CRITIQUE. ‘Temperature of Love’: sous le charme de Seo Hyun Jin et Yang Se Jong

0

N’ayons pas peur des mots : Temperature of Love était la comédie romantique à voir absolument en 2017 ! Réalisée par Nam Geon et écrit par Ha Myung Hee, ce drama coréen de 40 épisodes (20 épisodes de 1h coupés en deux) était diffusé sur SBS entre le 18 septembre et le 21 novembre 2017. Si les dramas coréens sont coutumiers du genre de la comédie romantique, Temperature of Love se détache sensiblement du lot, tant par ses qualités artistiques que par sa maturité et l’émotion qui s’en dégage. Véritable pépite du genre, Temperature of Love est un drama qui se savoure comme un met raffiné et généreux, ne serait-ce que pour le couple éblouissant formé par Seo Hyun Jin et Yang Se Jong, qui nous laissent sous le charme.

Cette critique contient quelques spoilers sans toutefois dévoiler la fin.

Lee Hyun Soo, 29 ans, aspire à devenir scénariste de dramas et se rend régulièrement sur un chat en ligne sous le pseudonyme Jane. On Jung Sun, 23 ans, rêve de devenir chef cuisinier dans un restaurant français et poste sur le même chat en ligne sous le pseudonyme Good Soup. Ils se rencontrent un soir dans la vraie vie, à l’occasion d’une promenade nocturne de groupe. Très vite, ils se sentent attirés l’un par l’autre. Leur histoire sera mise à mal par leur entourage, mais aussi par leurs propres blocages intérieurs.

L’amour, l’écriture et la gastronomie

Si la scénariste Ha Myeong Hee n’avait pas convaincu tout le monde avec Doctors et High Society, elle fait des merveilles dans un registre beaucoup plus personnel avec le scénario de Temperature of Love, qui est adapté de son propre roman publié en 2013, Nice Soup Does Not Answer the Phone. Certains éléments de l’histoire seraient d’ailleurs autobiographiques.

A mille lieues des archétypes habituels du genre, Temperature of Love met en scène des personnages résolument ancrés dans la réalité d’aujourd’hui. Hyun Soo et Jung Sun ont en commun d’avoir un rêve, l’écriture pour l’une et la gastronomie pour l’autre. Le monde des dramas en prend pour son grade avec les déboires professionnels de Hyun Soo, qui fait ses premières armes en tant qu’assistante d’écriture dans l’équipe d’une scénariste mégalo et jalouse de son talent, avant de collaborer avec un réalisateur macho qui refuse de respecter son scénario. Sa progression professionnelle est mise en parallèle avec celle de Jung Sun, chef cuisinier et jeune entrepreneur, dont les préoccupations se partagent entre la création de ses plats, du dessin crayonné à l’exécution avec les ingrédients, et la gestion de son affaire, qu’il s’agisse des finances ou de l’emploi dans son équipe.


Hyun Soo et Jung Sun ont également en commun le besoin de s’affranchir de leur entourage. Au début de l’histoire, Hyun Soo vit aux crochets d’une sœur qui la considère comme une moins que rien. Elle fréquente aussi une amie, Hong Ah (Jo Bo Ah), qui la traite avec condescendance et hypocrisie. Jung Sun voit quant à lui réapparaître les parents toxiques qu’il avait tenté d’évacuer de sa vie, entre sa mère (Lee Mi Sook) qui se comporte de manière envahissante et immature et son père (Ahn Nae Sang) qui se montre froid et insensible. Et comme si cela ne suffisait pas, les carrières de Hyun Soo et de Jung Sun sont suspendues au bon vouloir du même homme, Park Jung Woo (Kim Jae Wook), qui investit dans le restaurant de Jung Sun, dont il envie le talent culinaire, et produit les scénarios de Hyun Soo, dont il est amoureux.

Grâce à un scénario joliment ficelé naviguant entre la romance, la comédie et le drame psychologique, Temperature of Love entretient jusqu’au bout un véritable suspense sur le dénouement de l’histoire d’amour de Hyun Soo et Jung Sun. Si l’intrigue utilise quelques ressorts classiques de dramas coréens (triangle amoureux, amie jalouse), les péripéties sont parfois imprévisibles, et ce, même si elles reposent sur une psychologie des personnages plus réaliste et abordée avec plus de maturité que dans la plupart des dramas du genre.

Quand Yang Se Jong rencontre Seo Hyun Jin

Temperature of Love est avant tout un drama extrêmement plaisant à regarder, qui distille une véritable émotion. Cette émotion, nous la devons non seulement aux acteurs, mais aussi à la beauté de la mise en scène. Le réalisateur Nam Geon – l’une des révélations du drama – ne laisse rien au hasard. Soutenu par une magnifique direction de la photographie (les lumières sont parfois sublimes), le réalisateur dirige chaque scène avec soin et filme ses acteurs avec amour. Les étapes les plus importantes de la romance sont marquées par l’utilisation furtive du noir et blanc, pour un effet très cinématographique.

Nam Geon possède un sens visuel aiguisé, et il a la chance de diriger deux magnifiques acteurs, Seo Hyun Jin et Yang Se Jong, dont l’alchimie est une évidence à chacune de leurs scènes partagées. On savait Seo Hyun Jin capable de porter un drama sur ses épaules depuis son rôle mémorable dans Another Oh Hae Young. Elle est de ces actrices qui provoquent une empathie immédiate sans jamais avoir recours à la moindre minauderie. Son jeu est naturel, sensible, subtil, et sa grâce innée. Elle trouve avec Yang Se Jong, qu’elle avait déjà côtoyé dans l’excellente série médicale Romantic Doctor, Teacher Kim, un partenaire à sa hauteur. Yang Se Jong, dont la performance avait été très remarquée dans Duel, est un acteur à fleur de peau, ultrasensible, qui semble absorber comme une éponge l’atmosphère d’une scène pour sortir une émotion très authentique.


Plusieurs scènes partagées par Seo Hyun Jin et Yang Se Jong sont de véritables petits bijoux. Du premier baiser de Hyun Soo et Jung Sun filmé à travers la vitre du train, à leur étreinte à l’ombre d’une pagode, en passant par les baisers passionnés dans les cuisines du restaurant à la tombée de la nuit, ou même de simples échanges dialogués où les personnages mettent à nu leurs sentiments, Temperature of Love nous réserve plusieurs moments magiques, sincères, des moments d’émotion parfois teintés de sensualité, où le moindre contact physique provoque le frisson.

La sensualité s’exprime également à travers les longs moments où Jung Sun fait goûter ses nouvelles créations culinaires à Hyun Soo, ou lorsqu’il lui prépare du café en versant lentement et avec des mouvements circulaires l’eau chaude dans le filtre. Leur histoire laisse aussi place à l’imaginaire, puisque le scénario que Hyun Soo prépare s’intéresse à un certain Nice Soup.

Surmonter ses blocages intérieurs

Leur histoire ne sera pas pour autant de tout repos. La plupart des comédies romantiques se contentent de décrire la rencontre entre un homme et une femme, l’histoire s’achevant lorsque le couple est enfin formé. Dans Temperature of Love, la rencontre est bien entendu développée, mais le premier baiser survient dès le second épisode et la déclaration officialisant leur relation avant la moitié de la série. La scénariste Ha Myeong Hee s’intéresse à ce qui va se passer ensuite, qu’il s’agisse des délicieux moments de partage évoqués plus haut ou des incompréhensions qui éloigneront à plusieurs reprises les deux amants.

Qu’est-ce qui détermine la réussite ou l’échec d’une histoire d’amour ? Quand deux personnes entament une relation amoureuse, ce sont deux histoires personnelles qui doivent se mettre au diapason. Cette idée est au cœur de Temperature of Love, qui verra constamment la romance de Hyun Soo et Jung Sun s’entrechoquer avec l’univers personnel de chacun, mais aussi avec leurs incertitudes et leurs blocages intérieurs.

Yang Sejong (양세종) et Kim Jae Wook (김재욱) dans Temperature of Love (사랑의 온도)
La narration révèle à ce titre un certain goût du défi chez la scénariste : plutôt que d’utiliser des flash backs artificiels pour expliquer le passé des personnages, le scénario dévoile petit à petit les clés permettant de comprendre leur psychologie à travers des scènes révélatrices de leurs relations avec leur entourage respectif. Ainsi, il suffit de regarder l’introduction de l’épisode 13 pour saisir le malaise de Jung Sun face à sa famille. « On ne choisit pas ses parents », commence-t-il en voix-off. S’ensuivent deux séquences qui photographient la toxicité de sa relation avec sa mère, qui se montre immature, narcissique et presque incestueuse, puis avec son père, qui respire la froideur et l’égocentrisme. La scène s’achève par le départ du père, tournant le dos à son fils après lui avoir rappelé ses devoirs envers ses ascendants. La voix off de Jung Sun ferme la séquence : « Je me sens mal à l’aise dès que je vois mes parents. Les voir me fait me sentir compliqué ; compliqué veut dire difficile. Et parce que c’est difficile, j’hésite. Donc je dramatise, parce que je ne veux pas hésiter. Et puis, je me supprime moi-même, parce que je ne veux pas dramatiser. Je suis ce genre de personne. »

En vérité, aucune scène n’est laissée au hasard dans Temperature of Love. La première rencontre de Hyun Soo et Jung Sun (épisode 2) est ainsi révélatrice de la suite de leur histoire et du problème de Hyun Soo : la jeune femme, qui n’a aucun sens de l’orientation, se perd en route dans les ruelles de Séoul ; Jung Sun la retrouve un peu plus tard, égarée au milieu d’un carrefour plongé dans l’obscurité, qui semble symboliser les différents chemins possibles de son existence. Hyun Soo apprend par la même occasion que Jung Sun n’utilise pas de téléphone portable, ce qui peut être source de difficulté pour entrer en contact avec lui. Cette scène en dit long sur les deux personnages : elle ne fait pas toujours les bons choix et il peine à ouvrir son cœur.


Une autre scène répondra à cette séquence : dans l’épisode 16, Hyun Soo déclare ses sentiments à Jung Sun. Cette déclaration à l’ombre d’une pagode fait suite à une séquence allégorique au cours de laquelle les deux jeunes gens se cherchent – Hyun Soo s’est une nouvelle fois égarée en route et ne retrouve plus l’endroit où Jung Sun l’attend avec ses affaires. La déclaration en elle-même est certainement la plus belle scène de la série (ma préférée, en tout cas, je confesse que je la revois régulièrement !), ne serait-ce que pour le jeu bouleversant de Seo Hyun Jin et le regard passionné de Yang Se Jong.

A ce propos, les scènes amoureuses de Temperature of Love se distinguent aussi par le soin accordé aux dialogues, qui renvoie aux comédies romantiques du cinéma classique américain. A l’époque, les échanges amoureux étaient beaucoup plus consistants que dans les romcoms actuelles et jouaient volontiers sur les mots, pour le plaisir des dialogues. On retrouve ce plaisir dans les échanges entre Hyun Soo et Jung Sun, notamment dans cette scène de l’épisode 16, où Hyun Soo joue sur le mot « pensée » (saeng-gak 생각) dans sa tirade.

Quelques éléments perturbateurs

Tout au long du drama, plusieurs personnes interféreront dans l’histoire d’amour des deux protagonistes. Le principal élément perturbateur n’est autre que Park Jung Woo, le gentil investisseur qui s’arrange, sans éveiller les soupçons, pour prendre peu à peu le contrôle de l’avenir professionnel de Hyun Soo et de Jung Sun, voire l’avenir personnel en ce qui concerne Jung Sun puisque même sa mère s’endette auprès de Jung Woo. Jung Sun semble pris de vertiges lorsqu’il découvre le pot aux roses, l’occasion pour Yang Se Jong de nous livrer une incroyable scène de craquage émotionnel – on reste marqué par ces plans de Jung Sun en pleurs, crispé et tremblant au sol avec son téléphone dans les mains (épisode 26).


Les deux amants ont-ils pactisé avec le diable en faisant reposer leur avenir sur cet homme ? C’est ce qui vient à l’esprit lorsque Jung Woo commence à se livrer à un véritable harcèlement de Jung Sun et à brouiller les cartes de sa relation avec Hyun Soo. Une Hyun Soo qui s’égare plus d’une fois en route dans cette histoire, se montrant parfois injuste envers Jung Sun, notamment lorsqu’elle se laisse influencer par sa mère qui n’est pas toujours de bons conseils.

Aux côtés de Seo Hyun Jin et Yang Se Jong, Kim Jae Wook (Voice) est l’autre carte maîtresse du casting de Temperature of Love : son regard énigmatique, sa douceur et sa prestance participent à faire de Jung Woo un personnage troublant, que l’on ne parvient pas vraiment à détester, même s’il se complaît dans un fantasme d’amour irréaliste et se livre à une vengeance perverse envers Jung Sun.

Dans le rôle de la mère de Jung Sun, l’actrice Lee Mi Sook est également un énorme atout dans le casting de Temperature of Love. Malgré ses frasques, son égocentrisme et son tempérament irritable, ce personnage s’avère étrangement attachant. L’actrice en impose avec son charisme tonitruant, mais son jeu permet de saisir peu à peu toutes les failles de cette femme qui ne s’est jamais remise de son mariage raté.


Une autre personne interférera momentanément dans l’histoire de Hyun Soo et Jung Sun: Hong Ah, l’amie éternellement jalouse de Hyun Soo interprétée par Jo Bo Ah (Missing Noir M), dont l’égocentrisme forcené révèle un véritable handicap affectif. Son besoin pathologique d’être rejetée pour réaliser son affection pour une personne finit par nous faire de la peine. Son histoire avec le charmant sous-chef interprété par Shim Hee Seop (Children Of a Lesser God), qui a lui aussi un parcours à mener au cours de l’histoire, s’avère finalement assez touchante.

Des images et des musiques dans la tête

D’autres personnages apportent une légèreté bienvenue à la routine qui se construit tout au long du drama, à commencer par Hwangbo Gyung (Lee Cho Hee), l’adorable assistante de Hyun Soo, qui vit une romance surréaliste avec Kim Joon Ha (Ji Il Joo), jeune réalisateur totalement à côté de ses pompes qui se rêve en grand cinéaste mais ne semble pas faire grand-chose de ses journées. Temperature of Love nous gratifie au passage d’une sympathique apparition de Park Shin Hye (You’re Beautiful, The Heirs). On ne peut pas dire que son intervention présente un grand intérêt dans l’histoire, mais il est toujours réjouissant de la voir.

Enfin, la palme des personnages les plus mégalos revient respectivement à Shin Ha Rim, l’acteur capricieux et fumiste campé par Ryu Seung Soo (My Beautiful Bride), pour les hommes, et à Park Eun Sung, la scénariste odieuse qui chapote Hyun Soo au début du drama et qui est interprétée par l’inénarrable Hwang Suk Jung (She Was Pretty, Cheese in the Trap), pour les femmes.

Lorsque s’achève le dernier épisode de Temperature of Love, on regrette déjà les rendez-vous hebdomadaires enchanteurs avec Hyun Soo et Jung Sun et la petite galaxie de personnages attachants qui les entoure. Ce drama nous laisse tout plein de belles images et de belles musiques dans la tête – n’hésitez pas à vous ruer sur l’OST, les pistes Rising Temperature, Blooming Love et Lost Smile sont sublimes. Si la Corée du Sud est la nouvelle capitale de la comédie romantique, Temperature of Love est tout de même une perle rare dans un genre de plus en plus difficile à renouveler, un drama à savourer sans modération.

Elodie Leroy

Yang Se Jong dans le drama coréen TEMPERATURE OF LOVE (SBS)

Share.