Source d’inspiration pour les films et les dramas, le webtoon se dévoile à Paris dans le nouveau Centre Culturel Coréen.

Misaeng, Cheese In The Trap, My ID Is Gangnam Beauty, mais aussi Item ou encore Strangers From Hell… Quand les dramas coréens actuels ne reposent pas sur un scénario original, il y a de fortes chances qu’ils soient adaptés d’un webtoon. Le Centre Culturel Coréen nous propose de découvrir l’univers de cette forme d’art née sur le web dans ses locaux dès le 21 novembre 2019.

Bande dessinée 2.0

Le mot « webtoon », formé de la combinaison de « web » et « cartoon », désigne les bandes dessinées numériques que les Coréens consomment massivement depuis quelques années.

Cheese In The Trap est adapté d’un webtoon de Soonkki

Les premiers webtoons sont apparus sur la plate-forme Daum Webtoon en 2003, puis sur Naver Webtoon en 2004, mais le marché a explosé dans les années 2010, ce qui s’est traduit par une multiplication des plates-formes spécialisées. Aujourd’hui, le webtoon séduit aussi la France, si l’on en croit le succès de la plate-forme française Delitoon.

Lire aussi | Quand le webtoon dynamise les films et les séries

Comment lire un webtoon ? Ces BD 2.0 se lisent sur le mobile en scrollant de haut en bas. Certaines s’enrichissent d’éléments audiovisuels, comme de la musique.

Qui lit des webtoons ? N’importe qui peut lire des webtoons, même si ce format attire en priorité les amateurs de mangas et de manhwas également immergés dans la culture des réseaux sociaux, c’est-à-dire les vingtenaires et les trentenaires. Le public des webtoons est cependant très large, comme celui des mangas au Japon. Il y en a véritablement pour tous les goûts.

Fantasy et sujets de société

Les webtoons sont devenus une source d’inspiration majeure des dramas et des films coréens d’aujourd’hui. Mieux, ils participent pleinement à enrichir les sujets abordés dans ces fictions. Le webtoon explore en effet tous les genres, de la comédie romantique à l’action, en passant par l’Histoire, le sport, l’heroic fantasy ou encore les superhéros.

Le webtoon Misaeng (Yoon Tae Ho) parle du monde de l’entreprise en Corée
Inspiré d’un fait réel dans la grande distribution, Awl parle de la naissance des syndicats en Corée

Accessible partout avec le mobile, y compris dans le bus ou le métro, le webtoon s’invite dans le quotidien des Coréens et constitue ainsi la forme d’expression idéale pour parler de la vie de tous les jours. C’est ainsi que le monde du travail est passé sous acide dans le célèbre drama Misaeng (tvN), dans l’excellent Awl (JTBC) et plus récemment dans le drama d’horreur Strangers From Hell (OCN).

Dans Cheese In The Trap, c’est le monde étudiant qui fait l’objet d’une délicieuse satire. La série My ID Is Gangnam Beauty, dont le théâtre est également l’université, s’intéresse à la chirurgie esthétique en Corée et la pression des standards de beauté sur les jeunes.

Lire aussi | Que vaut le drama Love Alarm ? Découvrez la critique

Enfin, même BTS a son webtoon ! Le célèbre groupe de K-pop ne pouvait pas passer à côté de ce format pour étendre son influence et l’imaginaire foisonnant qui l’entoure. C’est ainsi que Save Me a vu le jour en 2019 sous la bannière LICO, une société née de l’alliance entre Big Hit Entertainment et Naver Webtoon.

Le webtoon Save Me, avec BTS

Le webtoon débarque à Paris

Du 21 novembre 2019 au 31 mars 2020, une exposition sur le webtoon sera présentée à Paris. Organisée par le Centre Culturel Coréen et la Korea Manhwa Contents Agency, l’exposition Voyage dans l’Univers du Webtoon retracera l’histoire de cette forme d’art née de la culture du web et la manière dont elle s’est développée en Corée.

L’exposition Voyage dans l’Univers du Webtoon fait partie des festivités marquant l’ouverture du nouveau Centre Culturel Coréen, qui ouvre ses portes le 21 novembre 2019. A ce propos, nous nous sommes rendues sur place la veille au soir pour l’inauguration et nous vous recommandons vivement le déplacement : les locaux sont superbes.

Voyage dans l’Univers du Webtoon
Lieu : Centre Culturel Coréen – 20 Rue la Boétie, 75008 Paris
Date : 21 novembre 2019 – 31 mars 2020
Entrée libre

Elodie Leroy

Lire aussi | Les 15 dramas coréens qu’il fallait voir en 2018