Les concerts de K-pop fleurissent dans le monde entier et ce n’est pas près de s’arrêter. Explications en chiffres avec la première tournée mondiale du groupe Bigbang.

Le groupe Bigbang vient tout juste de donner, le 27 janvier 2013, le clap de fin de sa première tournée mondiale, intitulée Alive Galaxy Tour. Alors que les yeux de la presse française sont rivés sur Gangnam Style, le groupe de G-Dragon a attiré près de 800 000 fans aux quatre coins de la planète, de l’Asie à l’Amérique en passant par l’Europe. Si l’expansion de la K-Pop à travers le monde n’est plus à démontrer, l’organisation de tournées mondiales représente le nouveau défi à relever par les professionnels de l’industrie musicale sud-coréenne, bien décidées à s’installer sur le marché occidental.

G-Dragon et Seungri à Londres

La K-pop à la conquête du monde

2012 était « l’année où la K-Pop est arrivée », soulignait le mois dernier le New York Times dans son classement des meilleurs concerts pop de l’année, avant d’ajouter : « pas sous la forme de Gangnam Style, qui était à la fois partout et complètement évanescent, mais dans les salles de concert, emplies par des milliers de jeunes venus satisfaire leur avidité de voir les filles de 2NE1 et les garçons de BIGBANG » (New York Times, 27 décembre 2012).

Jusqu’ici, les événements comme la tournée mondiale de BIGBANG demeuraient ponctuels, en Europe comme Outre-Atlantique, et ce, même si la K-Pop est mieux implantée sur le continent américain, notamment en Amérique Latine où les artistes coréens bénéficient pour certains d’une aura plus forte que les artistes locaux.

En France, on se souvient que le label SM Entertainment avait fait le premier pas en juin 2011 à l’occasion de l’événement SMTown Live World Tour : à deux reprises, des artistes tels que TVXQ, Super Junior, SHINee, f(x) ou encore SNSD ont donné plus de 3h de show au Zénith. Quelques mois plus tard, les Super Junior revenaient dans notre capitale pour un concert tout aussi généreux. Pionnier sur le continent américain, le trio JYJ faisait quant à lui fin 2011 deux escales remarquées à Barcelone puis à Berlin.

Bigbang en concert 2012

En 2012, les choses s’accélèrent, en Europe comme aux Etats-Unis : entre le passage de huit groupes au Music Bank à Paris-Bercy (2PM, SHINee, SNSD…), le SBS Super K-Pop concert en Californie, la tournée américaine de 2NE1, la tournée mondiale de Xia Junsu (JYJ), le concert du groupe de rock CNBlue en Angleterre…

Chaque année, en dépit de la quasi-absence de distribution des albums chez les grands distributeurs de produits culturels (tels que la Fnac ou Virgin pour la France), la fièvre K-Pop gagne un peu plus de terrain en Occident. Pourtant, à l’exception des prestations collectives telles que le Music Bank, la plupart de ces artistes se produisaient jusqu’à présent dans des petites salles – généralement entre 3000 et 6000 places.

L’appel des fans de Bigbang entendu par YG

S’il était un groupe qui avait toutes les chances de réussite de son côté, c’était bien BIGBANG. Lancé en 2006 par YG Entertainment et composé de cinq garçons dotés d’une pêche d’enfer, ce groupe est invariablement cité parmi les préférés des Européens et des Américains amateurs de K-Pop.

Le chanteur Taeyang

Pour la première tournée mondiale de BIGBANG, le label YG Entertainment affiche des ambitions supérieures aux précédentes incursions de K-Pop en Occident, sans pour autant pécher par excès de confiance. Les dates tombent au compte-gouttes et le groupe prévoit de se produire dans des salles avoisinant les 15 000 places, quitte à rajouter des dates au fur et à mesure. Nous sommes loin des proportions des concerts japonais (100 000 tickets vendus à Osaka), mais il est clair que les multiples appels lancés par les fans sur le web par le biais de flash-mobs ont été entendus.

En Europe, BIGBANG s’arrête donc à Londres le temps de deux concerts, les 14 et 15 décembre 2012. L’annonce de la première date fait l’effet d’une bombe : une véritable panique s’empare des fans, inquiets de rater le passage de leurs stars. Les sites et blogs spécialisés en parlent tous les jours, des pages Facebook se créent spécialement pour l’occasion à des fins d’entraide pour l’achat des places… Un achat qui s’annonce difficile : dans chacun des 12 pays où BIGBANG fait une escale tout au long de sa tournée, les billets fondent en quelques minutes.

Bigbang au Wembley Arena

800 000 places vendues dans le monde

A l’occasion de cette première tournée mondiale, qui s’est achevée les 25, 26 et 27 janvier à l’Olympic Gymnastics Arena de Séoul, BIGBANG a donné deux concerts en Europe et s’est produit aux Etats-Unis et en Amérique Latine.

Bilan du Alive Galaxy Tour ? Selon les chiffres publiés sur Wikipedia, BIGBANG a vendu pas moins de 798 000 tickets dans le monde entier, dont 82 000 en dehors de l’Asie et 48 000 aux Etats-Unis.

Ce n’est que le début. Le New York Times a raison de distinguer ce succès-là de celui de Gangnam Style. Si le clip de PSY est un effet de mode répandu par un effet viral, le véritable succès d’un genre musical se mesure dans les salles de concert. Il est rare de voir une ferveur aussi intense que celle qui a fait vibrer le Wembley Arena les 14 et 15 décembre dernier.

G-Dragon au Wembley Arena

En 2012, G-Dragon faisait également parler de lui avec la sortie de son second album solo, One of a Kind – en Corée du Sud, jouer dans un groupe n’empêche nullement chacun de ses membres de mener une carrière solo en parallèle. Justement, YG Entertainment vient d’annoncer la première tournée mondiale en solo de G-Dragon, qui débutera fin mars 2013.

Elodie Leroy

Lire aussi | The Great Horror K-pop Show : la playlist qui fait peur