Ha Jung Woo affronte un terroriste dans ce thriller coréen intense et bien ficelé, dans lequel un attentat est au cœur d’une bataille médiatique.

Le cinéma coréen n’a pas fini de nous étonner avec ses thrillers. Entre menace terroriste, lâcheté politique et manipulation médiatique, le scénario de The Terror Live fait froid dans le dos. Habité par une tension rare et grandissante, ce premier long métrage de Kim Byung Woo utilise le concept fort du huis-clos pour développer des thèmes dans l’air du temps – les médias, le terrorisme – sans céder à la tentation du spectaculaire à outrance. Dans le rôle de l’animateur radio piégé dans son studio, Ha Jung Woo se révèle convaincant jusqu’au bout.

Attentat et bataille d’audimat

Ancien présentateur de JT limogé quelques années plus tôt, Yoon Yeong Hwa (Ha Jung Woo) tente de sauver les restes de sa carrière en animant une émission de radio à caractère politique, mais qui peine à trouver son public. Jusqu’au jour où, en plein débat sur la hausse des impôts, il reçoit un appel étrange de la part d’un homme qui affirme avoir posé une bombe sur le pont Mapo. Croyant à un mauvais canular, l’animateur l’envoie balader. Mais bientôt, un bruit sourd se fait entendre dans le quartier : le pont Mapo vient d’être coupé en deux par une explosion. Toujours en ligne, l’homme revendique l’attentat.

Prévoyant une montée d’audience spectaculaire qui ne pourra qu’entraîner son retour sur le devant de la scène, l’animateur Yoon convoque les caméras et le patron de la chaîne pour organiser une interview. Mais alors qu’il croit manipuler le terroriste, ce dernier lui apprend que son oreillette est piégée.

L'acteur Ha Jung-Woo dans The Terror Live

A partir d’une situation choc, Kim Byung Woo (Written) installe graduellement une angoisse qui nous tient en haleine jusqu’à la dernière minute. L’idée du huis clos articulé autour d’un dialogue téléphonique entre un homme et un criminel rappelle forcément l’excellent Phone Game (Joel Shumacher), dans lequel Colin Farrell se retrouvait coincé dans une cabine téléphonique avec au bout du fil un sniper menaçant de l’abattre. Pourtant, The Terror Live se distingue vite de son modèle américain en développant ses thèmes propres et en surfant sur nos préoccupations actuelles.

Boosté par une réalisation efficace, The Terror Live colle strictement au point de vue de son principal protagoniste. Ce parti pris, assumé jusqu’à la dernière seconde, implique qu’une grande partie de l’action se déroule hors champ, qu’il s’agisse de la réaction policère, des discussions politiques concernant les revendications du terroriste ou des décisions des pontes de la chaîne, qui comptent bien remporter la bataille de l’audimat.

Le pouvoir des images sur l’opinion publique

D’abord arrogant face au criminel, l’animateur Yoon réalise vite qu’il est tenu en dehors des décisions les plus cruciales, celles qui mettent en jeu sa propre vie mais aussi celles des civils coincés sur un morceau de pont menaçant de s’effondrer, et parmi lesquels se trouve son ex-femme journaliste.

Le scénario est audacieux mais le traitement s’avère tristement crédible. The Terror Live fait mouche sur la lâcheté du monde politique face à une situation qui exige une prise de décision rapide et met les dirigeants en difficulté, puisque le terroriste révèle au passage une affaire passée compromettante pour le gouvernement.

En introduisant une source d’angoisse touchant directement la vie privée de l’animateur, à savoir le sort de son ex-femme, The Terror Live oppose les enjeux personnels et concrets qui animent les citoyens aux objectifs insaisissables de la classe politique, qui apparait comme un monstre énorme et indivisible, presque abstrait, tout juste incarné par un porte parole arrogant, hostile à toute forme de compromis et dénué de compassion pour les otages.

Lire aussi | Misty (Netflix) : un thriller médiatique sulfureux et habile

The Terror Live s’intéresse aussi à la manière dont l’opinion publique est forgée par les images d’actualité dans ce qu’elles ont de plus violent. Il n’en faut pas beaucoup pour que la prise d’otages se transforme en une gigantesque émission de téléréalité impliquant non seulement la chaîne de Yoon mais aussi ses concurrentes. Entre sensationnalisme, scénarisation à outrance et guerre de l’audience, le comportement des médias laisse très vite présager qu’aucun protagoniste ne sortira de cet incident la conscience tranquille, ou pire, que certains seront sacrifiés en route.

L'acteur coréen Ha Jung-Woo (The Terror Live)

Le choix du point de vue prend aussi tout son sens lorsque Yoon assiste, impuissant, aux événements se déroulant sur le pont à travers les retransmissions visibles sur les écrans qui l’entourent. A l’heure où les pires tragédies font l’objet de vidéos virales que les médias rediffusent ensuite sans discernement (en France, notamment), The Terror Live met l’emphase sur l’horreur de ces images pourtant dénuées d’effets de cinéma, mais dont l’impact est énorme sur le public et influence bien évidemment les décisions politiques.

Ha Jung-Woo en animateur radio sous pression

Outre une écriture soignée, The Terror Live doit beaucoup à l’interprétation du toujours très bon Ha Jung Woo, connu entre autres pour le rôle du tueur glaçant de The Chaser (Na Hong Jin).

Ha Jung Woo est l’un de ces rares acteurs qui se mettent entièrement au service de leur personnage et restent étrangers à toute forme de cabotinage. Son interprétation, saisissante, explore une palette d’émotions d’une ampleur réjouissante dans le rôle de cet animateur radio mis sous pression par un psychopathe. Le film met l’emphase sur tous les inconforts physiques liés à la terreur qui finit par envahir l’animateur Yoon et le tenir par les tripes, et nous avec.

Angoissant et percutant, The Terror Live reste jusqu’au bout centré sur son sujet sans jamais sombrer dans la prétention excessive ni la surenchère. Cerise sur le gâteau : le dénouement est très osé, à la hauteur de l’idée de départ… Vous voilà prévenus !

Elodie Leroy

Lire aussi | The End of the World : la Corée du Sud affronte une pandémie

Ci-dessous, la bande annonce du film The Terror Live (VOSTA) :