Critique : ‘Les Exécuteurs de Shaolin’, de Liu Chia Liang

0

Cocktail savoureux alliant kung fu comedy familiale et spiritualité martiale, le tout porté à un extraordinaire degré de maîtrise et de maturité, Les Exécuteurs de Shaolin de Liu Chia Liang n’a pas pris la plus petite ride malgré ses presque trente ans d’âge. Construit autour d’une histoire pétrie de rebondissements inattendus s’étalant sur plus de dix ans, et en dépit d’une apparente légèreté, le film se révèle bien plus riche que la plupart des productions actuelles du genre.

executeurs_shaolin_13Chine, 1736. Le Temple de Shaolin est incendié par les troupes mandchoues menées par un redoutable moine taoiste du nom de Pai Mei / Sourcils-Blancs. Quelques survivants tentent de s’enfuir mais sont pour la plupart rapidement massacrés. Hung Hsi Kuan parvient à se réfugier au sein d’une troupe d’acteurs itinérants et tombe rapidement amoureux de Fang Yong Chun, nièce de Fang Shi Yu qui a péri dans l’incendie. Ils se marient et Yong Chun ne tarde pas à donner naissance à un fils, mais Hung Hsi Kuan est toujours décidé à se venger de Pai Mei…

Pour son quatrième film en tant que réalisateur, l’immense Liu Chia Liang avait déjà trouvé le ton inimitable et l’extraordinaire maturité qui caractérisera par la suite son cinéma au travers de chefs-d’œuvres tels que La Mante Religieuse, La 36ème Chambre de Shaolin, Les Arts Martiaux de Shaolin ou Drunken Master II.

Les Exécuteurs de Shaolin met en scène Hung Hsi Kuan (ou Hung Hei Kwun en cantonais) héros récurrent des films d’arts martiaux incarné ici par Chen Kuan Tai et que l’on a pu voir depuis sous les traits de nombreux autres acteurs connus, tels que Jet Li dans le délirant New Legend of Shaolin (Wong Jing) ou Donnie Yen dans la série The Kung Fu Master. Hung Hsi Kuan est l’un des dix Tigres de Shaolin disciples de Zhi Shan, tout comme l’autre grande figure légendaire de cette époque, Fang Shi Yu (Fong Sai Yuk en cantonais), lui aussi maintes fois représenté à l’écran.

Dans Les Exécuteurs de Shaolin, Hung Hsi Kuan s’éprend immédiatement de la nièce de ce dernier, Fang Yong Chun (Lily Li), elle-même experte en arts martiaux puisqu’elle pratique le Wing Chun. Un talent qu’elle mettra d’ailleurs à profit pour lui rendre la tâche particulièrement difficile lors de leur nuit de noces en le mettant au défi de parvenir à lui écarter les jambes. Nuit après nuit, tel le pauvre Gunter tentant de venir à bout des épreuves imposées par l’intraitable Brünhild dans La Légende des Niebelungen, Hung Hsi Kuan revient à la charge sous le sourire moqueur de sa femme. Et ce n’est que lorsqu’il y parvient, au terme d’une suite de scènes cocasses, qu’il semble enfin gagner toute son estime. De cette union naîtra bien sûr un fils, Hung Wen Ding (Wong Yu), destiné à perpétuer la tradition familiale du kung fu. Or Hung Hsi Kuan refuse d’enseigner à son fils la boxe du tigre, tout comme il refuse d’apprendre de sa femme la boxe de la grue. C’est par conséquent sa mère qui transmettra à Wen Ding son savoir.

executeurs_shaolin_05Malgré le ton comique adopté par Les Exécuteurs de Shaolin dans sa première partie, chaque scène, si loufoque soit-elle, contribue à poser les bases essentielles qui permettront de saisir toute la philosophie contenue dans la deuxième partie, plus sombre, dédiée à la vengeance de Hung Hsi Kuan sur le moine Sourcils-Blancs (Lo Lieh). Ce moine eunuque, responsable de la mort de son maître et de ses amis au début du film, maîtrise le kung fu de l’invulnérabilité qui lui permet, entre autres, de faire circuler ses points vitaux à l’intérieur de son corps au gré de sa volonté. Cette idée géniale est prétexte à de jubilatoires scènes de combat entre cet étrange personnage et notre héros Hung Hsi Kuan, tout en s’intégrant parfaitement au propos que le réalisateur développe tout au long du film sur l’alliance nécessaire de la grue et du tigre, du yin et du yang.

executeurs_shaolin_08Les Exécuteurs de Shaolin est un film au cours duquel on se surprend plus d’une fois à s’extasier tout haut devant l’incroyable cohérence de ces combats aussi purement divertissants que diaboliquement cérébraux, quand on réalise que le petit détail apparemment anodin d’une scène précédente recelait en réalité la clé de l’énigme.

Devant la caméra de Liu Chia Liang, les membres de cette famille originale incarnés par Chen Kuan Tai, Lily Li et Wong Yu donnent le meilleur d’eux-mêmes. Lily Li, en particulier, impressionne par son jeu, aussi à l’aise dans le rôle de la jeune fille timide que dans celui de la mère responsable face à son farceur de fils incarné par un Wong Yu délicieusement pétillant. Dans le rôle du moine invincible, Lo Lieh campe un adversaire très classe et inquiétant, dont le coup de grâce en surprendra plus d’un(e) ! Les Exécuteurs de Shaolin est un pur bonheur du début à la fin, un film d’arts martiaux comme on n’en fait plus.

Caroline Leroy

Article publié sur DVDRama.com le 18 octobre 2005

Disponible en DVD chez Wild Side Vidéo

Share.