CRITIQUE. ‘Lovely Horribly’, avec Park Shi Hoo et Song Ji Hyo

0

Park Shi Hoo et Song Ji Hyo nous promettaient de l’amour et de l’horreur avec leur drama Lovely Horribly, comédie romantique pimentée de surnaturel, dont les seize épisodes étaient récemment diffusés sur KBS2. Avec la meilleure volonté du monde, difficile toutefois de passer outre les trop nombreux défauts de ce drama sans imagination : entre scénario fourre-tout, personnages mal écrits et acteurs fantomatiques, Lovely Horribly est un beau rendez-vous manqué.

You Philip (Park Si Hoo) et Oh Eul Soon (Song Ji Hyo) sont nés le même jour, à la même heure. Suite à un rituel shamanique exécuté par la mère de Philip durant leur enfance, leurs destins suivent cependant des trajectoires inverses. Philip est une superstar, tandis que Eul Soon rame pour se faire connaître en tant que scénariste. Ils se rencontrent quand Philip accepte de tourner dans le drama d’épouvante imaginé par Eul Soon, que dirige un jeune réalisateur du nom de Lee Sung Joong (Lee Gikwang). C’est alors que des faits surnaturels commencent à se produire…

Prenant la suite de Are You Human?, le drama Lovely Horribly était proposé par la chaîne KBS2 tous les lundis et mardis soirs, du 13 août au 2 octobre 2018. Le drama est écrit par Park Min Joo, et réalisé par Kang Min Kyung, avec l’aide de Ji Byung Hyun, réalisateur de Big et Delightful Girl Choonyang.

La première question qui vient à l’esprit à l’issue de Lovely Horribly est « Pourquoi ? ». Pourquoi ce drama ? La rencontre prédestinée d’une fille malchanceuse et d’un type à qui tout réussit, c’est le pitch de trois quarts des dramas romantiques coréens. Y ajouter une histoire de fantômes et de prophétie (la chance de l’un dépend de la malchance de l’autre) ne rend pas la chose plus originale, si c’est pour coller encore à tous les clichés du genre.

Les premiers épisodes de Lovely Horribly fournissent pourtant matière à sourire. Entre la scénariste possédée par un fantôme qui écrit sans le savoir une histoire vraie, l’acteur couard qui ne comprend rien à ce qui lui arrive, et le réalisateur qui voit les morts, le mélange de comédie et de fantastique fonctionne. Nous avons même droit en bonus à un caméo rigolo de Haha dans le rôle d’un ex de Song Ji Hyo – les deux sont collègues depuis huit ans dans le variety show Running Man.

Malheureusement, Lovely Horribly ne raconte rien. La sauce qui semblait bien prendre, tourne vite au vinaigre. Le drama ne sait pas où donner de la tête, entre mystère policier, histoire de fantôme vengeur, romance à l’eau de rose et satire du milieu télévisuel – Eul Soon est une « ghost writer » pour une scénariste star incapable d’écrire une ligne, et jouée par Choi Yeo Jin.

Plus grave, le développement des personnages est complètement irréaliste. Eul Soon est masochiste et se fait régulièrement humilier, mais elle n’est pas sympathique pour autant. Philip la traite comme une moins que rien pendant un bon tiers du drama, puis se met soudain à jouer les jolis cœurs auprès d’elle, sans que rien n’explique raisonnablement ce revirement. De toute façon, comment imaginer un seul instant qu’un acteur star et un jeune réalisateur montant se battent pour gagner les faveurs d’une femme négligée et insignifiante comme Eul Soon ?

A ce propos, il faut que Song Ji Hyo abandonne définitivement ces rôles de pauvre fille qui la poursuivent depuis Emergency Couple. Tout au long de Lovely Horribly, elle se traîne comme une âme en peine, la parole hésitante et le visage à moitié caché par une tignasse affreuse. On la préfère dans des dramas plus adultes, tels que My Wife Is Having An Affair This Week.

Park Shi Hoo (My Golden Life, The Princess’ Man) écope d’un rôle plus flatteur – il est la star – mais il ne fait guère d’étincelles non plus. Passés les premiers épisodes où il est assez drôle, il se contente d’une interprétation superficielle et se montre fade dans les scènes d’émotion.

Et puis, on soupire de voir des acteurs entre trente-cinq et quarante ans se faire des petits bécots ridicules en guise de scène de baiser (épisode 9). D’autant que ce n’est pas leur deuxième baiser, dans l’ascenseur, qui risque de rattraper le coup, tant la scène est grotesque. Le pompon est tout de même que les deux personnages ont été élevés par la même « mère » (Jang Young Nam dans son pire rôle), même si ce n’est pas au même moment !

Comme si ça ne suffisait pas, nous avons des fantômes qui se font la morale entre eux, une actrice peste qui s’en prend à toutes les femmes qui s’approchent de You Philip (Ham Eun Jung, mauvaise), un ancien ami de celui-ci lui aussi rendu fou par la jalousie, des twists de scénario sans queue ni tête, et j’en passe.

Au milieu de ce marasme, seul Lee Gikwang (Circle) est convaincant et nous apporte un petit rayon de soleil, bien que son personnage se retrouve trop souvent mis sur la touche. Citons aussi Jang Hyuk Jin (Romantic Doctor, Teacher Kim), que l’on a toujours plaisir à croiser pour son talent comique, même dans un petit rôle.

Les scores d’audience de Lovely Horribly, qui n’ont jamais été très élevés (aux alentours de 3-4% de PDM), n’ont cessé de dégringoler à partir de l’épisode 10, faisant à peine mieux que Risky Romance sur MBC, tandis que Still 17 dépassait régulièrement les 10% sur la même période.

Finissons par une anecdote, à la décharge du casting de Lovely Horribly. Le réalisateur Kang Min Kyung s’est retrouvé au centre d’une controverse médiatique au début du tournage, après avoir insulté un acteur/actrice en lui demandant pourquoi il/elle faisait une tête digne « d’un proche d’une victime du ferry Sewol ».

A la suite de cela, Kang Min Kyung ne s’est pas rendu à la conférence de presse du drama, préférant utiliser les acteurs (Park Shi Hoo, Song Ji Hyo, Lee Gikwang, Ham Eun Jung et Choi Yeo Jin) comme boucliers pour ne pas avoir à s’excuser directement. Fait rarissime, c’est donc un chief producer de KBS, Bae Kyung Soo, qui est venu répondre aux questions des journalistes en lieu et place du réalisateur (source : msn news, 10 août 2018) ! Autant dire que l’atmosphère n’a pas dû être toujours au beau fixe sur le plateau de Lovely Horribly.

Caroline Leroy

> A lire : CRITIQUE. ‘The Ghost Detective’, avec Daniel Choi et Park Eun Bin

  

Share.