Sleep : quand l’angoisse s’invite dans l’intimité du couple, un thriller subtil et prenant

Premier long métrage de Jason Yu, Sleep utilise habilement son argument effrayant pour sonder les angoisses profondes d’un couple. Ce dernier est interprété par Jung Yoo Mi et Lee Sun Kyun, formidables.

Un homme qui ronfle, une femme qui peine à s’endormir : Sleep débute le plus simplement du monde, dans la chambre à coucher des deux principaux protagonistes. Soo Jin (Jung Yumi), employée administrative, et Hyun Soo (Lee Sun Kyun), acteur raté qui peine à trouver du travail, mènent une vie sans histoire jusqu’au jour où le mari se révèle somnambule. La nuit tombée, il devient une tout autre personne et commet des actes dangereux pour lui et son entourage. Soo Jin, qui ne parvient plus à fermer l’œil de la nuit, craint pour leur sécurité à tous les deux et pour celle de leur enfant à naître.

Prévu dans les salles françaises le 21 février 2024, Sleep est le tout premier long métrage de Jason Yu, qui fut notamment assistant de Bong Joon Ho sur Okja. Dévoilé pour la première fois au Festival de Cannes 2023, dans la sélection de la Semaine de la critique, Sleep a voyagé dans plusieurs festivals internationaux (Toronto, Sitges…) et a reçu en janvier dernier le Grand Prix au Festival du Film Fantastique de Gérardmer 2024.

© The Jokers Films

Avec une maîtrise remarquable de l’espace et de la temporalité, Jason Yu s’appuie sur le quotidien de Soo Jin et Hyun Soo pour installer graduellement une atmosphère oppressante. Un quotidien pour le moins ordinaire pour un couple moderne de la classe moyenne, mais dans lequel s’invitent bientôt le malaise, la peur de l’autre, ainsi que des superstitions d’un autre âge. Véritable personnage du film, l’appartement des deux époux n’est plus le refuge qu’il devrait être, mais devient le théâtre d’un cauchemar sans fin, à la fois physique et mental et sur lequel les personnages n’ont aucune prise.

Habilement construit et plus subtil qu’il n’y paraît, Sleep prend tour à tour la forme d’un film d’épouvante, d’un thriller psychologique et d’un drame familial pour saisir les angoisses profondes d’un couple arrivé à un tournant de son histoire – la naissance du premier enfant, avec toutes les interrogations que cela soulève sur la capacité de chacun à assumer ses responsabilités et à faire confiance à l’autre.

L’humour s’invite parfois à l’improviste pour contrebalancer la tension grandissante et éviter du même coup au film de sombrer dans le mélodrame. Et lorsque l’on croit savoir où l’histoire veut nous emmener, le scénario emprunte un chemin inattendu à la faveur de rebondissements malins, quitte à renverser les points de vue pour examiner la situation avec un regard neuf.

© The Jokers Films

L’une des qualités de Sleep est de reposer sur un récit condensé, qui reste résolument centré sur les émotions traversées par ses personnages et sans jamais se perdre dans des sous-intrigues inutiles. Ce parti pris minimaliste nécessite une forte capacité des acteurs à prendre possession de l’espace scénique et à nous amener à guetter leur moindre expression, à surveiller leur langage corporel.

Le film peut compter sur un duo d’interprètes de haut niveau. Lee Sun Kyun (Parasite, le drama My Mister) délivre une performance remarquable dans le rôle de l’époux démuni face à sa maladie, mais qui cherche à protéger sa famille avec une sincérité touchante. Face à lui, Jung Yoo Mi (The School Nurse Files) est épatante en épouse qui sombre peu à peu dans la paranoïa à force d’affronter seule la peur suscitée par son mari somnambule.

Lee Sun Gyun et Jung Yoo Mi
© The Jokers Films

Le sentiment de suivre un huis clos est renforcé par une économie de personnages secondaires. Du médecin fumiste (Yoon Kyung Ho, de The Worst of Evil) à la voisine bizarre, en passant par la mère superstitieuse et la chamane mi-comique mi-inquiétante, aucun de ces intervenants ne sera d’un grand secours pour Hyun Soo et Soo Jin, qui ne peuvent compter que sur le soutien inconditionnel qu’ils se sont promis. Car au-delà de son argument horrifique, Sleep est aussi, contre toute attente, une histoire d’amour émouvante.

L’émotion est d’autant plus grande que Sleep est le tout dernier film de l’acteur Lee Sun Kyun, décédé tragiquement le 27 décembre 2023.

Sleep arrive dans les salles françaises le 21 février 2024. Découvrez notre entretien avec le réalisateur Jason Yu.

Elodie Leroy

Lire aussi
Critique : The Night Owl, un thriller historique clairvoyant avec Ryu Jun Yeol

Vous aimerez aussi