Critique: ‘Radio Romance’, avec Kim So Hyun et Yoon Doo Joon

0

Réunissant la talentueuse Kim So Hyun et l’idole de K-Pop Yoon Doo Joon du groupe Highlight, le drama coréen Radio Romance était l’une des comédies romantiques les plus attendues du premier semestre 2018. Diffusée sur la chaîne KBS2 entre le 29 janvier et le 20 mars, elle n’a pas rencontré son public, avec une moyenne de parts de marchés de 4% seulement. Force est de reconnaître que pour une fois, on peut comprendre les spectateurs de s’être détournés de Radio Romance. Kim So Hyun est l’unique raison de donner une chance à cette romance lisse et convenue, dont le scénario trop simple s’étire interminablement sur seize longs épisodes.

Song Geu Rim (Kim So Hyun) rêve de devenir scénariste pour la radio, mais ses compétences sont encore insuffisantes et elle est n’est qu’assistante. Lorsque le DJ du programme de sa chef se fait la malle à l’étranger, elle est virée du jour au lendemain. Le salut de Geu Rim vient du retour à la station du directeur de progammes Lee Gang (Yoon Park), un original connu pour être très bon dans son job. Celui-ci lui offre de devenir la scénariste principale de son nouveau show, à condition qu’elle parvienne à recruter la star de dramas Ji Soo Ho (Yoon Doo Joon). Une tâche plus difficile qu’il n’y paraît tant celui-ci possède une personnalité inaccessible. La carrière de Soo Ho est d’autre part soumise à l’autorité de sa mère Nam Joo Ha (Oh Hyun Kyung), une femme d’affaires intraitable. Song Geu Rim parviendra-t-elle à attendrir Ji Soo Ho ?

Kim So Hyun, que l’on connaît depuis longtemps comme une enfant actrice particulièrement douée (The Moon Embracing the Sun, I Miss You), démontre depuis Let’s Fight, Ghost! qu’elle possède l’étoffe d’un premier rôle de drama coréen. Mise en retrait dans Ruler: Master of the mask où il n’y en avait que pour ses partenaires masculins, elle revient au premier plan avec Radio Romance dans un rôle qui semble taillé sur mesure pour elle. Song Geu Rim est une fille indépendante, qui sait ce qu’elle veut et qui a son franc-parler sans être agressive. Le jeu très juste et naturel de Kim So Hyun, sa présence à la fois douce et affirmée, nous permettent de tenir au-delà du raisonnable devant ce drama insipide, qui n’est jamais digne d’elle.

Radio Romance porte bien mal son titre. De radio, il en est finalement bien peu question dans cette histoire où les antagonistes de nos héros passent leur temps à essayer d’empêcher l’émission d’émettre. Les rares moments de radio offerts par le drama sont mis en scène de la même façon que le reste, c’est à dire platement, quand ils ne versent pas carrément dans la guimauve. La romance sous forme de triangle amoureux – Geu Rim fait battre le cœur de Ji Soo Ho et de son producteur Lee Gang – n’offre rien de spécial qui n’ait déjà été vu ailleurs, en bien mieux, et avance à vitesse d’escargot, au gré des caprices du héros.

L’idée de faire de Ji Soo Ho une célébrité mise sous le feu des projecteurs depuis l’enfance par une mère qui gère la famille comme un business, n’est pas inintéressante en soi. Mais le scénario de Radio Romance est trop simple et trop linéaire pour tant d’épisodes, au point qu’on en vient à penser qu’il eut été plus judicieux d’en faire un long métrage d’une heure trente, à condition bien sûr de dynamiser tout cela.

Ce n’est pas tout. L’acteur principal, Yoon Doo Joon, ne parvient jamais à donner de consistance à cette star prétendûment rongée par une culpabilité ancienne. Son visage est si inexpressif, sa voix si monocorde, son jeu si pauvre en émotion qu’il ne parvient pas à donner la réplique de manière convaincante à la charismatique Oh Hyun Kyung (Shark) qui joue sa mère, et bien sûr à Kim So Hyun, qui se retrouve à faire tout le travail lorsqu’ils partagent une scène ensemble. C’est d’autant plus étonnant que Yoon Doo Joon est très drôle et pétillant dans Let’s Eat, autre célèbre comédie romantique de tvN.

Les acteurs secondaires de Radio Romance sont pires encore. Deuxième rôle féminin du drama, Yura du groupe Girl’s Day se contente de brailler en secouant la tête, tandis que Ha Joon (Six Flying Dragons) est presque aussi monolithique que Yoon Doo Joon dans la peau du manager de Soo Ho. L’actrice Kim Hye Ryeong (Fight For my Way), qui joue la mère de Geu Rim, vient compléter le tableau des erreurs de casting : avec son visage et ses paupières liftées, elle n’est pas très crédible en brave femme aveugle.

Finalement, mis à part Kim So Hyun et Oh Hyun Kyung, le seul bon point du casting s’avère être Yoon Park (Introverted Boss), très à l’aise dans le rôle du producteur farfelu qui se démène pour son équipe.

Arrivé péniblement à la fin de Radio Romance, on ne souhaite qu’une chose : retrouver Kim So Hyun dans des projets plus stimulants, qui lui permettent de montrer tout ce dont elle est capable sans se retrouver dans l’ombre de partenaires moins bons qu’elle.

Caroline Leroy

 

Share.