‘Destiny’, de INFINITE: clip-blockbuster pour l’une des meilleures pop songs de l’année

0

Le 15 juillet dernier sortait Destiny, le tout nouveau clip vidéo du groupe INFINITE, et autant dire que Woolim Entertainment a mis les moyens. Tourné aux États-Unis, à Los Angeles plus précisément, pour un budget manifestement important, ce MV d’un peu plus de quatre minutes en jette à chaque image, nous emportant dans un tourbillon sonore et visuel jubilatoire, au bout de quelques notes et de quelques images à peine…

Ce n’était pourtant pas gagné d’avance. J’apprécie depuis un moment ce boys band coréen qui officie chez Woollim Entertainment, notamment leur clip science-fictionnesque BTD (Before The Dawn) ainsi que leur hit de l’année dernière, The Chaser, que Billboard avait d’ailleurs élu « Meilleure chanson de K-Pop de 2012 ». Mais j’avais été très déçue par leur précédent opus, Man In Love, sorti en mars dernier. Ce n’était pas avec ce titre insipide et niais et son clip à l’avenant que les INFINITE allaient pouvoir rivaliser avec le poids lourd B.A.P dont l’excellentissime One Shot avait profondément secoué les fans de pop music un mois plus tôt.

infinite_destiny_cdJ’aurais tout de même dû me souvenir que ma plus belle émotion clipesque du début 2013 avait été Without You d’INFINITE H. L’association de cette sous-unité d’INFINITE, composée des membres Hoya et Dong Woo, avec la révélation du hip-hop Zion T., avait fait des étincelles à travers une chanson et un clip proprement divins, dont chaque note et chaque image m’avait tiré des soupirs d’émerveillement dès la première vision.

INFINITE nous revient très en forme avec le puissant Destiny, un titre électro-dance addictif qui s’impose instantanément comme son meilleur morceau à ce jour. Une chanson épique, galvanisante, sans temps mort, qui partant d’une intro au synthé à la fois stressante et captivante, marie de façon redoutablement efficace les sons aigus d’instruments à cordes aux accents lyriques avec les pulsations agressives des basses, et dont la structure élaborée la distingue du tout venant de la pop actuelle.

Ajoutons à cela que l’intégralité de la chanson est en mode mineur, tel un généreux cadeau que l’on aurait spécialement réservé à mon attention. Ce petit bijou est soutenu par un clip à gros budget tourné au sein des Studios Universal de Los Angeles, dans lequel le groupe est filmé en train de danser à l’intérieur de somptueux décors de cinéma utilisés notamment dans les films Transformers de Michael Bay et Inception de Christopher Nolan.

infinite_destiny_cap08Non seulement la réalisation ultra-dynamique met en valeur la beauté des décors aux lignes majestueuses, de la photographie aux tons chauds mais à l’instar du clip Without You d’INFINITE H, la caméra est littéralement suspendue aux moindres mouvements de la chorégraphie millimétrée des sept membres d’INFINITE – mention à Hoya, qui possède un style décidément unique – à ceci près que celle-ci est survoltée et non contemplative. Le tout est rehaussé d’effets spéciaux très réussis qui témoignent de l’ambition visuelle grandissante de l’industrie de la K-Pop. On apprécie de voir Dong Woo en vedette dans un road movie sur mesure, ou ces gros plans sur le visage maquillé de L (alias Kim Myung Soo) qui semble plus que jamais échappé d’un manga.

Le climax du clip mettant en scène les métamophoses finales de nos héros n’est pas sans évoquer la superbe vidéo Mama du groupe EXO (sortie en février 2012 chez SM Entertainment), une coïncidence d’autant plus amusante que ce dernier groupe vient de sortir quasiment en même temps que Destiny la version drama de son tout dernier clip Wolf, sur fond d’histoire surnaturelle là aussi – les loups-garous ont le vent en poupe depuis la sortie fin octobre 2012 du film A Werewolf Boy de Jo Sung Hee avec Song Joong Ki.

Pour finir, vos aurez peut-être remarqué que le clip Destiny sortait accompagné de la mention « version B ». La version originale du clip contenait en effet des plans montrant un crash d’avion, plans qu’il a fallu retirer suite au drame du crash de l’Asiana Airlines à San Franciso le 6 juillet dernier. Il n’est pas exclu que sorte malgré prochainement cette « version A » de Destiny.

Caroline Leroy

 

 

infinite_destiny_cap01infinite_destiny_cap02infinite_destiny_cap03infinite_destiny_cap04infinite_destiny_cap05infinite_destiny_cap06infinite_destiny_cap07infinite_destiny_cap08infinite_destiny_cap09infinite_destiny_cap10infinite_destiny_cap11infinite_destiny_cap12infinite_destiny_cap13infinite_destiny_cap14infinite_destiny_cap15infinite_destiny_cap16infinite_destiny_cap17infinite_destiny_cap18infinite_destiny_wall1

Share.