Critique : ‘Opération Condor’, de Jackie Chan

0

Connu à l’origine sous le titre Armour of God II, Opération Condor est la suite de Mister Dynamite (Armour of God) réalisé par Jackie Chan quatre ans auparavant. L’acteur/réalisateur reprend ainsi le rôle de Jackie Condor, un aventurier casse-cou et téméraire qui s’apparente à une sorte d’Indiana Jones à la sauce hongkongaise. Si Opération Condor est loin d’être le film le plus marquant de Jackie Chan, il n’en constitue pas moins un excellent moment de détente, plein d’humour et de cette inventivité débordante qui caractérisait les films d’action de Hong Kong de cette époque.

On passera très vite sur le scénario qui ne présente en lui-même pas d’intérêt particulier, si ce n’est d’être prétexte aux péripéties les plus rocambolesques imaginables au cours desquelles Jackie Chan affirme une fois de plus son statut de roi de la kung-fu comedy.

Jackie Condor est de retour. Cette fois, il est envoyé par les Nations Unes à la recherche d’une énorme quantité d’or disparue pendant la Seconde Guerre Mondiale en plein désert du Sahara. Pour se faire, il est accompagné d’une agent de l’ONU et de la petite fille de l’un des militaires porté disparu à l’époque. Mais les trois complices s’aperçoivent bien vite qu’ils ne sont pas seuls sur le coup…

Jackie Condor ne voyage pas seul puisqu’il est accompagné de trois jeunes femmes toutes aussi nunuches les unes que les autres (les productions de l’époque étaient d’un incroyable machisme!) mais qui forcent véritablement la sympathie de par leur capacité à cumuler un maximum de gaffes en un minimum de temps – mention spéciale à Eva Cobo pour le maniement du fusil mitrailleur. En toute modestie, Jackie Chan en profite pour se mettre en scène dans des situations qui feront certainement fantasmer la gent masculine, comme dans ce moment très évocateur où il tente, à l’insu des méchants, de faire boire de son jet d’eau secret aux trois demoiselles que la soif rend quelque peu entreprenantes.

Film de Jackie Chan oblige, les séquences d’action rivalisent d’imagination grâce à des chorégraphies délirantes qui utilisent les décors dans leurs moindres recoins, soutenues par un sens inné du cadrage, un montage percutant et une bande son participant pleinement à la narration. Si l’amateur d’arts martiaux pourra se montrer légèrement déçu par la franche mise en retrait du combat pur, Jackie Chan nous livre en revanche une brochette de cascades toutes plus impressionnantes les unes que les autres, à commencer par le dénouement ahurissant de la très culte course-poursuite en moto.

Quant au final, il tient largement ses promesses en s’étalant sur près d’une vingtaine de minutes haletantes au cours desquelles Jackie affronte une galerie de méchants aussi clownesques que redoutables (parmi lesquels on reconnaîtra Ken Lo), le tout traversé par une hystérie et un sens du burlesque qui provoqueront immanquablement l’euphorie chez le spectateur. Sans être le plus mémorable de la filmographie de Jackie Chan, Opération Condor reste un divertissement léger et attachant.

Elodie Leroy

Article publié sur DVDRama.com le 19 août 2007

Share.