La star de Strong Woman Do Bong Soon fait son grand retour sur Netflix dans un drama mêlant romance, comédie, fantastique et thriller. 

Deux ans après avoir incarné une super-héroïne, Park Bo Young choisit de redevenir une femme ordinaire dans Abyss, où elle a pour partenaire Ahn Hyo Seop. Le drama est diffusé simultanément sur la chaîne câblée tvN depuis le 6 mai 2019. Les deux premiers épisodes attisent notre curiosité malgré quelques réserves.

L’héroïne de Abyss est une jeune et belle procureure du nom de Go Se Yeon (Kim Sa Rang). Avec son collègue Seo Ji Wook (Kwon Soo Hyun), elle enquête sur une affaire de meurtres en série. Pendant ce temps, son ami d’enfance Cha Min (Ahn Se Ha), un riche héritier au physique ingrat, meurt tragiquement. Il se réveille contre toute attente dans le corps d’un beau jeune homme (Ahn Hyo Seop), grâce à un étrange objet appelé « abyss ».

Ahn Hyo Seop et Park Bo Young dans Abyss

Lorsque So Yeon est tuée à son tour, elle renaît elle aussi, mais sous les traits d’une femme d’apparence banale (Park Bo Young). Tous deux vont tenter de découvrir le secret qui se cache derrière ces résurrections, ainsi que l’identité du tueur.

Le synopsis de Abyss n’est pas sans rappeler celui du drama Please Come Back Mister, diffusé en 2016, dans lequel un père de famille et un gangster disparaissent pour revenir parmi les vivants sous les traits respectifs de Rain et de Oh Yeon Seo. L’ironie est que Ahn Se Ha interprète là aussi le héros dans sa forme originelle, celle d’un homme bon mais malchanceux.

> Lire aussi | Abyss : teasers avec Park Bo Young et Ahn Hyo Seop

Le scénario de Abyss est signé de Moon Soo Yeon, qui a écrit deux saisons de Ugly Young Ae. Nous restons pour l’instant en terrain connu, avec un retournement de situation fantastique qui intervient dès le premier épisode, un héros et une héroïne qui se connaissent depuis leurs tendres années mais qui semblent être passés à côté de leur relation.

Dans l’ensemble, le mystère fonctionne sur les deux plans : fantastique d’abord, puisque l’on ignore ce qu’est cet objet aux étranges pouvoirs, et policier ensuite, avec une sombre histoire de tueur en série en liberté.

Si le deuxième épisode nous donne déjà une réponse quant à l’identité de celui-ci, on se doute que le suspense est loin de s’arrêter là. Ce sentiment est renforcé par l’insistance sur l’attitude suspicieuse du collègue de Go So Yeon, le dénommé Seo Ji Wook.

Quant à l’argument fantastique, il est plutôt excitant, ne serait-ce que pour l’idée que les personnages reviennent parmi nous dans des enveloppes qui reflètent leurs âmes respectives.

Il nous amène aussi à nous interroger sur le prix que les protagonistes auront à payer pour cette seconde chance. La loi de l’échange équivalent, en somme, comme cela est si bien dit dans Fullmetal Alchemist.

Du point de vue de son exécution, Abyss se montre en revanche moins convaincant. Sans être mauvaise, la facture du drama n’est guère remarquable pour un sujet aussi fantaisiste. La réalisation de Yoo Je Won manque d’énergie et de point de vue, dans les scènes comiques, notamment.

Pour exemple le traitement même de la résurrection de Cha Min, filmée et racontée sans imagination, en dépit des caméos amusants de Seo In Guk et Jung So Min. Yoo Je Won a en effet dirigé les deux acteurs l’année dernière dans The Smile Has Left Your Eyes, drama mélodramatique qui était plus abouti visuellement et narrativement.

L’autre réserve concerne l’équilibre entre les deux acteurs principaux. Ahn Hyo Seop fait ses débuts au premier plan d’un drama après nous avoir charmé en second rôle dans la romance Thirty But Seventeen, il y a un an.

S’il ne fait pas de véritable faux pas et nous fait sourire plus d’une fois, il semble un peu crispé pendant ces deux premiers épisodes, notamment (et c’est paradoxal) dès l’instant où la charismatique Park Bo Young entre en scène. Face à elle, il peine à s’imposer et son visage n’est pas aussi expressif qu’il le devrait.

Sur la foi de sa prestation précédente, on laisse néanmoins à Ahn Hyo Seop le temps de trouver son rythme, en espérant que cela ne prenne pas trop de temps.

> Lire aussi | Arthdal Chronicles : Song Joong Ki dans une fantasy luxueuse

De son côté, Park Bo Young assure la majeure partie du spectacle dès qu’elle est à l’écran.  Pétillante, drôle, elle a le don d’animer une scène quel que soit son interlocuteur.

Elle fait d’autre part preuve d’une autodérision rare chez une actrice, lorsqu’elle prend un air écœuré en découvrant son propre reflet. D’une Miss Korea arborant les traits et surtout le physique avantageux de Kim Sa Rang (Secret Garden), Se Yeon s’est en effet métamorphosée en une jeune femme « passe-partout » : Park Bo Young. C’est du moins ce que l’on nous affirme.

Il est réjouissant de voir Park Bo Young dans la peau d’une héroïne si peu recommandable. La délicieuse Do Bong Soon laisse place à un personnage de procureure cynique et narcissique, qui adore contourner la loi et fait peu de cas des sentiments des autres.

On reste curieux de voir quel chemin elle va faire pour s’accomplir en tant que personne, d’autant qu’elle doit rien moins que résoudre son propre meurtre.

Les prochains épisodes de Abyss nous diront si nous avons raison de rester optimistes sur ce drama inégal.

Caroline Leroy

Lire aussi | Final Life, avec Taemin : c’est quoi, ce drama zarbi ?

Abyss ; affiche du drama