Le drama Search orchestre une chasse au monstre palpitante dans la DMZ. Notre avis sur les deux premiers épisodes.

OCN délaisse les tueurs en série et lâche les monstres ! Le thriller militaire Search nous emmène aux portes de la Corée du Nord pour une traque sans merci entre une créature non identifiée et des soldats sud-coréens. Servi par un casting impeccable emmené par Jang Dong Yoon et Krystal Jung, Search s’annonce comme une série TV d’action angoissante, dont l’intrigue introduit juste ce qu’il faut de politique tout en assumant sa vocation de pur divertissement.

Immersion au cœur de la DMZ

Les premières minutes de l’épisode 1 nous mettent tout de suite au parfum. Un homme en fuite transportant une mallette contenant un produit toxique, une femme avec un bébé dans les bras, des soldats nord-coréens envoyés à leurs trousses… Nous sommes en 1997. Dépêchés dans la zone dangereuse qui sépare Corée du Nord et Corée du Sud, l’unité de recherche sud-coréenne tente de secourir la femme et se trouve bientôt prise dans une embuscade qui tourne à la fusillade.

La suite nous emmène vingt-trois ans plus tard, de nos jours, aux côtés de Yong Dong Jin (Jang Dong Yoon), jeune soldat impulsif qui semble voué à s’attirer des ennuis avec ses supérieurs, et Son Ye Rim (Krystal Jung), une militaire d’élite qui travaille avec les équipes scientifiques. Après une série de meurtres laissant les victimes avec d’étranges marques et la hiérarchie avec une affaire à étouffer, les deux jeunes gens sont envoyés en mission pour enquêter sur la créature.

Nouvel opus de Dramatic Cinema, la collection de séries d’OCN aux ambitions cinématographiques, Search suscitait la curiosité pour son cadre très particulier : la DMZ. A l’exception du film JSA (Joint Security Area) réalisé en 2000 de Park Chan Wook, peu de films et de séries se sont intéressés d’aussi près à ce lieu symbolique de la guerre. Pour le public non coréen, la série Search lève un peu le voile sur l’organisation de l’Armée sur ce territoire, entre les méthodes de l’unité de recherche et les procédures à respecter en cas de rencontre avec des soldats du Nord.

Une affaire de monstre

Les premiers épisodes de Search posent les bases d’un scénario solide, dans lequel les personnages s’ébauchent dans un cadre professionnel rigide mais bien vivant. L’idée d’adopter presque exclusivement le point de vue des soldats permet d’aller à l’essentiel en centrant le récit sur les actions de l’unité, sans trop alourdir le récit de discussions politiques. La série semble jusqu’ici trouver le juste équilibre entre le développement d’une intrigue de fond et les pures scènes d’action.

Car ne l’oublions pas, Search est aussi une affaire de monstre. En l’occurrence, après quelques moments de légèreté, l’épisode 1 sombre peu à peu dans le cauchemar pour se conclure par une scène de chasse nocturne spectaculaire et véritablement angoissante.

Immersive, la réalisation d’Im Dae Woong approche l’action avec un premier degré réjouissant, sans chercher à tout prix l’effet de style, mais en privilégiant l’efficacité, la violence et la sensation d’être chassé. L’apparence du monstre reste encore imprécise, mais le fait qu’elle présente une force et une résistance supérieures à l’homme ne fait aucun doute.

Le concept de la créature prenant en chasse des militaires dans une forêt n’est pas sans rappeler un classique du cinéma d’action américain, Predator (1987). L’hommage à l’œuvre culte de John McTiernan – l’un des films préférés du réalisateur Im Dae Woong – est évident : la forêt hostile, la créature en mode camouflage qui se fond dans le décor, les victimes tirées par les pieds ou dans les airs… A ceci près que le terrain de jeu n’a pas attendu la créature pour s’agrémenter de pièges, les Nord-Coréens ayant criblé la zone de mines antipersonnel.

Sans trop en révéler, la source du mal semble reliée à une expérience qui a mal tourné en Corée du Nord. Néanmoins, à ce stade de l’histoire, les éléments d’explication sont encore très minces. Il semblerait que les hommes ayant survécu au drame survenu vingt-trois ans plus tôt aient des choses à cacher. On attend avec une curiosité de découvrir où le scénario va nous emmener. La créature symbolise-t-elle l’horreur de la guerre venue hanter les consciences ?

Entraînement intensif pour les acteurs

Le casting de Search s’avère charismatique et s’impose avec panache. Jang Dong Yoon (The Tale of Nokdu) mène la barre avec une fougue et un humour réjouissants et forme un duo immédiatement attachant avec le chien. Quant à Krystal (Player), elle se fond dans la peau d’une militaire avec une aisance qui force le respect – on en oublie totalement qu’elle a démarré comme idole de K-pop dans le groupe f(x).

Les acteurs principaux de Search, y compris Krystal, ont suivi un entraînement physique rigoureux à la Seoul Action School, afin d’apprendre à manier les armes et à se déplacer avec un équipement en pleine forêt, un décor propice aux accidents. Le tournage s’est quant à lui déroulé en plein été.

On attend avec impatience d’en savoir plus sur l’homme au passé trouble interprété par Yoon Park (Radio Romance) et sur la guide touristique jouée par Moon Jung Hee (Vagabond). Au passage, il est intéressant de souligner le contraste entre l’histoire dérangeante de cette zone et le fait qu’elle soit devenue une attraction touristique – nous-mêmes, chez StellarSisters, l’avons visitée en 2012. Enfin, dans l’épisode 1, on aura bien entendu reconnu Yeon Woo Jin (My Shy Boss), dont le caméo avait été annoncé.

Search est une série TV de 10 épisodes, dont la diffusion est prévue entre le 17 octobre et le 15 novembre 2020.

Elodie Leroy

Lire aussi | Tale of The Nine-Tailed : Lee Dong Wook se compromet dans un nanar