Que vaut Taxi Driver, le nouveau drama Lee Je Hoon ? Entre vengeance, braquage et justicier masqué, découvrez notre avis sur l’un des kdramas les plus stylé du moment.

On attendait avec beaucoup d’impatience ce Taxi Driver, également connu sous le titre Deluxe Taxi. Diffusé sur SBS depuis le 9 avril, le drama était précédé d’une campagne marketing visuellement bluffante, dans laquelle Lee Je Hoon posait au volant d’un taxi dans une ambiance visuellement stylisée. Bonne nouvelle, le démarrage de Taxi Driver tient toutes ses promesses. Servis par la réalisation très cinématographique de Park Joon Woo, ces deux premiers épisodes séduisent immédiatement par un concept intriguant, des scènes d’action mouvementées et une ambiance délicieusement vintage.

La vengeance en bande organisée

« Ne vous suicidez pas, vengez-vous. Nous le ferons pour vous ». Tel est le slogan de la Rainbow Taxi Company, dont l’activité consiste à exécuter des vengeances de ses clients, des victimes que la loi a échoué à protéger. Ancien agent de l’UDT (Underwater Demolition Team), Kim Do Ki (Lee Je Hoon) est chauffeur de taxi le jour et justicier vengeur la nuit. L’assassinat odieux de sa mère et l’échec de la justice à punir le meurtrier l’a conduit à rejoindre la Rainbow Taxi Company.

Inspiré du webtoon The Deluxe Taxi, de Carlos and Lee Jae-jin, le drama Taxi Driver s’inscrit dans le genre du « vigilante », dans lequel le héros fait justice par lui-même – le film coréen Lady Vengeance de Park Chan Wook est un exemple de vigilante movie.

Lee Je Hoon (Taxi Driver)
Lee Je Hoon

Dans le drama Taxi Driver, la vengeance s’exécute en bande organisée et moyennant des pièges sophistiqués. Kim Do Ki n’agit pas seul à la Rainbow Taxi Company, qui regroupe quatre autres personnes : le CEO Jang Sung-chul (Kim Eui Sung), la hackeuse Ahn Go Eun (Pyo Ye Jin), et deux ingénieurs de maintenance, Choi Kyung-goo (Jang Hyuk Jin) et Park Jin-eon (Bae Yoo-ram).

Un soir, la Rainbow Taxi Company reçoit l’appel de Kang Maria (Jo In), une jeune femme évadée d’une usine qui l’avait réduite en esclavage. L’affaire est révoltante : pour vendre leurs marchandises avariées, les patrons exploitent des personnes handicapées mentales. Ces dernières arrivent de leur plein gré en croyant avoir trouvé un emploi.

Après une succession de maltraitances insupportables, Kang Maria tombe par hasard sur l’annonce de la Rainbow Taxi Company et décide de faire appel à ses services. Sur un jeu d’arcade planté au coin d’une ruelle, la jeune femme passe commande auprès d’un personnage animé en pixel art – ce dernier a la voix de Lee Young Ae, l’actrice de Lady Vengeance !

Les secrets de la Rainbow Taxi Company

Savant mélange de thriller de braquage et de revenge drama, Taxi Driver est aussi une superbe réussite stylistique. Soutenue par une photographie classieuse jouant sur les contrastes pour créer une ambiance crépusculaire, la réalisation de Park Joon Woo (Doctor Detective) fait des merveilles dans les scènes d’action. Chaque mouvement de caméra est subtilement pensé pour faire monter l’adrénaline lorsque Kim Do Ki appuie sur le champignon ou utilise l’un des multiples gadgets de son véhicule.

Esom (Taxi Driver)
Esom

Les inspirations de Taxi Driver n’échapperont pas aux cinéphiles. Le drama fait des clins d’œil appuyés à Drive, le film de Nicolas Winding Refn, auquel il emprunte le look du héros (blouson court, mitaines noires) et l’ambiance musicale donnant la part belle au synthétiseur. On pense également aux histoires de superhéros à l’américaine lorsque Do Ki découvre le garage souterrain de la compagnie Rainbow Taxi, qui renvoie au quartier général de Batman. Taxi Driver se nourrit également de l’héritage des thrillers télévisuels coréens de ces dix dernières années, qui aiment à utiliser les affaires criminelles pour explorer la face sombre de la société moderne.

Dans l’affaire qui occupe les deux premiers épisodes, chacun a son rôle à jouer. Entre infiltration, déguisement et arnaque, l’équipe orchestre un piège impitoyable autour de ses cibles. Ces dernières ne sont ni des mafieux ni des riches héritiers de chaebols, mais des exploiteurs lambdas. Cette orientation semble se confirmer à la fin de l’épisode 2, au cours d’une scène touchante où Kim Do Ki, au volant de son taxi, écoute ses clients évoquer leur situation en contrat précaire ou la dureté du chômage.

Pyo Ye Jin (Taxi Driver)
Pyo Ye Jin

Si le concept de Taxi Driver s’avère très fun, il soulève inévitablement une question éthique : la justice peut-elle exister en dehors de la loi ? D’ailleurs, on se demande si, dans les affaires futures, les victimes et les bourreaux seront aussi clairement identifiables que dans le cas de Maria. « Ne soyez pas vaincu par le mal, mais surmontez le mal par le bien », prône une plaque murale dans le bureau du CEO Jang Sung Chul. La frontière ténue qui sépare le bien et le mal devrait être au centre du développement du drama.

Kim Do Ki et ses collègues seront d’ailleurs confrontés à la perspicacité de la policière Kang Ha Na (Esom). De tempérament pugnace, celle-ci est bien décidée à percer le mystère de ce Deluxe Taxi qui semble mêlé à la disparition de plusieurs criminels.

La classe Lee Je Hoon

Les fans de films d’horreur auront reconnu le masque porté par Do Ki dans les scènes de combat à mains nues. Il s’agit tout simplement du masque du tueur de la saga américaine Vendredi 13 ! Ce parallèle avec l’effrayant Jason intrigue et laisse présager d’une certaine radicalité chez le personnage de Do Ki, qui met ses compétences d’ancien membre des forces spéciales au service de vengeances personnelles.

Charismatique à chaque plan, Lee Je Hoon, vu dans le film La Traque et la série Signal, se fond dans la peau de son personnage avec beaucoup de classe et cultive l’ambivalence. Avec ses lunettes noires, il est froid, indéchiffrable et badass dans les scènes d’action, mais lorsque Do Ki s’infiltre dans le milieu de ses cibles, l’acteur joue la carte de la comédie pour prendre en complicité le spectateur.

Lee Je Hoon est surtout fascinant dans les séquences de voiture, où l’homme et la machine semblent fusionner pour ne faire qu’un. Avec sa ligne élégante et rétro et ses commandes analogiques, la voiture noire apparaît d’ailleurs comme un personnage à part entière de l’histoire.

Lee Je Hoon (Deluxe Taxi)

Tous les autres acteurs et actrices sont parfaitement à leur place, de Esom (Save Me 2) en flic qui brave ses supérieurs pour découvrir la vérité, à Kim Eui Sung (Mr. Sunshine) en CEO un tantinet manipulateur, en passant par Cha Ji Yeon (Scent of a Woman) en chef mafieuse ultra fashion. Les acteurs Jang Hyuk Jin (Vagabond) et Bae Yoo Ram assure avec autodérision la fonction de comic reliefs sans en faire trop.

Quant à Pyo Ye Jin (What’s Wrong With Secretary Kim?), nous lui tirons notre chapeau d’avoir su reprendre le rôle de Go Eun laissé vacant par la chanteuse/actrice Naeun (Extraordinary You). Si l’on peut regretter le traitement réservée à cette dernière (elle a été virée du tournage en raison d’un scandale lié à un conflit au sein de son groupe), Pyo Ye Jin est venue la remplacer au pied levé et interprète le rôle avec une assurance qui force l’admiration.

Taxi Driver est diffusé depuis le 9 avril sur la chaîne coréenne SBS et sur la plateforme internationale Viki. Nous espérons le voir s’acheminer rapidement vers Netflix.

Elodie Leroy

Lire aussi | Mouse : un drama policier dérangeant avec Lee Seung Gi