‘Initial D: First Stage’, de Noboru Mitsusawa – Episodes 23 à 26

0

Et voilà. C’en est fini de Initial D: First Stage avec ce sixième et dernier volume qui nous embarque à bord des épisodes 23 à 26, particulièrement chargés en adrénaline. Le volume précédent était marqué par une légère accalmie, si l’on excepte l’épisode 19 qui clôturait superbement le génial battle entre Takumi et l’équipe Mako / Sayuki au col d’Usui. Toutefois, l’épisode 21 annonçait une suite explosive même si l’on zappait provisoirement l’affrontement tant attendu entre Takumi et Ryôsuke Takahashi, pour se contenter en guise d’apéritif d’un sous-fifre des RedSuns persuadé lui aussi qu’il est capable de battre notre héros et sa fidèle Hachi-Roku.

Mais puisque toute cette première saison consistait à nous préparer à cette rencontre rêvée entre Takumi et la fameuse « Comète blanche d’Akagi », Ryôsuke, l’heure est enfin venue dans ces tristement derniers épisodes d’assister au choc des titans. Et une fois de plus, la série Initial D nous livre une de ces courses fabuleuses dont elle a le secret, une course d’autant plus intense qu’elle marque une étape cruciale dans le parcours passionnant de Takumi Fujiwara.

Bilan des courses à l’issue de ces 26 épisodes : Initial D est une série absolument étonnante et parfaitement jouissive. Une série qui, certes, ne paie pas de mine au premier abord du fait d’un graphisme approximatif et d’une intégration 3D quelque peu déstabilisante dans les premières scènes – la première saison de la série date de 1998, époque où la 3D se faisait encore rare dans l’animation japonaise – mais dont l’énergie et l’inventivité emportent rapidement et totalement l’adhésion.

Le monde de Inital D tourne exclusivement autour de ces courses illégales inaugurées par les Japonais dans les années 70 le long des cols de montagne vertigineux du pays. Entre temps, la fièvre du drift (dérapage à quatre roues dans des virages abordés à pleine vitesse) a largement contaminé l’Europe et les Etats-Unis. Ces techniques spectaculaires ont l’avantage d’être hautement cinégéniques, une qualité merveilleusement exploitée dans cette série plus intelligente qu’elle n’y paraît.

L’auteur du manga d’origine, Shûichi Shigeno, ne s’est pas contenté de représenter les bolides en pleine action, il a instillé dans son œuvre un esprit très proche de celui des arts martiaux. La série animée suit bien évidemment cette logique. Dans Initial D, tout est affaire de technique, de concentration, de maîtrise, de précision, de rythme et d’équilibre idéal entre le coureur et son véhicule. La puissance de la voiture est finalement bien peu de choses en comparaison avec les qualités du conducteur. C’est pourquoi Initial D, bien que centré sur les courses, n’a strictement rien à voir avec le simple étalage de testostérone à la Fast and Furious.

Alors c’est avec un certain déchirement que l’on quitte Takumi et Hachi-Roku, les deux personnages les plus intrigants et attachants de la série. Si Initial D: First Stage nous conte la naissance d’une légende, celle de Takumi, l’aventure continue fort heureusement avec Initial D: Second Stage dont on espère follement une sortie prochaine dans nos contrées. Plus sombre, plus dense, plus mûre et cette fois impeccablement dessinée, cette deuxième saison poursuit en effet sur la lancée de la première. Sans compter que Fourth Stage vient de se terminer au Japon, en cette fin d’année 2005… Ce n’est donc, par chance, qu’un au revoir.

Caroline Leroy

Article publié sur DVDRama.com le 9 décembre 2005

> Lire la critique des épisodes 1 à 5
> Lire la critique des épisodes 6 à 9
> Lire la critique des épisodes 10 à 13
> Lire la critique des épisodes 14 à 18
> Lire la critique des épisodes 19 à 22

Share.

Comments are closed.