Critique : ‘The Moon Warriors’, de Sammo Hung

0

Réunissant un casting de superstars composé de Andy Lau, de la regrettée Anita Mui et de Maggie Cheung, le prolifique réalisateur Sammo Hung nous entraîne avec The Moon Warriors dans un film de sabre romantique dont la fraîcheur et l’énergie sont un véritable régal.

Dans le royaume de Lan Ning, un simple pêcheur, recueille le roi de Langling, en fuite après avoir été chassé du trône par son propre frère. Fei est alors envoyé à la recherche de la fiancée du roi, qui a rallié le camp adverse en secret et tombe amoureux d’elle sur le chemin du retour.

moon_warriors_02Réalisé en 1992, The Moon Warriors appartient à la flamboyante époque du cinéma d’arts martiaux de Hong Kong, portée à son sommet par Tsui Hark et sa saga des Il était une fois en Chine. The Moon Warriors se rapproche davantage de l’univers empreint de magie des Swordsman que de la fresque historique, ce qui n’a rien d’étonnant puisque Ching Siu Tung y est là aussi chorégraphe, même si le film a été mis en scène par Sammo Hung.

Le scénario de The Moon Warriors ne constitue évidemment pas le principal intérêt du film. Andy Lau y interprète un pêcheur un peu rustre qui se voit confier la lourde tâche d’aider le roi déchu de son trône à récupérer celui-ci. Visiblement à l’aise dans ce rôle basique mais fort sympathique, l’acteur s’en donne à cœur joie et annonce d’emblée le ton fantaisiste du film, en particulier lorsqu’il s’adonne à d’étonnants jeux aquatiques avec son meilleur ami qui n’est autre qu’un orque !

moon_warriors_01The Moon Warriors passe véritablement à la vitesse supérieure avec l’arrivée du personnage d’Anita Mui. Il est d’ailleurs amusant de constater qu’à l’époque il n’était pas rare de confier le rôle d’une adolescente à une actrice trentenaire (voire presque quarantenaire dans le cas de Lin Ching Hsia avec Jiang Hu), chose absolument impensable de nos jours à Hong Kong. Anita Mui confère à son personnage un mélange de noblesse et de malice qui rend immédiatement attachant son couple avec Andy Lau.

Troisième protagoniste essentiel de cette histoire où le drame et la légèreté se côtoient, Maggie Cheung ne dépare pas dans le rôle d’une tueuse déchirée entre son devoir et ses sentiments pour le personnage de Kenny Bee.

moon_warriors_04Tout comme Blade of Fury du même Sammo Hung, réalisé peu de temps après, The Moon Warriors bénéficie d’une superbe photographie rehaussée par l’utilisation de filtres orangés dans les scènes d’extérieur, qui sont nombreuses. Aériennes et rythmées, les chorégraphies de Ching Siu Tung s’intègrent une fois de plus à merveille à l’univers irréel du wu xia pian.

C’est donc avec nostalgie que l’on regarde The Moon Warriors, film charmant qui nous rappelle à quel point le cinéma de Hong Kong était alors capable de nous faire rêver avec des histoires simples et une créativité en ébullition.

Caroline Leroy

Article publié sur DVDRama.com le 17 avril 2005

Share.