Qui sommes-nous ?

Vous aimez le cinéma et les dramas coréens et vous avez un biais prononcé pour la Kpop ? Vous ne jurez que par le style vestimentaire de G-Dragon, vous êtes prêt à prendre un billet d’avion pour voir Lee Seung Gi en concert à Séoul, vous placez Iljimae devant Batman dans la liste des plus grands héros masqués de tous les temps et vous préférez Yoomes Bond à James Bond ?
En même temps, vous gardez une place pour Spider-man et pour Frodon dans votre cœur, vous pouvez dresser la liste des professeurs de Harry Potter année par année, ou philosopher sur les stratégies à adopter à chaque épreuve du Liar Game ? En fin de compte, vous vous plaisez dans les décors romanesques de l’ère Joseon mais vous ne manquez pas de faire quelques détours à Gotham City ou dans les profondeurs de la Terre du Milieu ?

En bref, vous avez une prédilection pour l’Asie, en particulier pour la Corée du Sud qui représente en quelque sorte votre obsession quotidienne, mais vous ne boudez pas pour autant le reste du monde ? Ce blog est fait pour vous.

Que trouverez-vous sur StellarSisters.com ?

Vous l’aurez compris, notre univers ne connaît pas de frontières géographiques. Cependant, nous vous proposons à travers nos articles une vision alternative à celle qui prédomine dans les médias, voulant que l’Amérique soit le centre du monde en matière de divertissement. Chez les Stellar Sisters, le centre de gravité, c’est l’Asie et plus particulièrement la Corée du Sud !

Pourquoi la Corée du Sud ? Parce que c’est là où ça se passe ! Depuis les années 90, la culture populaire coréenne a connu une explosion spectaculaire en termes de créativité et de notoriété. Mais la vraie raison est peut-être beaucoup plus simple : la passion ! Nous consommons massivement des dramas coréens, de la Kpop et des variety shows coréens, et à force d’être immergées dans cet univers, nous avons eu envie de partager nos découvertes. Ajoutons à cela que nous sommes rendues plusieurs fois sur place et que nous sommes littéralement tombées amoureuses de ce pays. Vous trouverez donc sur ce blog une majorité d’articles consacrés au cinéma, aux séries et à la musique asiatiques, avec une forte prédominance de sujets dédiés à la Corée du Sud. Autant de domaines sur lesquels nous tentons d’apporter un éclairage nouveau à travers des mises en perspectives fondées sur nos observations personnelles et notre culture cinématographique et musicale. Et si nous sommes très portées sur l’analyse, nous assumons avec joie la fangirl qui sommeille en nous. 🙂

Pourtant, le divertissement à la coréenne et plus généralement asiatique ne saurait être envisagé comme un univers replié sur lui-même. C’est pourquoi nous restons à l’écoute de ce qui se produit dans le reste de l’Asie, notamment en Chine et au Japon, mais aussi en Occident : pas question de renier notre amour du cinéma d’action et de SF américain, nos cinéastes français préférés, nos découvertes scandinaves, etc. D’ailleurs, les influences mutuelles entre Orient et Occident ne cesseront jamais d’exister et les générations de demain aborderont la culture populaire de manière globale.

C’est pourquoi, si la Corée du Sud demeure notre priorité, vous trouverez également, au fil de nos sorties ciné ou visionnages TV, des articles dédiés aux films, séries américaines ou japonaises, musiques occidentales ou émissions TV françaises qui captent notre attention, nous passionnent ou au contraire attirent nos foudres. Ces coups de cœur et ces coups de gueule vous permettront d’ailleurs de cerner d’autant mieux les raisons de notre intérêt pour la culture pop coréenne.

Pourquoi « Stellar Sisters » ?

Stellar Sisters, c’est notre pseudo depuis la création de ce blog. Pour quelle raison exactement?… Eh bien, c’est plus glamour que Leroy Sisters, non ?

Pourquoi sisters ? Parce que nous sommes deux sœurs : Caroline est l’aînée et Elodie la cadette – ou plutôt celle du milieu puisque nous avons aussi un petit frère de l’autre côté du globe ! 🙂

Pourquoi Stellar ? C’est une longue histoire… Peut-être parce que nous avons toujours la tête dans les étoiles. Ou parce que nous adorons la science-fiction depuis notre plus tendre enfance. Une autre théorie sur le sujet pourrait se résumer par la formule : Naega che chala ga 내가제일잘나가. En toute modestie…

Pourquoi toutes ces archives dans la rubrique « cinéma » ?

Vous l’avez peut-être remarqué si vous avez fouillé dans les archives ou si vous êtes arrivé ici en cherchant des infos sur un film plus ancien, StellarSisters.com comporte un nombre très élevé d’articles compte tenu de sa date de lancement (le 20 octobre 2012), parmi lesquels une grande concentration de textes datés de mars à octobre 2012. Comment avons-nous eu le temps d’écrire toute cette littérature en quelques mois ? Non, nous ne possédons pas le retourneur de temps d’Hermione. Si vous regardez bien, ces articles s’achèvent tous par la mention « Article publié sur [nom du média]le [date] » ? Ce sont en effet les textes que nous avons écrits auparavant pour les médias où nous avons fait nos armes en tant que journalistes cinéma, en particulier feu Dvdrama.com (devenu par la suite Excessif.com) et Filmsactu.com. Nous avons aussi inclus les premiers articles d’Elodie sur Agoravox.fr.

Flashback…
Août 2003. Nous intégrons la rédaction de Dvdrama.com. C’est la grande époque où la presse en ligne monte en flèche, attire les passionnés, forme des communautés. L’époque où chaque critique de film suscite des débats enflammés et sans fin sur les forums en bas de page. Sur un support en ligne multi-spécialiste comme celui-ci, le journaliste se doit d’être rapide pour faire face à la concurrence, tout en affirmant une expertise dans chaque article, sous peine de se faire arracher la tête par les abonnés. Nos articles sont principalement dédiés au cinéma asiatique et nous créons d’ailleurs la rubrique « Regard sur l’Asie », destinée à faire connaître des films qui n’ont pas bénéficié d’une sortie en France.
Octobre 2007. Nous passons sur Filmsactu.com, dont nous vivons le lancement sur la toile. Internet a déjà changé, les interactions avec les lecteurs se font plus rares, mais la création d’un site web de cinéma demeure un exercice passionnant. Rude mais passionnant. Sur ce nouveau support, nous écrivons un grand nombre d’articles sur le cinéma asiatique mais nous diversifions notre champ d’action en écrivant sur tous les cinémas. Nous réalisons des interviews, couvrons des festivals, réalisons des reportages vidéo (Elodie créé et réalise le Cinébuzz entre 2009 et 2011). Nous restons chez Filmsactu.com jusqu’en 2010 pour Caroline et 2011 pour Elodie.

Aujourd’hui…
De l’eau ayant coulé sous les ponts, nos articles sont devenus difficilement accessibles sur la toile. Et comme nous avons toujours cru en ce que nous faisions (pour ne pas dire que nous sommes un peu mégalo sur les bords) et que nous avions fort heureusement sauvegardé ces textes sur nos ordinateurs personnels, nous avons décidé de réunir les plus significatifs d’entre eux sur ce site afin de présenter une vue globale de nos travaux. Ces archives constituent en quelque sorte l’arrière plan de StellarSisters.com. Elles représentent notre historique de rédactrices cinéma avant que nous n’élargissions notre univers vers les séries et la musique. Elles vous permettront d’en savoir plus sur nos tribulations journalistiques, de découvrir les personnalités que nous avons rencontrées, de cerner nos goûts artistiques.

A présent, nous écrivons sur Stellar Sisters pour le plaisir, rien que pour le plaisir, sans que cette activité ne génère aucun profit financier. De ce fait, StellarSisters.com bénéficie d’une entière indépendance éditoriale. Et si nos propos n’engagent que nous, nous assumons pleinement nos prises de position !

L’Asie et nous

D’où vient notre intérêt pour l’Asie ? Tout a commencé avec les dessins-animés japonais dans les années 80. Eh oui, nous sommes issues de la génération Saint Seiya ! Nous avons vécu le succès de la japanim’ au Club Dorothée et la cabale médiatique destinée à les interdire qui s’est ensuivie, la sortie d’Akira en 1991 (oui, nous étions à la première le 8 mai), la sortie des Miyazaki quelques années plus tard et enfin l’entrée en force des mangas dans les boutiques culturelles.

L’année 1993 fut quant à elle marquée par un autre choc : l’arrivée des films de John Woo dans les salles françaises ! Tout a commencé, pour nous, avec une séance à la Fête du Cinéma à Paris, sur les Champs Elysées. La séance que nous avions prévue était blindée et nous nous sommes reportées sur un film obscur dont Caroline avait vaguement entendu parler : A toute épreuve de John Woo… Ce fut l’une des claques les plus mémorables de notre vie de cinéphile. Et puis, tout s’est enchaîné : la rétrospective John Woo au Grand Rex, l’arrivée des films de Wong Kar Wai au cinéma, HK Magazine et toute sa superbe collection VHS (avec leurs magnifiques jaquettes), le cycle Tsui Hark en 15 films au Racine Odéon (et le nombre incalculable de séances de The Blade et de Green Snake auxquelles nous avons assisté), les VCD chopés dans le quartier chinois de Paris et la consommation effrénée de films de Hong Kong, la création du Festival du Film Asiatique de Deauville en 1999… Nous étions présentes à tous ces rendez-vous.

N’oublions pas les années Jet Li, que nous avons eu la chance de rencontrer à plusieurs reprises. Nous avons même administré entre 2000 et 2003 la section française de son site officiel, en collaboration avec son équipe qui avait imaginé le Global Fan Network, projet réunissant des webmasters issus de plusieurs pays parmi lesquels l’Angleterre, l’Allemagne, la Hongrie, la Russie ou encore le Japon. Notre rôle consistait à traduire le contenu officiel de l’anglais au français et à ajouter les infos locales concernant la France. En 2003, pendant le tournage de Danny The Dog, nous avons organisé un fan meeting entre Jet Li et ses fans issus du forum officiel français. De sacrés souvenirs !

La Corée et nous

Et la Corée du Sud, dans tout ça ? Nous sommes littéralement tombées amoureuses de ce pays en voyageant sur place, en parcourant les rues de Séoul et de Busan, en découvrant l’histoire du pays, sa cuisine, l’hospitalité des Coréens… Mais avant de nous rendre dans le pays, la rencontre s’est faite avec le cinéma.

Notre premier contact avec le cinéma coréen date de la fin de l’année 2000, en vidéo avec Shiri de Kang Je Gyu et dans une salle d’arts et d’essai parisienne avec Le Chant de la Fidèle Chunhyang d’Im Kwon Taek. Le choc le plus marquant s’est cependant produit quelques mois plus tard, en mars 2001, avec la séance de JSA (Joint Security Area) au Festival du Film Asiatique de Deauville. En présence du réalisateur Park Chan Wook et de l’acteur Song Kang Ho, s’il vous plaît. Impossible d’oublier la standing ovation du public après la projection et l’émotion de l’équipe du film… La suite, vous vous en doutez : la Corée du Sud s’est définitivement ajoutée à notre paysage cinématographique.

Dix ans plus tard, en 2011, les dramas coréens ont fait leur entrée dans notre univers. L’addiction atteint d’abord Caroline, alors déjà consommatrice de dramas japonais. Le coup de foudre pour les dramas coréens s’opère en grande partie grâce à Iljimae, histoire de héros masqué avec Lee Jun Ki. A cette époque, Elodie ne connaît des dramas coréens que le thriller d’espionnage Iris. La contamination se produit l’année suivante avec You’re Beautiful, dont certaines scènes deviennent très vite cultes chez les sisters. Quelques temps plus tard, le magnifique Rooftop Prince achève de convertir Elodie à la folie des dramas coréens.
Le virus de la Kpop nous atteint à la même période, en grande partie grâce à BIGBANG, dont nous assistons au concert à Londres en décembre 2012…

Pour la suite de l’histoire, rendez-vous sur les pages du blog ! Bonne lecture !

Caroline & Elodie Leroy

gyungbokgung_01