Voir un film à Séoul : mon expérience au Daehan Cinema

par Elodie Leroy

Aller voir un film en Corée est une expérience à faire entre deux visites touristiques ou virées shopping. Guide pratique d’une séance ciné au cœur de Chungmuro.

Que faire un jour de pluie à Séoul ? Vous pouvez rester terré dans votre chambre d’hôtel, mais ce n’est pas très fun. Pourquoi ne pas aller faire un tour au cinéma ? La ville de Séoul est largement équipée en multiplexes. Cette année, je me suis rendue dans un célèbre cinéma de Chungmuro, un quartier dont l’essort est étroitement connecté au septième art. J’ai jeté mon dévolu sur un film américain, Le Labyrinthe, dont un détail a rendu l’expérience au milieu du public coréen plutôt amusante.

Article mis à jour le 29 juillet 2021.

Le Daehan Cinema

En route pour le Daehan cinema

Si le cinéma coréen a gagné une renommée internationale depuis le début des années 2000, les grandes villes comme Séoul proposent également un grand nombre de multiplexes. Ces derniers, qui évoquent beaucoup nos UGC, Gaumont ou Pathé nationaux, présentent un large choix de films locaux et de productions hollywoodiennes. Les films étrangers sont généralement proposés en version originale sous-titrée, mais il arrive également qu’ils soient doublés en coréen.

Les principaux géants de l’exploitation cinéma sont CJ CGV, Megabox et Lotte Cinema, qui se trouvent généralement à l’intérieur des centres commerciaux et dont les programmes changent le jeudi. Pour l’anecdote, une salle Lotte se trouve au sommet de la tour Lotte Young Plaza, dans le quartier animé de Myeong-dong. Si vous rendez dans les toilettes du multiplexe, vous aurez le plaisir de profiter des bandes annonces sur un petit écran à l’intérieur même de votre cabine !

Combien de films avez-vous vu dans ce panorama ?

Pour ma séance de cette année, j’ai choisi le Daehan Cinema, qui se trouve à la station de métro Chungmuro – le cinéma est d’ailleurs accessible de l’intérieur même de la station. La raison est simple : cet arrêt stratégique est proche de l’hôtel où je me rends habituellement.

Ouvert en 1955 et rénové en 2001, le Daehan Cinema est le tout premier cinéma à Séoul. Il date de l’époque où le quartier de Chungmuro était la plaque tournante de l’industrie coréenne du film. Aujourd’hui, il dispose de 8 salles de projection et offre une expérience de haute volée en matière d’image et de son.

A propos de la station de Chungmuro, je vous conseille d’aller vous balader dans les couloirs et de regarder les murs. On trouve à certains endroits des expositions sympathiques autour du cinéma, avec des explications sur l’histoire du quartier, un panneau regroupant des dizaines d’affiches de films (ci-dessus) et des caricatures de personnages connus de films et de dramas (ci-dessous).

Caricatures de personnages des films « Old Boy », « Le Bon, la Brute et le Cinglé », etc., mais aussi des dramas « Signal » ou encore « Dr Romantic » / photo prise en 2018

Un public respectueux du film

Pour l’achat des billets, plusieurs solutions s’offrent à vous, tout comme en France. L’achat en ligne est cependant difficile pour les étrangers, puisqu’il faut généralement disposer d’un abonnement téléphonique en Corée pour accéder à ce service. Le plus simple est encore de vous rendre dans le cinéma, où vous pourrez acheter le billet en machine ou au guichet.

La différence majeure avec la France est que les places sont numérotées. Ainsi, lors de l’achat de votre place, il vous faudra choisir la rangée et le numéro de la place parmi les emplacements disponibles. N’ayez crainte, si quelqu’un s’avère avoir pris votre place lorsque vous arriverez dans la salle, il vous suffira de lui montrer poliment votre ticket pour le faire partir. Nul besoin de s’énerver pour obtenir gain de cause, ce n’est pas la France !

Photo prise en 2012, avec le film français « Cloclo » à l’affiche !

L’autre différence avec la France est l’attitude des spectateurs pendant le film. Exit les gloussements et les échanges à haute voix pendant la séance. En Corée, les spectateurs sont nettement plus respectueux du film projeté qu’en France !

Minho et le public séoulite

Comme je vous le disais, je me suis rendue cette année au Daehan Cinema, où était entre autres projeté Le Labyrinthe, ou The Maze Runner. Pour résumer, j’ai choisi parmi l’offre disponible ce jour-là, à cette heure. L’expérience fut d’ailleurs tout à fait plaisante. Le Labyrinthe est un divertissement de bonne facture, située quelque part entre Sa Majesté des Mouches et Hunger Games, et interprété par une brochette de jeunes acteurs talentueux. De nos jours, cela fait beaucoup de qualités pour un film d’action américain…

Si vous avez vu le film, vous aurez remarquez que le garçon asiatique qui sympathise avec le héros se prénomme… Minho ! Au bruit de ce nom, le public a immédiatement réagi dans la salle et ce fut assez comique. C’est bien simple, chaque fois que ce nom était prononcé, les filles présentes dans la salle avaient immédiatement le sourire et le faisait savoir, riant très brièvement (rappelons que le public reste respectueux du film), mais d’un air complice.

Lee Ki-Hong (Minho)

Le fameux Minho (Lee Ki Hong)

Ce nom a-t-il été choisi opportunément à cause du succès mondial de l’acteur Lee Min Ho (The Heirs), véritable star emblématique de la Hallyu ? Pas sûr que James Dashner, l’auteur des romans dont s’inspire Le Labyrinthe, en ait entendu parler en 2009. Mais cela n’en fut pas moins, d’après les bribes de phrases que j’ai saisies, la supposition de mes trois voisines coréennes, hilares à la fin du film.

Pour ma part, ce nom m’évoque surtout le beau Choi Minho du groupe SHINee… En tout cas, l’interprète de ce Minho n’a pas fait exprès d’avoir un nom, Lee Ki Hong, qui se trouve être l’anagramme de celui d’une star de la K-pop, Lee Hong Ki (du groupe FTIsland) ! Désolée, il fallait que je le dise.

Elodie Leroy

Lire aussi | Météo des idoles : les stars s’affichent dans les rues de Séoul