Critique : ‘Master Keaton’, de Masayuki Kojima – Episodes 14 à 26

0

Avec ces treize nouveaux épisodes de Master Keaton, Taichi Hiraga Keaton continue son petit bonhomme de chemin, se dévoilant un peu plus au fil de ses aventures tout en conservant sa part de secret. Ses compétences en tant qu’ex-membres de SAS lui sont d’un grand secours à de nombreuses reprises : que ce soit dans l’épisode 15, où il doit faire face à un chien entraîné par l’armée, dans l’épisode 23 où il doit remettre un prisonnier à la police ou dans l’épisode 25 – l’un des plus marquants de ce coffret DVD – où il doit aider une équipe d’archéologues à survivre dans le désert, le gentil enquêteur d’assurances révèle innocemment qu’il a plus d’un tour dans son sac.

master_keaton_05En revanche, on ne sait toujours rien de cette obscure période de sa vie, même si un épisode entier est consacré à sa jeunesse. Il s’agit de l’épisode 24, qui nous plonge dix ans en arrière au moment où le jeune Taichi, encore étudiant, multiplie les « petits boulots » d’archéologue dont un le conduira à rencontrer un certain O’Connell, son futur associé. Avec la légèreté teintée de gravité qui caractérise la série en général, cet épisode sympathique explique de quelle manière notre surdoué a été amené à devenir l’enquêteur infaillible que l’on connaît.

Au-delà de l’histoire de Keaton lui-même, Master Keaton continue d’écrémer le passé récent de l’Europe, glissant avec une facilité déconcertante de la petite à la grande Histoire. L’épisode 21, qui se présente sous la forme d’un conte, revient sur une période précise de l’Histoire de l’Ecosse à l’époque de l’invasion anglaise, pour s’achever sur les rivages japonais sur lesquels a échoué le héros qui donna son nom à un alcool de renom.

Master KeatonLe vin est d’ailleurs au centre d’un autre chapitre, l’épisode 22, qui remonte aux bombardements allemands de la Seconde Guerre Mondiale, en France cette fois. Si l’épisode 25 s’offre une petite incursion plus « exotique » en Chine musulmane, d’un point de vue socio-historique l’épisode 26 demeure sans doute le plus intéressant. Situé à Leipzig peu après la chute du Mur, cet épisode suit les traces d’un ex-champion de natation de la RDA, qu’une accusation de dopage a définitivement ébranlé. Non seulement le traitement réservé à ces athlètes à l’ère communiste est évoqué sans concession, mais cette petite histoire aborde aussi de front le grave problème de l’ostracisme subi par les réfugiés yougoslaves en ex-RDA – puisque c’est parmi eux que notre pauvre bougre trouve refuge –, qui se voient régulièrement menacés de mort par des skinheads persuadés que ces familles sont la cause du déclin de leur pays et par là-même de leur situation d’échec personnel.

Toujours aussi humaniste, la série Master Keaton glisse au sein des diverses aventures les petites tragédies des uns et des autres, familiales pour la plupart, en insistant notamment sur les difficiles relations père-fils, qui font l’objet de deux épisodes. Le plus réussi des deux reste toutefois l’épisode 19, centré sur la fugue d’un lycéen désespéré et qui fait intervenir Yuriko, la fille de Keaton. Détail amusant, le champion déchu de l’épisode 26 se nomme Karl Neumann, à l’instar du fils naturel du richissime Schuwald de Monster. Suite dans le coffret 3 de Master Keaton.

Caroline Leroy

Article publié sur DVDRama.com le 3 juin 2007

> Lire la critique des épisodes 1 à 13

PDVD_001

Share.