The Housemaid : Im Sang Soo revisite un classique du cinéma coréen

Date :

The Housemaid était présenté en sélection officielle au Festival de Cannes 2010. Malgré l’interprétation de Jeon Do Yeon, le film ne nous a pas convaincues…

Révélé par le film A Good Lawyer’s Wife (ou Une Femme coréenne de son titre français), Im Sang Soo avait réalisé un sans-faute jusqu’à The President’s Last Bang et Le Vieux Jardin. Le cinéaste, qui fait partie des chouchous du Festival de Cannes, nous déçoit quelque peu avec ce remake d’un chef-d’œuvre du cinéma coréen.

Inspiré du filme La Servante de Kim Ki-Young, The Housemaid raconte la descente aux Enfers d’une gouvernante naïve embauchée dans une famille aussi dysfonctionnelle que puissante.

Jeon Do-Yeon (The Housemaid)

La première demi-heure de The Housemaid séduit véritablement par son mélange d’humour et de tension érotique. Rien que la première scène de sexe entre la servante (Jeon Do-Yeon) et le maître (Lee Jeong-Jae) est hilarante. Le film est également très chiadé visuellement grâce à une direction de la photographie jouant joliment sur les contrastes.

The Housemaid s’égare dans une succession de rebondissements choquants amenés sans aucune finesse. L’idée du huis-clos développant un rapport malsain entre les femmes du film était séduisante, mais Im Sang-Soo échoue à en tirer un véritable propos et à trouver le ton juste.

Lee Jung Jae

S’agissant des rapports de classes, nous sommes à des années lumières du chef d’œuvre de Kim Ki Young, dans lequel le personnage de la servante finissait par terroriser ses employeurs. Im Sang Soo choisit d’inverser les rapports de force pour en faire une simple victime de l’oppression sociale, délivrant ainsi un propos simpliste et sans nuance.

The Housemaid ne tarde pas à sombrer dans la caricature grotesque, et ce, malgré l’investissement manifeste de l’actrice Jeon Do Yeon (Secret Sunshine), dont interprétation à fleur de peau sauve parfois le film le temps de quelques scènes. Sa relation tordue avec l’autre servante, interprétée par l’excellente Yoon Yeo Jung (The King 2 Hearts, HaHaHa), demeure l’un des atouts du film et aurait mérité un développement plus approfondi.

Le film est bien entendu disponible en DVD dans nos contrées. On lui préférera largement La Servante de Kim Ki Young, que vous pouvez également trouver dans les bacs français.

Elodie Leroy

Lire aussi | Critique : The Good Wife, avec Jeon Do Yeon

The Housemaid : poster

En ce moment

Robin Deiana, Lee Lu Da, Kim Jin Sung à Canneseries

Interview : Lee Lu Da, Kim Jin Sung et Robin Deiana...

Rencontre avec les acteurs Lee Lu Da, Kim Jin Sung et Robin Deina au festival Canneseries 2024 pour discuter de Rinza Noodle House.

Actualité

Critiques

Related articles

Critique : The Restless, fantasy sageuk raté avec Jung Woo Sung et Kim Tae Hee

Pour son premier film, Cho Dong Oh voit grand en s'essayant à un genre quasiment absent du cinéma...

Le film Deliver Us From Evil bientôt diffusé en France

Carton au box-office sud-coréen, le thriller d'action Deliver Us From Evil avec Hwang Jung Min et Lee Jung Jae sera bientôt diffusé en France.

Bad Guy, L’Arc… Deux films sulfureux de Kim Ki Duk

Ces deux films de Kim Ki Duk ont fait scandale en Corée lors de leur sortie en salle. Découvrez Bad Guy et L'Arc et entrez dans l'univers dérangeant du réalisateur, à vos risques et périls.

Critique : Guns and Talks, quand les tueurs deviennent sentimentaux

Cette comédie d'action avec Shin Ha Gyun et Won Bin met en scène une brochette d'acteurs qui ont fait beaucoup de chemin depuis.