‘Ghost in the Shell: Stand Alone Complex’ – Vol. 2, episodes 5 à 8

0

Dans un futur proche où le monde entier est envahi par l’Internet et le développement cybernétique, de nombreux humains ont recours à des greffes d’éléments artificiels afin d’améliorer leurs performances. Le major Motoko Kusanagi en fait partie et peut ainsi accomplir des prouesses impressionnantes qu’elle met au service de la Section 9, une force spéciale d’intervention mise en place par le Ministère de l’Intérieur pour lutter contre la cybercriminalité dans les hautes sphères de la société. (Article publié sur Dvdrama.com le 10 mai 2005)

Suivant la logique installée dans les épisodes précédents, l’alternance entre les épisodes « Complex » et les épisodes « Stand Alone » se poursuit dans ce second volume de la série Ghost in the Shell. Ainsi, on retrouve tout d’abord deux épisodes de type Complex, intitulés « Decoy » et « Même », qui développent la trame principale à savoir l’affaire du Rieur. Ils sont suivis par deux histoires indépendantes, « Idolater » et « Missing Hearts », deux nouvelles enquêtes menées par la Section 9.

L’affaire du Rieur continue de faire parler d’elle, plus mystérieuse que jamais. Cette fois, il s’agit pour l’équipe de Motoko d’assurer la protection du préfet Daidô. La brigade d’enquête spéciale soupçonne un certain Nanao A d’être à l’origine des menaces de mort qui pèsent sur lui. Si le premier de ces deux épisodes est un peu long à démarrer et se perd un peu en bavardage, le développement se révèle intéressant, en particulier la naissance d’une nouvelle forme de terrorisme et de piratage.

L’épisode « Idolater » introduit un personnage intriguant, Marcelo Jarti, un héros mythique de la révolution sud-américaine. Celui-ci se rend au Japon suite à un attentat sur sa personne, mais il est soupçonné d’orchestrer par la même occasion un trafic de drogue. Dans l’épisode « Missing Hearts », Motoko devra enquêter sur une affaire de trafic d’organes. Si le premier de ces deux Stand Alone fait tout pour brouiller les pistes et nous mène à une conclusion inattendue, le second s’avère un peu décevant. En effet, mis à part le directeur de la société de production d’organes cybernétiques qui introduit un peu d’humour (sans toutefois éviter les banalités dans le genre), l’histoire ne tient pas vraiment ses promesses et les personnages introduits ne sont pas très intéressants. Le point positif de cet épisode est d’apporter enfin un peu d’épaisseur psychologique à l’héroïne, qui jusqu’ici restait trop monolithique.

Malgré ces quelques inégalités de niveaux entre les épisodes, la trame de la série introduit des concepts intéressants et l’action est toujours au rendez-vous. A noter des scènes d’actions animées de façon impressionnante dans l’épisode « Idolater », notamment celle où Motoko affronte les deux femmes. Par ailleurs, on pourrait reprocher à cette série les échanges dialogués incessants entre les membres de la Section 9, mais la musique joue réellement son rôle d’introduire une ambiance. D’autre part, la mise en scène est toujours au top et l’animation atteint parfois un niveau comparable à celui des meilleures séries. Affaire à suivre…

Bonus du DVD

Les menus de ce DVD sont attrayants : animés et ayant pour fond sonore des extraits de la bande-originale composée par Yoko Kanno, ils disposent d’un design cyberpunk qui nous plonge directement dans l’ambiance de la série.
Les sous-titres sont optionnels sur ce DVD, et il n’y a qu’une seule possibilité : le français. Ces sous-titres sont bien intégrés à l’ensemble et toujours lisibles. Le seul bémol est sans doute la présence de quelques fautes d’orthographe.

  • Notes de production

Les notes de production se présentent sous forme de textes écrits uniquement.
– L’univers de Ghost in the Shell : Descriptif du contexte dans lequel se déroule l’histoire, à savoir la nouvelle définition de l’être humain, ainsi que l’environnement technologique et sociologique.
– Masamune Shirow – portrait : Résumé du parcours de l’auteur du manga et de sa carrière.
– Présentation de la série : Présentation rapide de l’équipe de la série, notamment du réalisateur Kenji Kamiyama.
– Production I.G. : Les studios I.G. sont ici présentés, de leur création à leurs interventions dans différentes œuvres comme Ghost in the Shell mais aussi Jin-Roh ou Blood the last vampire.
– Titre de la série : Ce chapitre explique l’origine du titre Ghost in the Shell: Stand Alone Complex et annonce les titres de chaque épisode de la série.

  • Filmographies et Interviews

Ce chapitre nous propose cette fois les interviews et filmographies de Yoko Kanno, compositrice de la bande-originale, et de Osamu Saka, doubleur de Aramaki.

Il est tellement rare de voir une interview de Yoko Kanno, pourtant l’une des principales compositrices dans l’animation japonaise (elle a composé entre autres les bandes-originales de Cowboy Beebop et Macross Plus), que ce bonus est vraiment un bon point pour ce DVD. Elle s’exprime notamment sur sa façon de travailler, sur ce qu’elle a voulu ajouter à la série à travers sa composition, ainsi que sur sa collaboration avec la chanteuse russe Origa, qui interprète la chanson du générique du début. Le tout est monté en alternance avec une présentation du CD de la bande-originale (excellente), à travers des extraits de la plupart des morceaux.

Osamu Saka, qui interprète Aramaki, commente son personnage, et les relations que celui-ci entretient avec son équipe, et en particulier Motoko.

  • Les personnages

Fiche des personnages principaux de la série sous forme de texte. Il s’agit uniquement de la présentation de ces personnages, pas de l’élaboration de leur design.

  • Génériques sans credits

Ce bonus n’est pas le plus intéressant puisqu’il s’agit uniquement des génériques du début et de fin sans les credits.

  • Bandes-annonces

Bandes-annonces de la série Ghost in the Shell: Stand Alone Complex et du film très attendu Ghost in the Shell 2: Innocence de Mamoru Oshii. A noter que le DVD présente aussi les bandes-annonces d’autres titres édités par Beez.

Pour récapituler, il y a quelques changements par rapport au volume précédent : la section « filmographie et interviews » introduit de nouveaux membres de l’équipe qui ont participé à la série, et la section « bandes-annonce » nous permet de découvrir la bande-annonce de Ghost in the shell 2: Innocence. Comme sur le précédent DVD, le petit livret qui accompagne ce volume 2 nous donne quelques informations supplémentaires sur l’univers de la série.

Elodie Leroy

(Article publié sur Dvdrama.com le 10 mai 2005)

Share.