Jackie Chan, invité de luxe du variety show coréen ‘Running Man’

1

La superstar chinoise Jackie Chan en personne était l’invité du variety show coréen Running Man le 3 mars dernier ! Et croyez-moi que Yoo Jae Suk et sa bande ne l’ont pas épargné, même si la tentation était grande pour nos amis de jouer les fanboys pendant toute l’émission. Retour en détail sur un épisode historique dans l’histoire de Running Man.

S’il y a une émission populaire, une vraie, au sens noble du terme, à ne surtout pas manquer actuellement, ce n’est ni en Europe ni en Amérique ni même en Australie qu’il faut aller la chercher. Oubliez les médiocrités de type Splash ! le grand plongeon et tous les Secret Story déclinés à l’infini sur l’autel de la trash TV occidentale. Aujourd’hui, c’est en Asie que ça se passe et plus précisément en Corée du Sud sur la chaîne SBS : la meilleure émission de divertissement du monde s’appelle Running Man et il s’agit d’un variety show animé par le fabuleux Yoo Jae Suk.

Choi Siwon, HaHa et Jackie Chan dans RUNNING MAN épisode 135

Ce nom ne vous dit pas grand-chose, et pourtant vous le connaissez forcément puisqu’il n’est autre que le fameux « homme en jaune » dans le clip Gangnam Style, celui qui vient frimer dans le parking sous le nez de PSY avec sa décapotable rouge. Il est surtout, à quarante et un ans, l’animateur numéro un de la télévision coréenne depuis une bonne dizaine d’années. Cette réputation n’est pas usurpée : il la doit à un travail acharné mais aussi et surtout à une personnalité chaleureuse qui le rend immédiatement familier, à un sens de l’humour et de l’autodérision qui s’accompagnent d’un esprit ludique hors du commun.

Running Man n’est pas la seule émission que Yoo Jae Suk anime en ce moment ni la plus populaire dans son pays – Infinity Challenge reste le show favori des Coréens – mais elle est incontestablement la plus connue et la plus appréciée à l’étranger. Au point d’être peu à peu devenue, depuis sa première diffusion en juillet 2010, un programme emblématique de la Hallyu en Asie et dans le reste du monde, au même titre que les dramas coréens et la K-pop. Il n’est donc guère étonnant d’y retrouver toutes les stars les plus en vue du moment : acteurs, chanteurs, sportifs, idoles, tous veulent être de la partie. Mais l’arrivée dans le show, le 3 mars dernier, d’une superstar chinoise à l’aura internationale telle que Jackie Chan est une nouveauté.

Pour vous situer brièvement Running Man, imaginez un jeu qui adapterait grandeur nature et sous une forme comique le film Piège de Cristal de John MacTiernan, dans lequel Bruce Willis affronte seul une bande de terroristes menés par Alan Rickman à l’intérieur d’une tour d’immeuble. De ce film d’action à suspense, Running Man reprend régulièrement le jeu de cache-cache fatal, généralement en intérieur (dans des centres commerciaux, des centres culturels, voire dans les locaux de la chaîne SBS).

La référence est d’ailleurs tellement assumée que Yoo Jae Suk se fait appeler « Yooruce Willis » en clin d’œil à la star hollywoodienne. Les participants, seuls ou en équipe, possèdent chacun une bande de tissu à leur nom dans le dos, un nametag qu’ils doivent prendre garde de ne pas se faire arracher s’ils ne veulent pas se retrouver en « prison », c’est-à-dire hors jeu.

L’animateur Yoo Jae Suk en pleine explication dans RUNNING MAN épisode 135

Autour de ce jeu de terrain très physique dont les possibilités narratives et visuelles sont infinies, se greffent diverses épreuves parfois délirantes, de plus en plus souvent organisées autour d’un scénario très élaboré qui va de la chasse au trésor à grande échelle au film d’espionnage à tiroirs tout en laissant le champ libre à l’improvisation puisque les résultats ne sont pas prédéterminés. Une sorte de téléréalité drôle et intelligente – oui, c’est possible – expurgée du voyeurisme et de la méchanceté, qui a la particularité jouissive d’être en perpétuelle mutation (le concept de l’émission ne cesse de s’affiner et de s’enrichir avec le temps) tout en rendant constamment hommage au cinéma à travers un montage sonore très référentiel, véritable régal pour le cinéphile.

Yoo Jae Suk n’est pas seul dans l’aventure, il est entouré de six personnalités du show business coréen, entertainers professionnels rompus pour au moins la moitié d’entre eux à l’exercice du variety show : Ji Suk Jin (animateur), HaHa (chanteur et animateur), Gary (rappeur du groupe LeeSsang), Kim Jong Kook (chanteur), Song Ji Hyo (actrice) et Lee Kwang Soo (acteur et benjamin de la bande). Leurs personnalités se complètent admirablement et ils n’hésitent pas à en rajouter pour alimenter les gimmicks savoureux associés à leur personnage de scène.

L’une des autres spécificités très sympathiques de Running Man est de mettre en avant le staff en de nombreuses occasions, des réalisateurs (Cho Hyo Jin alias Cho PD est le plus connu) au directeur de plateau (l’irrésistible Go Dong Wan, régulièrement réquisitionné pour incarner divers personnages farfelus) en passant bien sûr par les cameramen dévoués que l’on voit courir un peu partout et dont le public connaît très bien les visages et les noms (Ryu Kwon Ryeol, le cameraman attitré de Yoo Jae Suk, est devenu une star malgré lui).

Jackie Chan était donc l’invité de l’épisode 135 de Running Man diffusé dimanche 3 mars 2013, de même que Choi Siwon du groupe Super Junior dont c’est la troisième participation à l’émission. Aux côtés de Yoo Jae Suk et de ses complices habituels, la kung fu star chinoise s’est prêtée avec beaucoup de décontraction et d’enthousiasme aux divers jeux prévus par la production de Running Man.

Yoo Jae Suk, Choi Siwon, Ji Suk Jin et HaHa

En réalité, ce n’est pas tout à fait la première fois que Jackie Chan apparaît dans l’émission : il avait déjà gentiment accepté d’enregistrer des vidéos d’instruction destinées à guider les Running Men durant leur « mission » à Hong Kong (épisodes 72 et 73, diffusés respectivement les 11 et 18 décembre 2011). A l’époque, il avait promis depuis l’autre côté de l’écran de revenir un jour y participer en personne.

C’est chose faite avec cet opus qui démarre directement sur un rapide mais touchant hommage à sa longue carrière par le biais d’extraits choisis de ses films (Drunken Master, Police Story, Le Marin des Mers de Chine…) accompagnés de la très chouette chanson qu’il interprète dans Drunken Master II.

Contrairement à la plupart des émissions, les membres de Running Man ne connaissent pas forcément l’identité des invités qu’ils seront amenés à côtoyer – ils la découvrent même parfois très tardivement, au cours d’un jeu de chasse à l’homme par exemple. Dans le cas de Jackie, le suspense ne dure pas longtemps puisqu’il intervient au bout d’un quart d’heure environ, mais autant dire que l’émotion de nos hôtes n’est pas feinte lorsqu’il débarque tout naturellement dans la pièce où ils ont été réunis. Un beau moment de télévision qui vaut à lui seul le détour.

On sait depuis longtemps que Yoo Jae Suk est un grand fan de cinéma de Hong Kong devant l’éternel. Déjà, sur Family Outing, le précédent (et inoubliable) variety show qu’il animait sur le même slot entre 2008 et 2010, il avait laissé filtrer plus d’une fois sa passion pour Le Syndicat du Crime de John Woo. Dans l’épisode 26 de Running Man, dans lequel étaient invités les acteurs Jeong Jin Young et Lee Mun Shik, il avait démontré à quel point il connaissait par cœur – bien que phonétiquement – la chanson Run Towards the Future qu’interprète Leslie Cheung dans Le Syndicat du Crime 2. Il nous racontait même avec ferveur le détail de la scène du film à laquelle elle se rapportait, donnant lieu à l’une de ces séquences hilarantes et surréalistes si caractéristiques de l’émission.

Quant à la virée des Running Men à Hong Kong, elle avait rapidement pris la forme d’une véritable déclaration d’amour à ce cinéma, chaque nouvel aperçu d’un coin de la ville évoquant aux uns et aux autres des films mythiques des années 80-90. Parmi les moments de grâce de ce diptyque hongkongais, rappelons cette épreuve de karaoké en plein air amenant les Running Men à demander l’aide des fans et des passants réunis autour d’eux pour chanter en chinois les chansons cultes d’Il était une fois en Chine et du Syndicat du Crime.

Avec Jackie Chan dans Running Man, on réalise s’il en était encore besoin à quel point la génération des Coréens trentenaires/quarantenaires a été marquée par le cinéma chinois. Cet attachement très sentimental les conduit d’ailleurs malgré eux à jouer, devant Jackie Chan, les fanboys pressants en demandant soudainement à leur invité des nouvelles de Sammo Hung, de Yuen Biao mais aussi d’Andy Lau et de Maggie Cheung !

Pas question pourtant de ménager Jackie Chan plus que n’importe quel autre invité, d’autant que même s’il est aidé d’une oreillette pour la traduction, il s’avère qu’il comprend plutôt bien le coréen et qu’il le parle même un peu. Voilà un acteur décidément épatant : après avoir appris l’anglais pour conquérir Hollywood il y a plus de dix ans, le voilà qui se remet à une autre langue étrangère, à 58 ans, tout simplement parce qu’il a compris que la Corée du Sud était devenue incontournable sur l’échiquier asiatique… sacré Jackie.

Les scénarios de Running Man sont fréquemment adaptés aux profils des invités et cet épisode ne fait évidemment pas exception. Tandis que les neuf participants sont répartis en trois équipes concurrentes, les diverses épreuves qui les attendent tiennent compte de la réputation de dur à cuire de l’acteur/cascadeur de légende. Les cascades masochistes qui l’ont rendu célèbre inspirent une épreuve sportive cocasse à base de saut à la corde sur tapis de shiatsu sur le toit d’un immeuble ; la scène de la ceinture de dynamite dans Mister Dynamite se transforme en un jeu de bombe à retardement dans lequel un téléphone portable tient lieu de patate chaude.

Enfin, si l’arrachage de nametag n’est pas à l’ordre du jour, une fois n’est pas coutume, la production a prévu un jeu de chasse au trésor (réunir des peluches à l’effigie des signes du zodiaque chinois) obligeant les trois équipes à se poursuivre dans un centre commercial rappelant celui de Police Story.

Si durant toute l’émission, Jackie confirme qu’il est bien toujours au top, l’autre invité, Choi Siwon alias « Reaction Man » (c’est son surnom affectueux depuis ses précédentes participations à Running Man), démontre lui aussi d’excellents réflexes et un vrai esprit de compétition. Sa présence fait d’autant plus plaisir que sa prestation d’acteur hilarante nous a littéralement bluffés dans le récent The King of Dramas. Entre ces deux invités de choix, les Running Men ont fort à faire pour gagner des points dans ces jeux sans pitié, voire simplement pour conserver leurs acquis.

Au final, on obtient un épisode à la fois léger et plein de bonnes surprises qui laisse, on l’espère, présager d’autres rencontres du même genre. Ce qui est certain, c’est que Jackie Chan n’est pas venu là par hasard, lui qui vient d’annoncer fin février dernier qu’il allait produire son propre groupe de K-Pop, « Double JC »…

Caroline Leroy

> A lire : interview de Jackie Chan au festival Paris Cinéma 2005

Share.