Critique : ‘Planètes’, de Gorô Taniguchi – Episodes 14 à 17

0

Cette fois encore, ce nouveau volume DVD de la série Planètes de Gorô Taniguchi ne nous propose que quatre épisodes à nous mettre sous la dent. C’est bien peu au regard de l’extraordinaire qualité de cette série de science-fiction pas comme les autres. La finesse et l’expressivité du graphisme continuent d’émerveiller, les personnages sont plus vivants que jamais et on finit par tant les aimer que, chose rare, certaines scènes procureraient même quelques jolis frissons – non pas de peur mais de jubilation. C’est d’ailleurs le cas dès l’épisode 14, le premier de ce quatrième volume, intitulé Revirement. Il s’agit d’un épisode spécialement écrit pour la série, où les événements semblent se précipiter puis stagner dangereusement entre Ai et Hachimaki, devenus plus proches depuis leur séjour sur Terre dans l’épisode précédent.

Pendant ce temps, les luttes de pouvoir battent leur plein au sein de la Technora. La fille du chef de division est tombée enceinte par la faute d’un certain Nin Mantegna qui se voit contraint de quitter la station, tandis que Claire, surchargée de travail, peine à remplir ses nouvelles responsabilités. Un épisode très riche qui réserve de bien belles surprises.

Plus anecdotique, l’épisode suivant, Pour elle, s’intéresse à l’énigmatique secrétaire de la demi-section, Hildegarde. Cette jeune femme austère qui ne décroche jamais un sourire et dont la seule motivation dans la vie semble d’être d’accomplir son travail à la perfection, va enfin nous apparaître sous un jour nouveau.

Plus intéressant cependant est l’épisode 16, Mise à feu, directement inspiré par l’un des derniers chapitres du tome I du manga de Makoto Yukimura. Suite à un accident résultant d’une explosion solaire imprévue, Hachimaki croit sa dernière heure arrivée. Mais la chance est avec lui et il s’en tire miraculeusement, à la grande stupéfaction de ses amis et des médecins de l’hôpital lunaire. Cependant, il ne va pas tarder à se rendre compte que si séquelles il y a, elles sont en réalité psychologiques : le cosmonaute Hachirôta Hoshino a désormais peur du vide… Un épisode très réussi, même s’il n’est pas aussi oppressant que la version manga, aussi brève que terrible.

planetes_11Pour finir, on fait connaissance avec le père de Hachimaki dans l’épisode 17, C’est pour ça qu’il… et là aussi on rejoint assez fidèlement la trame du manga, même si le ton général n’est pas exactement le même. Notre héros a honte de son père, un célèbre mécanicien de l’Espace et sa seule motivation semble désormais de passer le concours d’entrée du Von Braun, une imposante navette destinée à partir en mission pour sept ans sur Jupiter avec à son bord l’élite des astronautes. Il ne reste plus qu’à attendre la suite de Planètes, décidément l’une des meilleures séries animées de science-fiction.

Caroline Leroy

Article publié sur DVDRama.com le 7 novembre 2005

> Lire la critique des épisodes 1 à 5
> Lire la critique des épisodes 6 à 9
> Lire la critique des épisodes 10 à 13
> Lire la critique des épisodes 18 à 21
> Lire la critique des épisodes 22 à 26

planetes_15

Share.