Critique : ‘InuYasha : Au-delà du temps’ (Film 1), de Toshiya Shinohara

0

Conçu comme une variation autour des personnages et de l’univers de la série, InuYasha: Au-delà du temps se présente comme un bon divertissement reprenant le cocktail d’ingrédients qui ont fait le succès du manga de Rumiko Takahashi : de l’action, de la romance, de la magie, de l’humour et du drame. Si l’intrigue trop simple et linéaire ne suscite pas le même enthousiasme que celle, imprévisible, de la série InuYasha, le film propose des séquences d’action réussies boostées par une animation plus soignée que d’ordinaire, et permet à InuYasha et Kagome de se rapprocher un peu le temps de quelques jolies scènes dramatiques.

Sorti un peu plus d’un an après le début de la série InuYasha, soit fin 2001, le long métrage d’animation InuYasha : Au-delà du temps de Toshiya Shinohara ne s’insère pas dans un moment particulier de la trame imaginée par la mangaka Rumiko Takahashi. Il est recommandé de connaître un minimum les personnages principaux et les liens qui les unissent mais le film est conçu pour toucher un public aussi large que possible. En témoigne le très sympathique générique d’ouverture qui résume brièvement l’histoire de Kagome Higurashi, tandis que celle d’InuYasha nous est rappelée en cours de route. InuYasha : Au-delà du temps s’apparente par conséquent à une sorte de variation sur les aventures de notre chien-démon préféré, variation qui intègre plusieurs éléments majeurs de la série tout en faisant volontairement l’impasse sur de Naraku, personnage maléfique clé de la saga et ennemi juré de nos héros.

C’est avec plaisir que l’on retrouve l’enfant terrible InuYasha, la mignonne et rigolote Kagome et leurs compagnons Miroku, Sango et Shippo. Naraku ayant été évincé du scénario, nos amis ont pour adversaire un démon arrogant, Menômaru, qui souhaite hériter du pouvoir de son père défunt (un démon lui aussi) et doit pour cela récupérer le sabre d’InuYasha, Tessaiga.

inuyasha_film1_05Contrairement à la série (et a fortiori au manga), InuYasha : Au-delà du temps repose sur une intrigue on ne peut plus linéaire en dépit de la présence de quelques fausses pistes un peu vaines. C’est là que se situe sa limite. Rumiko Takahashi nous a habitués à des chapitres à rebondissements s’inscrivant dans une trame d’ensemble complexe qui se révèle au fil du temps aussi fun que dramatique. Le film se contente de nous introduire d’emblée à son « méchant » pour dérouler par la suite une histoire certes ponctuée de retournements de situation, mais sans profondeur aucune. Les courtes interventions de Kikyô et le semblant d’avancée dans la romance unissant InuYasha à Kagome n’y font rien, la magie InuYasha ne prend pas ici avec la même évidence.

inuyasha_film1_01Cela étant, ne faisons pas la fine bouche. InuYasha : Au-delà du temps possède de nombreuses qualités, comme une animation améliorée par rapport à la série. On le constate dans les scènes d’action, nombreuses, qui font étalage de davantage d’ampleur tout en dévoilant des mouvements plus précis qu’à l’accoutumée (l’adversaire de nos héros en particulier se pique de faire du kung fu si l’on en croit ses attitudes de combat). Les décors sont eux aussi plus soignés et le film ose même la 3D lors d’une scène pivot où Menômaru semble avoir gagné la partie, libérant l’énergie contenue dans la végétation alentours.

Quant aux personnages, ils restent attachants. InuYasha est tel qu’en lui-même : impatient, colérique et toujours drôle. Mais c’est Kagome qui voit toute l’attention se focaliser sur elle après que les sbires de Menômaru lui ont jeté un sort qui la pousse à s’en prendre violemment à son ami. InuYasha : Au-delà du temps réserve ainsi quelques bonnes scènes qui plairont tout spécialement aux fans des deux personnages principaux. Ce n’est pas si mal.

Caroline Leroy

Article publié sur Filmsactu.com le 15 septembre 2009

inuyasha_film1_04inuyasha_film1_07inuyasha_film1_06

Share.

Comments are closed.