‘Ghost in the Shell: Stand Alone Complex’ – Vol. 3, épisodes 9 à 12

0

Sur le modèle des épisodes précédents, l’alternance entre les épisodes complex et les épisodes stand alone se poursuit dans la série Ghost in the Shell: Stand Alone Complex, alias GITS SAC.

Et c’est directement sur un épisode complex que commence ce troisième volume avec « Chat ! Chat ! Chat ! », qui comme son nom l’indique met en scène une conversation virtuelle. Même si nous sommes en pleine science-fiction, cet échange est représenté de manière plutôt juste et intéressante et rappelle les véritables chats : les personnages qui parlent sont assis en cercle, tandis qu’un public d’auditeurs (les lurkers) se tient dans l’ombre en arrière-plan. Même les comportements des chatters vis-à-vis de l’affaire qui les occupe – il s’agit d’un chat consacré au Rieur – sont bien vus (en particulier le fan frimeur et le hacker). Les intervenants tentent d’élucider le mystère et discutent des pistes laissées par le mystérieux pirate. Ce chat est aussi très utile au spectateur, qui peut ainsi faire le bilan des indices disséminés jusqu’à présent. Un épisode extrêmement bavard, qu’il est bon de visionner plusieurs fois afin de bien le comprendre.

L’affaire suivante, « Jungle Cruise », est un épisode stand alone. Il s’agit d’une enquête autour d’un tueur en série qui écorche ses victimes de manière particulièrement atroce. Le fond de cette histoire s’appuie sur un propos foncièrement anti-américain, ne serait-ce qu’à travers le comportement suspect des agents US envoyés sur place pour assister l’équipe de Motoko. Davantage centré sur Batô, cet épisode bénéficie d’un rythme efficace et d’une belle mise en scène, notamment dans la scène d’action finale.

« Portraitz » est un épisode complex et raconte l’enquête menée par Togusa dans un centre d’aide sociale pour enfants handicapés. En réalité, ces derniers sont exploités et semblent tous victimes d’un déséquilibre psychologique. Même si cet épisode fait partie de la trame principale, il est assez différent des épisodes complex vus jusqu’à présent, puisque l’atmosphère cyberpunk est mise en sourdine. L’affaire du Rieur s’exprime dans un cadre inattendu.

« Escape from », épisode stand alone dont le titre original japonais se traduit par « fugue d’un tachikoma, rêve d’un réalisateur », est en réalité composé de deux histoires dont le seul lien est une intelligence artificielle trouvée par le tachikoma fugueur. C’est sans doute l’un des épisodes les plus touchants jusqu’ici, qu’il s’agisse de la première partie avec la petite fille, ou de la seconde dans laquelle le concept de l’intelligence artificielle est utilisé de manière originale et poétique.

A mesure que la série avance, les épisodes abordent des thèmes plus difficiles, sans jamais perdre de vue les enjeux principaux et notamment l’affaire qui constitue le fil directeur de la série. Les personnages prennent de l’épaisseur (même Motoko, malgré son design grotesque !), les scénarios sont de plus en plus maîtrisés, et on craque toujours pour les tachikomas.

Bonus du DVD

Les menus de ce DVD sont attrayants : animés et sur fond sonore d’extraits de la bande originale composée par Yoko Kanno, ils disposent d’un design cyberpunk qui nous plonge directement dans l’ambiance de la série. Les bonus nouveaux par rapport aux volumes précédents sont les interviews et filmographies de deux membres de l’équipe, ainsi que des bandes-annonces.

  • Notes de production

Les notes de production se présentent sous forme de textes écrits uniquement.

  • L’univers de Ghost in the Shell :

Descriptif du contexte dans lequel se déroule l’histoire, à savoir la nouvelle définition de l’être humain, ainsi que l’environnement technologique et sociologique.

  • Masamune Shirow – portrait

Résumé du parcours de l’auteur du manga et de sa carrière.

  • Présentation de la série

Présentation rapide de l’équipe de la série, notamment du réalisateur Kenji Kamiyama.

  • Production I.G.

Les studios I.G. sont ici présentés, de leur création à leurs interventions dans différentes œuvres comme Ghost in the Shell mais aussi Jin-Roh ou Blood the last vampire.

  • Titre de la série

Ce chapitre explique l’origine du titre Ghost in the Shell : Stand Alone Complex et annonce les titres de chaque épisode de la série.

  • Filmographies et Interviews

Ce chapitre nous propose cette fois les interviews et filmographies de Akio Otsuka, le doubleur japonais de Batô, et de Kazuhiro Wakabayashi, ingénieur du son.

  • Interview de Akio Otsuka (10 minutes environ)

Le comédien se livre à un commentaire assez analytique sur son personnage, qu’il semble énormément apprécier (et heureusement puisque Batô l’accompagne depuis le premier Ghost in the Shell de Mamoru Oshii !). Il parle aussi de ses relations avec ses collègues, de son travail en studio et de ce qu’il tente de faire passer à travers son interprétation.

  • Interview de Kazuhiro Wakabayashi (10 minutes environ)

Ingénieur du son sur la série Ghost in the Shell : Stand Alone Complex, Kazuhiro Wakabayashi assurait déjà cette même fonction sur les deux Ghost in the Shell de Oshii, ainsi que sur Jin-Roh (de Hiroyuki Okiura), Princesse Mononoke (de Hayao Miyazaki) ou encore de la série Wolf’s Rain (de Tensai Okamura). Il s’exprime ici sur son travail avec les comédiens, avec la compositrice Yoko Kanno, ainsi que sur la conception du son de la série.

  • Fiches des personnages

Fiche des personnages principaux de la série sous forme de texte. Il s’agit uniquement d’une présentation et non du character design.

  • Génériques du début et de fin sans credits, bandes-annonces Ghost in the Shell, Bandes-annonces de la série et du jeu vidéo Ghost in the Shell, bandes-annonces d’autres titres sortis chez Beez.

Il faut ajouter aux bonus situés sur le DVD quelques bonus supplémentaires situés à l’intérieur du boitier :

  • Jaquette réversible, livret contenant des dossiers secrets et cartes

Les dossiers secrets constituent des informations supplémentaires sur le contenu des épisodes et les intentions du réalisateur. Les cartes plastifiées sont à l’effigie des personnages.

Une fois de plus, Beez nous a réservé des nouveautés sur ce volume 3. Cette édition de Ghost in the Shell : Stand Alone Complex s’adresse définitivement aux fans puisque chaque volume apporte plus d’informations, d’interviews ou de gadgets.

Elodie Leroy

Article publié le 10 mai 2005 sur Dvdrama.com

Share.