Jung Yu Mi et Nam Joo Hyuk enquêtent sur des phénomènes surnaturels dans cette série TV coréenne touchante et décalée.

Les jeunes sont-ils devenus fous ? Une infirmière scolaire reçoit des ados à problèmes dans son cabinet et lutte contre des créatures venues d’un autre monde. Tel est le pitch de The School Nurse Files, une mini-série de 6 épisodes disponible depuis le 25 septembre 2020 sur Netflix. Servi par des effets spéciaux haut de gamme, The School Nurse Files déploie un univers déroutant et un peu fou-fou, pour aborder les souffrances de la jeunesse sous un angle à la fois psychologique et fantaisiste. Le concept est immédiatement séduisant, et malgré une baisse de régime en fin de course, le récit demeure étonnant et émouvant jusqu’au bout.

Jung Yu Mi (The School Nurse Files)

Drôle de school drama

Depuis son enfance, Ahn Eun Young (Jung Yu Mi) voit des êtres surnaturels que les autres ne perçoivent pas. Recrutée comme infirmière dans un lycée, elle fait la connaissance de Hong In-Pyo (Nam Joo Hyuk), professeur de caractères chinois et petit-fils du fondateur. Bientôt, une étrange folie s’empare du lycée, incitant Ahn Eun Young et Hong In Pyo à s’allier pour enquêter.

Une épée lumineuse en plastique, un pistolet à billes, un attirail de chamane caché dans son armoire à pharmacie… Tel est l’équipement de combat d’Ahn Eun Young, qui tente de venir en aide aux élèves en utilisant aussi bien la médecine classique que ses talents de medium.

School Nurse Ahn Eun Young

Produit par KeyEast pour Netflix, The School Nurse Files s’inspire d’un roman de l’autrice à succès Jung Se Rang. Cette dernière s’allie avec Lee Kyoung Mi, réalisatrice douée qui s’est notamment illustrée avec le long métrage The Truth Beneath, ainsi que le premier segment du film Persona avec IU. Sa réalisation inventive imprime immédiatement un ton à part à ce mélange singulier de school drama et de fantastique. 

L’univers de la série – un lycée et ses environs – est à la fois familier et dépaysant, puisque régi par des codes qui lui sont propres et que l’on prend plaisir à décrypter au fil de l’histoire. L’établissement plein de mystères fondé par Hong Jin Bum, dont la statue et le portrait trônent sur les lieux, se distingue par des pratiques hilarantes, mais dignes d’un régime communiste : chaque matin, les élèves sont tenus d’effectuer des exercices de santé en clamant leur bonheur et en riant à gorge déployée. Mais peut-on forcer les jeunes à être heureux ?

Rires compulsifs et pulsions suicidaires

Le premier épisode de The School Nurse Files en met plein la vue avec une affaire complètement frappée, voyant élèves et professeurs sombrer dans un délire collectif fait de rires compulsifs et de pulsions de suicide. Cette histoire, qui trouve une conclusion ahurissante sur le toit du lycée, nous laisse sans voix et annonce les ambitions de la série : utiliser des manifestations surnaturelles pour parler des douleurs sourdes et des comportements parfois incompréhensibles des adolescents.

Nam Joo Hyuk (The School Nurse Files)

Du harcèlement scolaire à la délinquance, en passant par les troubles du comportement alimentaire, The School Nurse Files brasse des thèmes difficiles sans jamais verser dans le mélodrame, ni même apporter de véritable réponse. C’est d’ailleurs l’élément surprenant et appréciable de la série : les histoires ne s’achèvent pour la plupart ni par un happy end, ni par une tragédie. Ces souffrances existent, un point c’est tout.

L’affaire la plus touchante est celle de la « mangeuse de mites », une gamine au visage poupin dont l’existence est conditionnée par une injonction qui l’empêche de vivre pour elle-même, une idée qui renvoie à la pression parentale. On aime aussi l’épisode des chaussures dorées, récupérées par un garçon qui désire susciter l’admiration avec ses talents de basketteur – l’affaire évoque bien sûr le conte des chaussons rouges.

The School Nurse Files (Netflix)

Souvent très drôles, les créatures de The School Nurse Files donnent parfois l’impression que les acteurs se sont égarés dans un dessin-animé. Cette touche enfantine, mais potentiellement monstrueuse, matérialise l’univers psychologique de ces jeunes, qui affrontent avec un mélange de légèreté et d’angoisse des bouleversements intérieurs qu’ils ne comprennent pas.

Jung Yu Mi en blouse blanche

Actrice reconnue aussi bien au cinéma (Kim Ji Young: Born in 1982) qu’à la télévision (Live), Jung Yu Mi a la capacité de se fondre dans tous les registres. Dans le rôle de l’infirmière Ahn Eun Young, elle livre une interprétation délicieusement décalée sans en faire des caisses, et nous embarque avec une grande facilité dans le quotidien peu banal de l’héroïne.

The School Nurse Files Ep. 1

Jung Yu Mi forme un duo attachant avec Nam Joo Hyuk (The Light in Your Eyes), qui fait tout pour nous faire oublier son image de beau garçon avec son personnage de professeur éclopé, dont la silhouette est noyée dans des vêtements beaucoup trop larges. Discret sans jamais paraître effacé, il apporte un charme particulier à son personnage.

La série s’enrichit également, au fil des épisodes, d’une galerie de personnages qui ont tous un petit grain de folie, à commencer par les lycéens. The School Nurse Files est ainsi l’occasion de découvrir une belle brochette de nouveaux acteurs, à commencer par Park Hye Eun dans le rôle de A-Ra (alias La Méduse) et Song Hee Jun dans celui de Baek Hye Min, mais aussi Hyun Woo Seok qui interprète le timide Seung Gwon.

Les adultes ne sont pas en reste, entre les professeurs au comportement plus ou moins louche interprétés par Yoo Teo (Vagabond) et Lee Joo Young (Live) et l’acupunctrice campée par Moon So Ri (Une Femme Coréenne).

On reprochera seulement à The School Nurse Files de se conclure sur une tonalité un peu trop dramatique, ce qui a pour effet de ralentir le rythme de la série dans les derniers épisodes. Toutefois, l’intrigue prend une tournure inattendue et l’enthousiasme pour l’univers de la série reste intact. On espère le voir se développer davantage à travers une saison 2.

Elodie Leroy

Lire aussi | Extraordinary You : le lycée devient un décor de webtoon