psychologique à travers une histoire d’usurpation d’identité qui tourne au choc de personnalités entre l’héroïne et les deux hommes qui l’entourent, parmi lesquels un pervers narcissique qui tente de l’enfermer dans un piège meurtrier (Yeon Jung Hoon, le méchant mémorable de l’année).

Missing-Noir-M-06Enfin, parmi les dramas inclassables, l’étonnant Producer (KBS) se penche sur le tournage des téléréalités à la 1 Night 2 Days pour délivrer une comédie satirique à caractère documentaire sur l’entertainment sud-coréen. Plus discrète, Awl (jTBC) s’intéresse au monde du travail à travers la difficile et émouvante prise de conscience d’employés ordinaires de leurs droits à être traités comme des êtres humains. Dans un style différent, My Beautiful Bride (OCN) s’articule autour de la quête désespérée d’un homme pour retrouver sa fiancée dans le Séoul interlope, et offre des scènes d’action de haute volée (courses poursuites en voiture, scènes de baston très violentes) qui n’ont rien à envier au cinéma.

L’année 2015 comporte aussi son lot de flops, plus ou moins vertigineux, rencontrés dès le mois de janvier. Parmi eux, deux dramas apparaissent comme de véritables erreurs de parcours pour leurs stars respectives. Faisant une concurrence directe à Kill Me Heal Me sur son créneau horaire avec un thème similaire (le trouble dissociatif de l’identité), Hyde, Jekyll and I (SBS) n’est jamais parvenu à soutenir la comparaison, que ce soit en termes qualitatifs ou en audiences. C’est dommage pour Hyun Bin dont c’était le grand retour sur le petit écran après plusieurs années d’absence pour cause de service militaire. Sa partenaire de Secret Garden, Ha Ji Won, encaisse un bide équivalent quelques mois plus tard avec The Time We Were Not in Love, où elle partage la vedette avec Lee Jin Wook. Un beau casting pour un drama poussif qui n’a jamais su trouver le ton juste.

healer-jichangwook-02Autre échec notoire, celui de l’un des supposés thèmes phare de l’année : le vampirisme. Tout comme le voyage dans le temps avait fait l’objet d’une série de dramas très différents les uns des autres en 2012, les vampires ont envahi les écrans en 2015. Malheureusement, les tentatives se sont toutes avérées bien décevantes. On retiendra quelques bonnes scènes dans Scholar Who Walks The Night (la transformation en vampire de Lee Jun Ki est particulièrement horrible) et quelques thèmes de fond intéressants dans Blood, mais dans l’ensemble, ces expériences demeurent tristement oubliables.

Finissons par mentionner quelques dramas souvent cités dans la blogosphère parmi les plus marquants, mais que nous n’avons pas encore visionnés, tels que Pinocchio, Angry Mom et  Reply 1998, et d’autres dont nous n’avons pas vu l’intégralité des épisodes et qui s’annoncent plutôt bien, à savoir précisément Yong Pal, qui comporte une scène d’action dantesque dans l’épisode 1, et Heard It Through The Grapevine, qui brille par une réalisation haut-de-gamme digne d’un film d’auteur.

TOP 10 des meilleurs dramas coréens de 2015

1 – Kill Me, Heal Me

kill-me-heal-me-35

2 – Hello Monster

Hello_Monster-01

3 – Healer

healer-jichangwook-01

4 – She was pretty

She-Was-Pretty-01

5 – Unkind Ladies

Unkind-Ladies-01

6 – Missing Noir M

Missing-Noir-M-08

7 – AWL

awl-jtbc-01

8 – Mask

mask-poster-04

9 – Producer

the-producers-02

10 – Twenty again

20again-02

Caroline et Elodie Leroy

Share.