Lee Joon Gi fait froid dans le dos avec un personnage de tueur en série déguisé en mari idéal et en père affectueux.

Nous attendions avec impatience le retour sur les écrans de la star de Moon Lovers: Scarlet Heart Ryeo, annoncé en janvier dernier. Lee Joon Gi n’a pas choisi la facilité avec Flower of Evil, un drama thriller singulier et intelligemment mis en scène, dans lequel les frontières entre normalité et déviance apparaissent volontairement floues. En seulement deux épisodes, l’acteur se montre exceptionnel dans ce rôle qui devrait marquer une nouvelle étape dans sa carrière. Face à lui, Moon Chae Won surprend également avec un personnage d’épouse bernée plus ambigu qu’il n’y paraît. Bienvenue dans le quotidien un peu particulier d’un couple apparemment sans histoires…

Lee Joon Gi et Moon Chae Won dans Flower Of Evil

Portrait de famille

Baek Hee Seong (Lee Joon Gi) est un modeste artisan métallurgiste. Il est l’époux de l’inspectrice de police Cha Ji Won (Moon Chae Won), et le père d’une adorable petite fille de six ans prénommée Eun Ha (Jung Seo Yeon). Tandis que sa femme enquête sur des meurtres possiblement liés à une lointaine affaire de tueur en série, Hee Seong est lui-même rattrapé par son passé trouble. Depuis leur mariage, il dissimule en effet à son épouse sa véritable nature, qui est celle d’un psychopathe.

Flower of Evil a commencé à distiller son charme vénéneux depuis le 29 juillet 2020 sur la chaîne tvN. Cette série de seize épisodes nous entraîne dès ses premières minutes au cœur de la relation mensongère d’un couple a priori parfait. Passé un prologue à la fois énigmatique et poétique, nous sommes projetés dans l’intimité de Hee Seong et Ji Won, puisque l’intrigue s’ouvre sur une scène de baiser sensuelle et prolongée dans la cuisine du couple.

Lee Jun Ki dans Flower of Evil

En l’espace de deux épisodes seulement, le drama plante habilement son décor et son atmosphère particulière. Si Flower of Evil s’inscrit dans le genre du thriller psychologique, la réalisation de Kim Cheol Gyoo (Chicago Typewriter) prend le contrepied des attentes en esquivant la tentation de l’esthétique du film noir et en optant pour un style tout en sobriété, dénué d’effets tape-à-l’œil. Flower of Evil oscille ainsi constamment entre familiarité et étrangeté.

La peinture à la fois chaleureuse et réaliste du foyer est tout d’abord contrebalancée par l’envers du décor de l’atelier de Baek Hee Seong, qui semble abriter ses sombres desseins. Homme serviable et attentionné devant sa famille et l’entourage de celle-ci, Hee Seong réserve son vrai visage à ses ennemis, et notamment à ceux qui s’intéressent d’un peu trop près à sa vie d’avant le mariage. Le portrait du personnage paraît toutefois de plus en plus complexe à mesure que certains détails nous sont révélés à son sujet, par le biais de ses parents ou de ses anciennes connaissances.

Flower of Evil : Moon Chae Won

Un plan spectaculaire de l’épisode 2 résume à lui seul le quotidien de Hee Seong : tandis que le couple rit à gorge déployée avec la petite fille, la caméra descend d’un étage à l’autre pour nous emmener à la cave, où un homme attaché et bâillonné appelle au secours.

Lee Joon Gi en usurpateur d’émotions

Acteur charismatique au jeu très émotionnel, Lee Joon Gi a joué tous types de personnages, du fragile clown Gong Gil (King and The Clown) à l’avocat au sang chaud Bong Sang Pil (Lawless Lawyer), en passant par le héros masqué Iljimae (Iljimae) et le fugitif Jang Tae San (Two Weeks). Pourtant, à travers le rôle de Baek Hee Seong, il parvient à surprendre complètement même le spectateur le plus accoutumé à son jeu d’acteur.

Au lieu de jouer sur les contrastes pour exprimer la dualité de son personnage, Lee Joon Gi livre une interprétation fascinante en termes d’épure et de maîtrise, où chaque battement de cil semble porteur de sens. Il fait ainsi de ce psychopathe ordinaire un être à la fois glaçant et extrêmement insaisissable.

La nature psychopathologique de Baek Hee Seong se traduit notamment par la nécessité de suivre des cours d’expression faciale, afin de jouer les émotions humaines et de s’intégrer au monde normal. Le jeu de Lee Joon Gi s’avère particulièrement impressionnant dans les moments où le tueur doit mettre à profit ses leçons pour réagir au comportement de son épouse.

Le postulat de Flower of Evil, dont le scénario est signé Yoo Jeong Hee (Naked Fireman), fait penser à ces légendes ancestrales dans lesquelles une femme surnaturelle épouse un mortel et lui apporte le bonheur tant qu’il ne découvre pas son secret ou sa vraie forme – c’est la légende de Yuki Onna au Japon, du Serpent Blanc en Chine ou de Mélusine en France.

Scène romantique dans Flower of Evil

Dans Flower of Evil, les rôles sont inversés et la créature devient un psychopathe déguisé en mari parfait. Si l’on appréhende ce couple à travers le prisme du modèle patriarcal, Hee Seong incarne la part féminine du couple, puisqu’il prend en charge le foyer et s’occupe de la petite fille pendant que son épouse travaille à l’extérieur.

Moon Chae Won en policière ambivalente

L’atmosphère originale de Flower of Evil découle également du personnage a priori classique de Cha Ji Won, l’épouse crédule qui partage sans le savoir sa vie avec un monstre. De même que nous observons les faits et gestes de Hee Seong, nous suivons l’enquête menée avec dynamisme par cette femme aussi avenante que compétente.

Néanmoins, l’atmosphère familière de l’enquête policière, au cours de laquelle Ji Won est entourée d’un supérieur râleur et d’un hoobae un peu maladroit, est perturbée par quelques fausses notes. L’attitude de Ji Won surprend notamment lorsqu’elle fait preuve d’un sang-froid remarquable face à une psychopathe agressive. La jeune femme aurait-elle elle aussi quelque chose à cacher ?

Moon Chae Won dans la série Flower of Evil

Moon Chae Won, que nous n’avions pas vue depuis Mama Fairy and the Woodcutter en 2018, change aussi de registre et trouve immédiatement le ton juste dans un rôle qui semble exploiter des facettes inédites de son jeu. Son aisance à passer de la femme insouciante et aimante à la policière déterminée et perspicace laisse déjà entendre que le personnage sera multi-dimensionnel.

Le face-à-face de ces deux acteurs fait indéniablement partie des atouts du drama. On a d’autant plus de plaisir à les voir se donner la réplique qu’ils s’étaient déjà côtoyés en 2017 dans Criminal Minds, la version coréenne d’Esprits Criminels, un ratage dans les grandes largeurs où les personnages étaient dépourvus de développement.

Dans Flower of Evil, Lee Joon Gi et Moon Chae Won semblent avoir entre les mains un scénario solide et s’avèrent aussi fort bien filmés et éclairés. Et, il faut le dire, ils sont superbes tous les deux. La réalisation subtile de Kim Cheol Gyoo sait mettre en valeur leurs visages tout en préservant l’apparence « normale » de ces deux personnages.

Promotion ingénieuse sur les réseaux sociaux

Selon les éléments découverts au cours de ces deux premiers épisodes, l’affaire du passé qui rattrape Baek Hee Seong ne devrait pas être aussi simple qu’il y paraît. Est-il vraiment un tueur en série ? Il faut espérer que le drama déroulera son concept jusqu’au bout et ne prendra pas de virage romantique en cours de route.

On espère également que le drama apportera des éléments d’explication sur la psychologie de Cha Ji Won. Le fait qu’une policière soit victime d’une telle tromperie nous amène forcément à nous interroger sur son passé familial et affectif. La jeune femme subit d’ailleurs une double peine, puisque ses beaux-parents affichent clairement du mépris à son égard. Comment en est-elle arrivée là ?

Enfin, les personnages secondaires devraient si tout va bien venir enrichir l’univers du drama, notamment le personnage du journaliste un peu trop téméraire interprété par Seo Hyun Woo (déjà très bon dans The Lies Within).

Flower of Evil : Lee Joon Gi

La promotion ingénieuse de Flower Of Evil consistait entre autres à diffuser sur les réseaux sociaux le message de détresse anonyme d’une jeune femme qui soupçonnait son mari d’être un assassin. Cha Ji Won ne devrait donc pas tarder à avoir quelques doutes !

Flower Of Evil est diffusé les mercredis et jeudis sur tvN jusqu’à la mi-septembre.

Caroline & Elodie Leroy

Lire aussi | Yoon Si Yoon défie les dimensions parallèles dans Train

Flower of Evil : poster