Revenant Ep. 1-2 : Kim Tae Ri revient dans un drama surnaturel angoissant

par Elodie Leroy

Kim Tae Ri et Oh Jung Se enquêtent sur un démon et résolvent des affaires paranormales dans ce thriller occulte inquiétant écrit par la scénariste de Kingdom. Découvrez notre avis sur les 2 premiers épisodes de Revenant, un k-drama bientôt disponible sur Disney+.

Etudiante, Goo San Young (Kim Tae Ri) vit avec sa mère et enchaîne les petits boulots pour payer les factures. Un jour, elle apprend que son père, qu’elle croyait mort depuis son enfance, vient en réalité de se suicider. Lorsqu’elle se rend dans la maison familiale, sa grand-mère lui remet un objet ancien transmis par le défunt. Dès lors, les cadavres se multiplient autour de San Young. Elle rencontre Yeom Hye Sang (Oh Jung Se), un professeur spécialisé dans le folklore, qui lui révèle qu’elle est possédée par un esprit démoniaque.

Diffusé sur SBS depuis le 23 juin 2023, Revenant a démarré en trombe avec des ratings atteignant 10 % dès le deuxième épisode. Il faut dire que SBS a mis les petits plats dans les grands avec ce thriller immersif et haut de gamme, qui offre dès le démarrage son lot de moments qui font monter le trouillomètre.

Photo Kim Tae Ri (Revenant, SBS)
Kim Tae Ri / Credits : SBS

Une fois n’est pas coutume, un drama de genre n’est pas adapté d’un webtoon mais s’appuie sur un scénario original, et cela mérite d’être souligné. A la plume, nous retrouvons la scénariste Kim Eun Hee, véritable star dans son métier et à qui nous devons entre autres le drama fantastique Signal (tvN, 2016), mais aussi le thriller de zombies Kingdom (Netflix, 2019). La réalisation est quant à elle conduite par Kim Jae Hong (Pacific Rim: The Black) et Lee Jung Rim (V.I.P.).

Les k-dramas de possession ne sont pas légion, mais l’on compte déjà quelques pépites du genre, comme nous l’expliquions dans notre dossier sur ce thème. Le plus grande réussite demeure The Guest (OCN), qui adoptait le style du polar et développait des thèmes sociaux, renouvelant un genre sclérosé dans le cinéma américain. Avec son héroïne ordinaire vivant dans la précarité, le drama Revenant s’inscrit dans la même veine, à ceci près qu’il modifie un code majeur du genre : ici, la personne possédée n’est plus une victime passive à sauver, mais devient le personnage principal et joue un rôle actif dans la conduite du récit.

Photo Oh Jung Se (Revenant, SBS)
Oh Jung Se / Credits : SBS

A partir du moment où le démon s’accroche à elle, San Young se trouve dans une situation paradoxale. D’un côté, elle a des absences inquiétantes et fait l’expérience de visions effrayantes, et de l’autre, sa condition de possédée lui octroie une sorte de superpouvoir, celui de voir les revenants dans les miroirs et ainsi d’aller au-delà des apparences. S’entame alors une collaboration improvisée avec Yeom Hye Sang, un professeur lui aussi doté d’un mystérieux pouvoir, pour percer le secret de l’esprit démoniaque et au passage de résoudre quelques affaires paranormales.

Comme souvent dans les séries coréennes, la famille s’annonce comme l’un des thèmes phares de l’histoire, que ce soit celle de San Young, dont l’équilibre est brisé par la disparition du père et le mensonge de la mère, celle de Hye Sang, dont la mère a disparu dans des conditions mystérieuses, ou encore des victimes qu’ils croisent sur leur chemin, comme ce lycéen fantôme dont la famille cache un secret terrifiant.

Soutenue par un travail minutieux sur les clairs/obscurs et une direction artistique chiadée, la réalisation cultive une ambiance fantastique dérangeante sans jamais recourir aux effets de sursaut si chers aux films d’horreurs hollywoodiens. Le spectateur est immergé dans les visions effrayantes de San Young à la faveur de plans à 360 degrés permettant d’appréhender son environnement de l’intérieur – l’apparition du fantôme à la fin de l’épisode 1 est un superbe moment horrifique.

Credits : SBS

Après avoir conquis le public avec son sourire lumineux dans Twenty-Five Twenty-One, Kim Tae Ri fait un choix surprenant en s’essayant au genre de l’épouvante avec un rôle tourmenté qu’elle interprète avec la même énergie que les précédents. Elle forme un duo intéressant avec Oh Jung Se (It’s Okay to Not Be Okay), acteur caméléon que l’on sait capable de performances de haute volée. Il campe ici un homme austère dont l’histoire comporte encore des zones d’ombre.

Les rôles secondaires sont en de bonnes mains, en particulier le duo de policiers formé par Hong Kyung, qui nous a récemment épatés dans Weak Hero Class 1, et l’incontournable Kim Won Hae, dont le personnage s’oppose en tout point à celui d’Une Mauvaise Mère ?. On citera enfin l’apparition spéciale de Jin Sun Kyu (Bargain) dans le rôle du père de San Young.

Revenant est découpé en 12 épisodes et sera disponible prochainement sur Disney+.

Elodie Leroy

Lire aussi | L’Empire du Sourire, avec Lee Jun Ho et YoonA : premières impressions

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire