Critique : ‘Le Repas’, de Mikio Naruse

0

Inspiré d’un roman de Fumiko Hayashi, Le Repas de Mikio Naruse pourrait presque tout aussi bien se dérouler dans le Japon d’aujourd’hui, tant les accès de déprime et les interrogations de cette femme au foyer ordinaire interprétée par Setsuko Hara paraissent actuelles, dans un pays où les femmes mariées sont encore une minorité à travailler, qui plus est à plein temps. Avec délicatesse et sensibilité, Mikio Naruse dresse le portrait d’une femme anonyme dont les insatisfactions seraient considérées comme futiles par d’autres.

Mariés depuis cinq ans seulement, Michiyo et Hatsunosuke n’ont plus grand-chose à se dire et mènent une vie routinière dans un quartier peu animé d’Osaka. Tandis que Michiyo commence à se lasser de consacrer tout son temps au ménage et à la cuisine, la nièce de son mari débarque à l’improviste en prétendant avoir fugué de chez ses parents qui vivent à Tokyo. Capricieuse et insouciante, la jeune Satoko ne se doute pas du petit séisme qu’elle vient de provoquer au sein de ce couple rongé par l’ennui…

le_repas_05De quoi se plaint Michiyo, l’héroïne du Repas ? Elle a épousé l’homme qu’elle aimait, contre l’avis de ses parents, et s’occupe de son gentil mari au quotidien, dans un petit coin tranquille, loin de l’agitation urbaine. Elle mène par conséquent l’existence rêvée de toute femme, le mariage représentant l’unique aboutissement d’une vie sans espoir d’autonomie véritable. Et pourtant, les jours passent et se ressemblent, le brave Hatsunosuke ne l’interpelle que pour l’informer qu’il a faim et qu’il serait temps de préparer le repas, ou pour lui demander d’aller lui chercher son mouchoir rangé dans un tiroir de la commode du salon. Bien que le couple n’ait pas d’enfant, l’horizon de Michiyo ne dépasse pas les murs de cette maison de superficie réduite, dans laquelle elle s’affaire à cuisiner pour son mari ou à récurer le moindre recoin du salon. La promesse de bonheur symbolisée par le mariage s’est changée subrepticement en vie de servitude, fatalité largement encouragée par les difficultés financières que rencontre au quotidien ce couple de condition sociale modeste.

Si la morale de cette belle histoire accuse aujourd’hui quelque peu le poids des années – quoique l’issue de la chronique demeure relativement ouverte en réalité – , la justesse de son propos, de la mise en scène et de l’interprétation en font un film en tous points remarquable.

Setsuko Hara, actrice fétiche de Yasujiro Ozu et grande star de l’époque, y incarne une Michiyo en proie à une détresse pudique, qui découvre peu à peu qu’elle ne va nulle part, que sa vie n’a aucun sens. L’étonnante modernité qui se dégage de la comédienne, la finesse de son jeu, seyent à merveille à ce personnage qui lutte pour exister en dépit du fardeau écrasant des traditions.

Le plus terrible dans l’affaire est que la farouche volonté de cette jeune femme de sortir de ce carcan insoutenable se heurte plus que jamais aux souhaits bienveillants de ses proches, à commencer par sa propre mère. Quant à son mari, il jouit de ses privilèges en toute innocence et ne ferait pas de mal à une mouche. Qui blâmer ? La nièce égoïste, Satoko ? Pour peu scrupuleuse qu’elle soit, la jeune fille profite elle-même de ses derniers moments de liberté relative puisqu’elle reste, quoiqu’elle fasse, sous la tutelle de son père. Le cinéaste se garde bien de porter un jugement sur ses personnages et préfère les regarder évoluer individuellement et collectivement au milieu de la grisaille, avec le regard bienveillant qui le caractérise.

Œuvre accessible, émouvante et subtile, Le Repas dresse un constat extrêmement amer de la condition des femmes japonaises au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale et au-delà, une analyse encore pertinente aujourd’hui mais que peu de cinéastes nippons ont à cœur de relayer.

Caroline Leroy

Article publié sur DVDRama.com le 23 octobre 2006 (test DVD du coffret Mikio Naruse sorti par Wild Side Vidéo en 2006)

> Lire la critique de Nuages flottants de Mikio Naruse
> Lire la critique de Nuages d’été de Mikio Naruse

le_repas_04

Share.