SUGA: Road to D-Day : portrait sans filtre d’un artiste en quête d’inspiration

par Elodie Leroy

SUGA: Road to D-Day s’attarde sur le processus créatif de l’album D-Day. Filmé sur deux ans entre l’Asie et les Etats-Unis, ce documentaire musical n’élude pas les difficultés de création et dresse un portrait sans fard de l’artiste. Disponible sur Disney+, l’objet est passé inaperçu dans les médias, alors qu’il mérite le coup d’œil.

On ne présente plus BTS, le groupe de K-pop qui fait danser la planète entière – et pas seulement les jeunes ! – avec un son immédiatement reconnaissable, et qui a su bâtir un univers artistique inspirant au fil de ses albums. Après J-hope In the Box, qui s’attardait sur la création du premier album solo de J-hope, Disney+ remet le couvert avec SUGA: Road to D-Day, un documentaire consacré à Suga, un autre des trois rappeurs de BTS. De Las Vegas à Séoul, en passant par Tokyo, ce long métrage de 81 minutes sorti le 21 avril 2023 nous emmène dans les coulisses de la création de D-Day, son nouvel album.

Suga, de son vrai nom Min Yoon Gi, est sans doute la personnalité la plus intrigante de BTS. Rappeur brillant, capable de débiter ses textes à toute allure avec une liberté de ton jubilatoire, il se tient souvent un peu en retrait dans les interviews du groupe. En tout cas, ce n’est pas lui qui se met le plus en avant. Il n’a pas l’aisance d’un RM pour s’exprimer en public ni la capacité d’un Jimin à émouvoir ses fans avec un simple pas de danse. On devine en revanche chez lui un univers intérieur riche et personnel, mais aussi une pensée élaborée et une capacité à décrypter le monde qui l’entoure, comme en témoignent les textes percutants de tous ses solos.

Image du clip de Haegeum / © 2023 BIGHIT MUSIC & HYBE

L’album D-Day est signé Agust D, un pseudonyme construit en inversant le surnom DT Suga – DT signifie Daegu Town et fait référence à la ville où il a grandi. L’artiste utilisait déjà ce second pseudonyme dans ses mixtapes Agust D (2016) et D-2 (2020). Le titre phare de D-Day, intitulé Haegeum, a pris la tête des charts dès sa sortie en avril dernier. Comme le clip de Daechwita il y a trois ans, celui de Haegeum, qui est un vrai petit bijou cinématographique, met en scène le mystérieux Agust D face à un double qui finit par l’abattre (à moins que ce ne soit l’inverse). En quatre semaines, le MV de Haegeum a déjà attiré 35 millions de spectateurs sur Youtube.

Le documentaire SUGA: Road to D-Day retrace les coulisses de la création de D-Day et se présente comme une série d’interviews du chanteur sur fond de road movie entre l’Asie et les Etats-Unis. Le récit est entrecoupé de séquences musicales, dont les paroles ont été sous-titrées par Disney+ pour permettre au spectateur de profiter pleinement du rap incisif de Suga, qui commente notre époque de manière parfois irrévérencieuse.

Road movie entre l’Asie et les Etats-unis

Si le tournage du film s’est déroulé entre 2020 et 2022, le réalisateur Park Jun Soo choisit de briser la chronologie de ses échanges avec Suga pour retracer son processus créatif. Cette démarche narrative est intelligente en ce qu’elle permet de mettre en miroir les contenus des différents entretiens et ainsi de saisir, au-delà des mots, le cheminement émotionnel de Suga pendant la composition de l’album.

© 2023 BIGHIT MUSIC & HYBE

Compte tenu du succès planétaire de BTS, on pouvait s’attendre à découvrir un artiste sûr de lui, dont chaque intervention transpire la passion. Or le ton du documentaire nous prend un peu par surprise.

Comme tous les artistes qui intériorisent beaucoup, Suga est exposé à un mal difficile à surmonter : la panne d’inspiration. C’est en proie à ce sentiment lancinant qu’il nous est introduit. La première phrase du documentaire, qu’il prononce le corps voûté, annonce la couleur : « Ce qui me préoccupe en ce moment, c’est qu’il n’y a rien dont je veuille parler. » Un peu plus tard, il renchérit : « Je n’ai plus d’histoires à raconter, mais je dois en raconter une. »

Nous découvrons aussi un Suga angoissé par les échéances et incapable de se reposer, de prendre du temps pour lui. « Je m’ennuie quand je ne travaille pas. J’ai essayé de prendre un ou deux mois de repos, mais je m’ennuyais et j’ai quand même repris le travail » Cette course en avant, qui vire à l’obsession, a sans doute son rôle à jouer dans sa panne d’inspiration. L’inspiration artistique est capricieuse et ne vient pas sur commande.

© 2023 BIGHIT MUSIC & HYBE

Suga semble peu à peu le réaliser lorsqu’il entame un voyage qui le mène au fin fond du désert californien, dans l’immensité des paysages découpés : « Comment est-ce que cela peut être aussi droit ? », s’épate-t-il devant la topographie des lieux, réalisant qu’il s’amuse bien en quittant l’espace sombre et encombré de son studio pour voir le monde, ouvrir ses perspectives.

Rencontres artistiques

Au cours du film, l’artiste part également à la rencontre de collaborateurs et amis qui lui sont chers. Nous avons ainsi un aperçu de la maison du DJ californien Steve Aoki, qui ressemble à un monde d’enfant et de fanboy de BTS ; nous assistons à l’accueil chaleureux par la chanteuse Halsey et nous découvrons la personnalité vivifiante du producteur et rappeur Anderson Paak. Les interludes musicaux permettent aussi de découvrir ses collaborations avec IU (le titre People Pt. 2) et Woosung de The Rose (le titre Snooze). SUGA: Road to D-Day s’attarde enfin sur les synergies entre Suga et les auteurs/compositeurs qui l’aident dans son travail.

Avant son retour à Séoul, le chanteur fait une escale à Tokyo. Nous sommes en septembre 2022 et le rappeur doit rencontrer un grand artiste qui l’inspire depuis son enfance, et qui n’est autre que Ryuichi Sakamoto, le compositeur des bandes originales des films Furyo, Le Dernier Empereur ou encore The Revenant. Suga raconte son premier contact avec l’œuvre du maître : « C’était un petit cinéma à Daegu. Le Dernier Empereur était le seul film qu’ils passaient. C’est inhabituel, non ? Il n’y avait que 50 places. J’y suis allé quand j’étais petit. Et le film est imprégné de la musique de M. Sakamoto. J’ai donc été époustouflé par ce film au cinéma. »

© 2023 BIGHIT MUSIC & HYBE

Cette rencontre est d’autant plus émouvante que le compositeur japonais décédera six mois plus tard, le 28 mars 2023, emporté par le cancer. Cet échange avec Ryuichi Sakamoto, qui est alors âgé de 70 ans, semble jouer un rôle salvateur pour Suga, qui absorbe les conseils bienveillants de son aîné avec humilité et exprime son admiration avec sincérité. En voyant cette séquence, on réalise que ce contact avec les générations d’artistes plus âgés est peut-être ce qui manque le plus aux idoles de K-pop, une fois qu’elles sont prises dans le tourbillon du succès et de la médiatisation à outrance.

Lucidité et authenticité artistique

Si le documentaire ne dévoile pas l’enregistrement de l’album D-Day à proprement parler, tout ce chemin parcouru aux côtés de Suga permet de le découvrir sous un jour naturel, sans fard, débarrassé de son aura lisse et lumineuse d’idole. L’artiste se confie avec honnêteté et pudeur sur ses craintes, son angoisse d’entrer dans la trentaine, avec un point de vue philosophe sur la vie et sur les autres.

Lucide sur sa notoriété et ce qu’elle pourrait avoir d’éphémère, Suga fait également preuve de recul sur la manière dont celle-ci pourrait être instrumentalisée : « En 2018, on m’a dit que j’avais été choisi pour représenter cette génération. Je n’y avais jamais pensé. Je ne me suis pas dit, « Hé, je suis asiatique, donc je vais aller en Amérique et dominer tous les classements pour tous les Asiatiques. » » Ce recul ne l’empêche nullement d’accueillir avec sympathie les compliments des Américains d’origine coréenne, qui le remercient d’honorer leur pays d’origine.

Il est également très plaisant, à l’heure où bon nombre d’artistes « collaborent » à distance en enregistrant leurs parties chacun de leur côté dans leur studio, de voir ce rappeur issu d’un groupe de K-pop aussi influent prendre le volant de sa voiture pour partir à la rencontre des autres et ainsi retrouver son inspiration. Espérons que Suga gardera longtemps cette authenticité artistique.

Elodie Leroy

Lire aussi | Nxde, The Astronaut, Maniac… Top 31 des chansons de K-pop de 2022

Lire aussi | Halsey et Suga se retrouvent pour un joli interlude musical

Lire aussi | Eight de IU feat. Suga : interprétation du clip vidéo

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire