Park Bo Gum donne la réplique à Park So Dam dans un drama générationnel ambitieux, par la scénariste de Temperature Of Love.

Qu’il est difficile de trouver sa propre voie… et de s’y tenir. Le temps de seize épisodes bien remplis, Record Of Youth nous invite à partager les joies et les peines de jeunes gens qui se confrontent aux aléas de la vie professionnelle et de l’amour, mais aussi à la difficile émancipation du foyer parental. Crédible et touchant dans son portrait de la jeune génération, le drama signé de Ha Myung Hee porte simultanément un regard caustique sur les rouages internes du showbiz coréen, qu’il décortique par le menu. Dommage que l’enthousiasme s’émousse dans la deuxième partie, un peu répétitive et plombée par une romance trop fade. Park Bo Gum et Park So Dam livrent néanmoins de belles performances au centre d’un casting d’ensemble attachant.

Byun Woo Seok, Park So Dam et Park Bo Gum dans Record Of Youth (tvN)

Sa Hye Jun (Park Bo Gum) poursuit une carrière de mannequin avec l’espoir de devenir acteur, comme son ami d’enfance Won Hae Hyo (Byun Woo Seok). Alors que ce dernier commence à décrocher des rôles dans des productions de plus en plus importantes, Hye Jun enchaîne les déconvenues tout en rencontrant peu de soutien au sein de sa propre famille. Sollicité pour participer à un défilé de mode avec Hae Hyo, il sympathise avec An Jung Ha (Park So Dam), une maquilleuse professionnelle qui se trouve être l’une de ses fans. Les deux jeunes gens commencent bientôt à se fréquenter, mais la situation se complique lorsque Hye Jun entrevoit enfin des opportunités de réaliser son rêve.

Record Of Youth pourrait être considéré comme le deuxième volet, après Temperature Of Love, d’une anthologie créée par la scénariste Ha Myung Hee sur le thème des jeunes adultes d’aujourd’hui. Le hasard veut que le drama ait été diffusé sur tvN entre le 7 septembre et le 27 octobre 2020, soit presque trois ans exactement après la romance culte de SBS.

Park So Dam
Park So Dam

Les deux œuvres partagent la même approche globale sur leur sujet, chaque aspect de la vie des personnages contribuant à expliquer leurs choix et leurs réactions. Le talent de la scénariste réside notamment dans sa capacité à nous faire ressentir la complexité des situations vécues par ceux-ci de manière réaliste, sans recourir aux ressorts mélodramatiques chers aux romances coréennes.

Si l’amour était au cœur de Temperature Of Love, les tensions familiales et les désillusions liées à une carrière atypique sont davantage au premier plan dans Record Of Youth. L’ensemble donne ainsi une sensation de continuité, mais non de répétition.

La réalisation tout en sobriété d’Ahn Gil Ho, l’homme derrière les thrillers Stranger et Watcher, mais aussi le fascinant Memories of the Alhambra, s’accorde parfaitement avec ce parti-pris très tranches de vie.

Lee Chang Hoon et Kim Gun Woo
Lee Chang Hoon et Kim Gun Woo

De fait, les personnages principaux de Record Of Youth font face à des situations qui peuvent résonner en chacun de nous. Le harcèlement moral que subit Jung Ha sur son lieu de travail de la part de sa supérieure renvoie ainsi subtilement à sa relation avec sa mère, dont la toxicité nous est suggérée le temps d’une scène ou deux. De son côté, Hye Jun doit cesser de frayer avec des personnes qui manquent de considération à son égard comme son père et son frère.

A ce titre, l’arc narratif consacré aux démêlés personnels de Hye Jun demeure le plus intéressant et le plus authentique de Record Of Youth. Le contentieux qui oppose le jeune homme à son père Sa Young Nam (Park Soo Young) est en effet particulièrement bien développé. Il permet également à Park Bo Gum (Love In The Moonlight) de donner le meilleur de lui-même, et ce dès le deuxième épisode au cours d’une scène de dispute familiale explosive. D’autres scènes de ce type s’ensuivront, très bien écrites et interprétées.

Il faut dire que la situation n’est pas simple. Alors qu’il ne parvient jamais à obtenir une seule parole encourageante de la part de son père, un ouvrier qualifié au tempérament rustre et aux propos blessants, Hye Jun reçoit à l’inverse toute l’affection de son grand-père paternel Sa Min Ki (Han Jin Hee), un homme bon et excentrique, mais qui a toujours eu du mal à prendre ses responsabilités. Pris en étau entre ces deux hommes qui ne s’entendent pas, Hye Jun éprouve des difficultés à se positionner dans la vie, malgré la bonne volonté de sa mère Han Ae Suk (Ha Hee Ra).  

Han Ji Hee, Ha Hee Ra et Park Soo Young
Han Ji Hee, Ha Hee Ra et Park Soo Young

En miroir, nous suivons le parcours de Jung Ha, jeune femme discrète mais volontaire, qui tente de prendre son indépendance afin de monter sa propre agence de maquillage. Quant à Hae Hyo, le plus privilégié du lot, il est loin de se douter qu’il doit son succès aux manigances de sa mère Kim I Yeong (Shin Ae Ra), une femme narcissique qui reste persuadée que le bonheur de ses enfants est inféodé au sien.

Parallèlement à ces développements, le ton de Record Of Youth change lorsque notre aspirant acteur décroche enfin un rôle dans un drama. Alors qu’il n’est qu’un acteur secondaire, Hye Jun devient en effet une star du jour au lendemain grâce à une réplique : « Tu veux sortir avec moi ? » (“사길래요?”). Les plus avertis auront reconnu la célèbre réplique de Yang Se Jong dans le deuxième épisode de Temperature Of Love. La référence est d’autant plus jubilatoire que Park Bo Gum s’adresse alors à l’actrice Seo Hyun Jin, venue faire un caméo par amitié pour la scénariste Ha Myung Hee. Une manière pour cette dernière de revendiquer sa part de crédit dans la révélation au grand public de Yang Se Jong en 2017, sachant qu’à l’instar de ce dernier, Sa Hye Jun collectionnera ensuite les prix d’interprétation les plus prestigieux.

Park So Dam et Park Bo Gum
Park So Dam et Park Bo Gum

La suite s’avère à la fois intéressante dans l’ensemble, et décevante sous certains aspects. Là où Record Of Youth marque des points, c’est dans sa peinture détaillée et sans concession des dessous du show business. On y découvre ainsi les relations tordues qu’entretiennent certains patrons d’agence ou managers avec les journalistes people, et par ricochet la manière dont ces journalistes malveillants font et défont les stars, pour des raisons parfois absurdes.

L’insistance avec laquelle la série s’attarde sur la mécanique inexorable des rumeurs injecte une dimension documentaire précieuse dans le parcours de Hye Jun. Sur ce point, la présence de Park Bo Gum apporte une crédibilité particulière au propos, l’acteur ayant lui-même été victime d’une rumeur malicieuse lors du divorce surprise de Song Joong Ki et Song Hye Kyo à l’été 2019.

Byun Woo Seok et Park Bo Gum
Byun Woo Seok et Park Bo Gum

Record Of Youth se montre cependant moins convaincant dans sa dernière partie, qui manque d’énergie eu égard au tourbillon de folie dans lequel est plongé notre héros. Le drama a tendance à s’étirer en longueur, en dépit d’un dernier épisode assez réussi. On regrette également que le personnage de Jung Ha perde en intérêt et en visibilité dès lors qu’elle s’éloigne de Hye Jun. Park So Dam (Parasite), dont l’interprétation est plutôt juste dans l’ensemble, méritait un peu mieux que cela.

Et la romance, dans tout cela ? Il s’agit étonnamment de la partie la moins réussie de Record Of Youth. S’il se montre convaincant par ailleurs, Park Bo Gum n’est pas un acteur romantique, et cela se ressent dans les échanges avec Park So Dam, notamment lorsque leurs personnages commencent à se fréquenter. Malgré les tentatives du réalisateur pour insuffler un peu de magie, et malgré la très belle chanson Every Second de Baekhyun, ces scènes laissent indifférent.

Ces réserves n’empêchent pas d’apprécier l’excellent travail des acteurs, principaux comme secondaires. Record Of Youth prouve encore s’il en était besoin que les dramas coréens sont un véritable repaire de character actors incroyables. Kim Gun Woo (Less Than Evil) est particulièrement excellent en acteur grossier et mégalo, tandis que Shin Ae Ra (Ugly Alert) est ambivalente à souhait dans le rôle de la mère castratrice de Hae Hyo.

Shin Dong Mi

Du côté de Hye Jun, Park Soo Young (Hyena) est impeccable en irréductible grincheux, Han Jin Hee (Remember) attachant en grand-père moderne, et Lee Jae Won (Mr. Queen) très drôle en frère jaloux. L’actrice Shin Dong Mi (The Good Detective) apporte aussi beaucoup de peps au rôle de la fidèle manager de Hye Jun. Enfin, l’acteur montant Byun Woo Seok (Search WWW) est une bonne surprise dans le rôle de Hae Hyo.

En plus de celui de Seo Hyun Jin, le drama comporte par ailleurs des caméos sympathiques de la part de Lee Sung Kyung (Dr Romantic 2), Park Seo Joon (Itaewon Class), Hyeri (Reply 1988), ou encore Kim Hye Yoon (Extraordinary You). Il est à noter que le caméo de Park Seo Joon répond à celui de Park Bo Gum dans Itaewon Class, tourné vers la même période.

Avec ses bons ratings – environ 7,6% de parts d’audience –, Record Of Youth a représenté un départ en beauté pour Park Bo Gum, qui n’avait pas tourné de drama depuis Encounter en 2018, et qui devrait rentrer de son service militaire durant le premier trimestre 2022.

Caroline Leroy

Lire aussi  | Critique : Sisyphus: The Myth, drama SF à grand spectacle