Deux soleils tentent d’établir leur règne sur la K-pop : Suga et Lay… Les MV de Daechwita et Lit utilisant des concepts similaires, nous avons compté les points.

Passionnées de dramas historiques, nous ne pouvions passer à côté du clip de Daechwita d’Agust D, alias Suga de BTS, qui réalise un carton mondial avec plus de 71 millions de vues sur Youtube en deux semaines. Nous ne pouvions pas non plus contourner le clip vidéo de Lit, dernier titre en date du chanteur chinois Lay, du groupe EXO, qui mène une belle carrière solo à l’international.

Quels sont les points communs entre les MV de Daechwita et de Lit ? Les titres ne se ressemblent pas, mais fusionnent tous deux la musique moderne avec des sons folkloriques. Quant aux MV, qui nous intéressent ici, ils débutent chacun par un chant traditionnel et utilisent le même ressort : une esthétique de drama historique mâtinée d’éléments modernes. Enfin, les deux hommes revendiquent rien moins que le titre suprême : celui de Roi…

Il fallait donc jouer le jeu. Nous nous sommes amusées à faire un comparatif sur trois critères : le concept, les éléments visuels et le king power. Et vous, qui est votre roi, entre Suga et Lay ?

Daechwita : comme dans un sageuk, ou presque

22 mai 2020. Un événement fait trembler le monde de la pop mondiale : sous le pseudo d’Agust D, le rappeur Suga de BTS révèle son dernier titre, Daechiwta, qui s’accompagne d’un clip vidéo étourdissant. Le MV nous plonge dans les temps anciens à travers un scénario énigmatique mettant plusieurs séquences en parallèle. Acteur principal, Suga interprète deux rôles : un roi désabusé aux cheveux décoloré et un vagabond téméraire capturé par des soldats.

« Ma première idée a été de réaliser un sample à partir de la musique jouée pendant la marche cérémoniale du Roi ; tout naturellement, la chanson comme le clip vidéo se sont imprégnés d’éléments de la culture coréenne en tant que composantes essentielles« , a déclaré Suga dans une interview pour TIME au sujet de Daechwita.

On se croirait dans un sageuk sous hallucinogène. Au premier abord, les décors sont ceux d’un drama historique : salle du trône avec la peinture représentant le soleil et la lune, cour intérieure pavée du palais royal, village typique de l’ère Joseon… Jusqu’à ce qu’un nouveau jeu de séquences nous ramène dans une ambiance contemporaine. Avec ses tenues fashion et son collier Chanel, Suga envoie son rap agressif et surgit en voiture dans la cour du palais. Dans quel monde sommes-nous tombés ?

Suga alias Agust D dans Daechwita

Ajoutons que le principe du double insuffle une dimension fantastique au clip de Daechwita. Le fait que l’homme pauvre soit capturé, puis agenouillé devant le souverain pourrait être une scène de drama, à ceci près que les deux protagonistes sont interprétés par le même acteur. Sommes-nous face à un trip introspectif dans lequel Suga questionne le sens de sa vie, de son succès et de son œuvre ? C’est en tout cas notre interprétation. Le vagabond incarnerait Min Yoongi tel qu’il était avant l’ascension de BTS, tandis que le roi désabusé et ironique représente l’homme qu’il est devenu à force d’aller toujours plus haut.

Lit : un air de drama historique chinois

31 mai 2020. Le chanteur chinois Lay – Zhang Yi Xing de son vrai nom – est de retour avec Lit, un morceau de rap envoûtant dont le clip vidéo, de grande qualité lui aussi, obéit à un principe identique : plonger le spectateur dans une ambiance de drama historique chinois en insufflant des éléments contemporains.

Il est vrai que les deux MV entretiennent des similitudes troublantes. Comme dans Daechwita, le décor de Lit est celui d’un palais royal, avec sa cour intérieure dans laquelle des soldats armés et masqués encerclent Lay pour le capturer. Le chanteur se met également en scène dans la salle du trône, comme son rival coréen.

Il est bien entendu impossible que le MV de Lit ait été réalisé en réaction à celui de Daechwita. Aucune équipe n’est capable de planifier un projet d’une telle ampleur en une semaine. Il y a beaucoup d’argent à l’écran dans le MV de Lit – environ 1,5 million de dollars, plus exactement !

Lay Zhang dans Lit

L’un des chanteurs a-t-il entendu parler du projet de l’autre ? Peut-être, mais il serait imprudent à ce stade d’émettre des théories sur le sujet. Je préfère voir dans ces deux sorties un choc de personnalités entre deux icônes de la pop asiatique d’aujourd’hui.

Par ailleurs, les deux chansons ne se ressemblent pas, en dépit de quelques parentés thématiques – les deux chanteurs revendiquent le titre de roi de manière vindicative ! Le rythme de Lit est plus lent, le ton moins enragé, bien qu’allant crescendo. La chanson de Lay mêle des instruments traditionnels chinois et des arrangements électro pour créer une ambiance hypnotique, voire envoûtante.

Le MV de Lit ne repose pas sur un véritable scénario, mais plutôt sur une mise en situation. Sur un chant d’Opéra de Pékin, Lay est cerné par des soldats, puis se tient dans la salle du trône, avant de réapparaître avec ses danseurs sur les marches menant vers le palais. Le casting des danseurs, qui joue la carte de la diversité ethnique, et le fait que Lay danse du krump au milieu des soldats armés ajoutent une touche surréaliste à cet univers qui compte de nombreuses références à la culture chinoise – l’immense dragon qui surplombe le palais à la fin du MV, mais aussi le danseur arborant le costume et le maquillage des rois dans l’Opéra de Pékin.

Daechwita et Lit : le duel

Le concept

Sur l’originalité du concept, il est difficile de trancher. Non seulement les deux titres possèdent un son unique, mais les MV nous immergent chacun dans un univers très marqué culturellement, dans lequel les éléments contemporains s’intègrent étonnamment bien. Les deux artistes revendiquent leurs origines culturelles, tout en ancrant leur style dans notre époque.

Daechwita et Lit ont bien entendu en commun de mettre la star au centre de chaque plan, ce qui n’a rien de surprenant puisque les deux artistes parlent d’eux-mêmes. La dimension fantastique est plus prégnante dans le MV de Lit, mais plus troublante dans celui de Daechwita, puisque Suga rencontre son double.

En somme, le clip de Suga décrit une expérience introspective, là où celui de Lay ressemble à une démonstration de puissance. Nous avons donc décidé d’accorder le point à Suga, alias Agust D, dont le concept stimule davantage notre imaginaire.

Concept : Agust D : 1 / Lay : 0

Eléments visuels

Dans les deux cas, les designs des tenues sont extrêmement travaillés. S’agissant des vêtements traditionnels portés par les chanteurs, ils sont au premier abord plus sophistiquées dans Daechwita – la robe, la coiffe et le maquillage du roi sont magnifiques. Suga s’avère à ce titre très cinégénique en personnage de sageuk, que ce soit en roi ou en voyou au regard mystérieux.

Cela dit, il n’est pas interdit d’apprécier l’apparente simplicité de la tenue traditionnelle de Lay dans le clip de Lit : il est d’une classe folle dans son costume noir ! Pour les tenues modernes, j’ai une préférence pour le style faussement négligé de Suga, mais Lay nous offre un défilé de mode tout à fait réjouissant (veste en cuir, ensemble bleu avec chapeau de pêcheur, manteau avec col en fourrure…).

La direction de la photographie et l’étalonnage des deux MV sont de toute beauté. Daechwita privilégie les tons chauds et les lumières vives sur les plans de jour, et le contraste entre le bleu et les lumières oranges sur les plans nocturnes. Lit mise au contraire sur des tons froids et joue avec les noirs et les flashes pour créer des ambiances fantastiques un peu inquiétantes.

Là où le clip de Lay marque des points, c’est sur le plan des effets spéciaux. Entre les séquences dansées où son corps est parcouru de lumières rouges (un effet qui évoque le clip d’Obsession d’EXO) et l’apparition de l’immense dragon à la fin du clip, cette production sino-coréenne en impose. Les effets spéciaux sont réalisés par Dexter Studio, comme nous l’apprenons dans le générique détaillé qui défile après la vidéo.

Le décor principal est également somptueux : le clip a été tourné au Qin Imperial Palace au Hengdian World Studio, qui est le plus grand studio de cinéma au monde…

Nous avons une petite préférence pour la direction artistique de Daechwita, qui nous semble avoir plus d’unité visuelle, mais nous avons envie d’accorder un point à Lit pour l’ampleur des moyens déployés,  les ambitions techniques et le caractère haut de gamme du spectacle.

Direction artistique : Agust D : 1 / Lay : 0
Effets visuels : Agust D : 0 / Lay : 1

Deux soleils dans la pop asiatique

Le titre d’Agust D, Daechwita, commence par un sample de la marche cérémoniale du roi. Un peu plus tard, le rappeur de BTS proclame face à la caméra « Je suis le roi, je suis le patron, rappelez-vous mon nom ! ». Suga se compare à un roi de l’ère Joseon, ajoutant que « Ce pays est trop petit pour me contenir« , mais rappelle aussi ses origines : « Né esclave, mais devenu roi« . Dans le MV, le personnage du roi enchaîne les regards cruels, ironiques, mais son attitude finit par se retourner contre lui. Au passage, dans toute la partie où il se vante de son succès, Suga se fend d’un clin d’œil à Bang Si Hyuk, le PDG de BigHit Entertainment (« Tous les jours, Bang PD danse danse danse.« ).

L’esprit de la chanson de Lay se veut plus philosophique. Le titre de la chanson, 蓮, signifie « éclairé », mais désigne aussi la fleur de lotus et renvoie à la croyance spirituelle chinoise sur la dualité entre la vie et la mort. Ces références intellectuelles n’empêchent pas Lay de se la raconter comme jamais : « Personne ne peut me battre« , « Regardez-moi bien« , « Je suis le roi dans le royaume de la musique« … Lay fait également référence à son passé : « Regardez-moi, je suis sorti de la boue » (comme une fleur de lotus).

Comme nous l’avons vu, la chanson de Suga s’apparente plutôt à un voyage introspectif. Celle de Lay prend une dimension plus politique : le chanteur proclame que la Chine conquiert le monde grâce à ses chansons. Rien que ça !

En tenant compte du succès phénoménal de Daechwita dans les charts mondiaux, nous sommes obligés de lui accorder le point en ce qui concerne le star power. Cependant, le dénouement du MV nous laisse penser que Suga ironise sur sa condition de « roi », au contraire de Lay qui la revendique explicitement. Nous avons donc distingué le star power du king power.

Star power : Agust D : 1 / Lay : 0
King power : Agust D : 0 / Lay : 1

Au final, Agust D est notre roi dans ce duel ! Et vous, à qui avez-vous prêté allégeance ?

Daechwita est extrait de D-2, seconde mixtape d’Agust D qui est entré à la 11e place dans le classement Billboard 200. Lit est extrait du quatrième album solo de Lay, qui s’intitule également Lit.

Elodie Leroy

Lire aussi | Eight : IU collabore avec Suga sur un titre aérien