Critique : ‘.hack//Liminality’, de Kôichi Mashimo – OAV 3-4

0

Les deux derniers OAV de .hack//Liminality fournissent de précieux renseignements concernant le fonctionnement de The World, et apportent de fait un éclairage nouveau sur les déboires rencontrés par les joueurs de .hack//SIGN, à commencer par Tsukasa, qui comme Tomomari ici, ne parvenait pas à se déconnecter.

Lire la critique des OAV 1 et 2 de .hack//Liminality

Kyoko Tohno et Junichiro Tokioka se donnent rendez-vous à Takayama afin de débrouiller le mystère qui entoure The World et enrayer l’épidémie de comas qui menace d’envahir la ville. Mais Kyoko reçoit sur place un message énigmatique provenant d’une certaine « Helba », qui semble savoir exactement où elle se trouve à l’instant même…

L’OAV 3 consiste principalement en un jeu de piste assez ludique, occasion d’un clin d’œil amusant à Ring puisque la dénommée Helba enjoint Kyoko et Tokuoka de se rendre « dans un lieu en lien avec Sadako » ! Sans chercher à en dévoiler trop, on peut toutefois préciser que cet épisode relativement calme mais riche d’informations nous oriente vers une piste remontant à la genèse de The World et à l’histoire de son créateur, Harold Herwick (que l’on rencontre sous forme d’entité spectrale dans .hack//SIGN, souvenez-vous). C’est aussi à cette occasion que nos deux héros font la connaissance de Ichiro Sato, dont l’aide leur sera précieuse dans l’épisode suivant.

Quant à l’épisode 4, beaucoup plus dynamique, il réunit tous les protagonistes principaux de .hack//Liminality dans une ultime quête de vérité. Bien sûr, comme on le sait, il n’est aucun segment du Projet qui détient toutes les réponses et il faudra encore farfouiller un peu pour arriver à ses fins.

Ces deux derniers épisodes confirme l’agréable impression laissée par les précédents. Très joliment animé et dessiné, toujours aussi riche de superbes décors détaillés, .hack//Liminality est un vrai plaisir pour les yeux, tout en parvenant à maintenir juste ce qu’il faut de suspense pour éveiller davantage encore l’intérêt autour de la saga dot hack. Les musiques de Yuki Kajiura continuent à envelopper le tout d’une atmosphère tour à tour planante et chaleureuse, que l’on regrette de quitter à l’issue de ces OAV.

Caroline Leroy

Article publié sur DVDRama.com le 10 mai 2007

Share.