Critique : ‘Helen, autopsie d’une disparition’, de Christine Malloy et Joe Lawlor

0

Premier long métrage de Christine Malloy et Joe Lawlor, Helen : Autopsie d’une Disparition s’intéresse à une adolescente orpheline, timide et effacé, qui peine à trouver sa place au sein de son lycée. Lorsqu’une élève de son école disparaît, elle est choisie pour jouer le rôle de la victime dans la    reconstitution des faits orchestrée par la police. Peu à peu, les proches de la disparue font un transfert sur l’adolescente.

Avec un pitch aussi intrigant, propice à la naissance de relations malsaines entre les personnages, Helen : Autopsie d’une Disparition aurait pu susciter fascination et émotion, si seulement les réalisateurs avaient su s’effacer derrière leur sujet.  Malheureusement, le film s’enlise peu à peu dans les limbes de l’ennui à force de langueur, de minimalisme et d’immobilisme. L’actrice Annie Townsend parvient toutefois à émouvoir par son absence de recherche de la performance, conférant à son interprétation une sincérité désarmante, là où les réalisateurs se compromettent justement dans un narcissisme aussi pompeux qu’inutile.

Elodie Leroy

Article publié sur Filmsactu.com le 15 mars 2010

helenautopsiedisparition_02helenautopsiedisparition_01

Share.